3 questions à Alain Foltzer, président de la FHP Pays-de-Loire

3 questions à Alain Foltzer, président nouvellement réélu à la tête de la FHP Pays-de-Loire.

Vous venez d’être réélu pour un nouveau mandat de FHP Pays-de-Loire, quelle est votre feuille de route ?
Avec le conseil d’administration, nous avons défini trois axes de travail pour l’année 2015. Nous renouvellerons et amplifierons la Journée régionale de l’hospitalisation privée qui connaitra en 2015 sa 3ème édition, opération à laquelle s’associe à partir de cette année la région Bretagne. Il s’agit d’une grande journée qui se tiendra le 14 octobre, au cours de laquelle nous tiendrons un colloque autour de l’efficience desétablissements privés et les établissements de santé privés ouvriront leurs portes à tous les professionnels de santé de leur territoire et au grand public. Nous invitons nos adhérents à mettre l’accent cette année sur la prévention et l’information en direction des jeunes publics, notamment les lycéens. Par ailleurs, un groupe de directeurs volontaires se lance dans la rédaction d’un livre blanc régional sur les positionnements de l’offre sanitaire libérale : comment optimiser notre place d’acteur de la chaîne de soins, quel maillage géographique, comment appréhender notre responsabilité sociétale ? Nous devons sortir de nos murs ou encore réinventer les relations entre établissements privés, nous voulons déclencher des appels à projet. Cette publication est à destination, en premier lieu, de l’ARS mais aussi des décideurs politiques et économiques régionaux. Notre stratégie est simple : nous voulons renverser cette logique qui consiste à faire descendre les informations et les initiatives vers les établissements. A l’inverse, nous voulons être force de propositions et faire remonter nos initiatives et notre vision. Enfin, en région Pays-de-Loire comme ailleurs, nous nous emploierons à déployer le plan triennal stratégique de la FHP.

 
L’échelon régional est-il selon vous un levier stratégique ?
Certainement. Nous souhaitons fortement repositionner l’échelon régional. Nous souffrons des décisions nationales ministérielles. Notre activité est territoriale, nos emplois sont non délocalisables, notre notoriété se construit auprès de nos patients. Toutefois, la restructuration de notre secteur réduit mécaniquement le nombre d’établissements, alors afin d’obtenir un volume suffisant pour peser, il sera nécessaire de créer des alliances naturelles avec nos voisins régionaux. Il faut arrêter de râler, être lucide, et agir.

Comment voyez-vous l’avenir du secteur ?
Les règles du jeu changent de plus en plus et de plus en plus vite, nous devons donc être agiles. Il nous faut urgemment et prioritairement intégrer cette notion d’agilité qui est une très grande force et permet de rebondir. Nous devons bien sûr combattre les contraintes qui nous sont imposés, mais nous devons également les appréhender comme autant d’occasions de nous remettre en cause et d’optimiser nos processus. Je n’ai aucune illusion sur la campagne 2016. Pour ce qui concerne mes établissements, je travaille sur un prévisionnel 2016/17 avec une baisse de 1,5 % des tarifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.