Démographie médicale

Jusqu’en 2025, les effectifs de médecins augmentent insuffisamment 

La Drees vient de publier une étude sur la démographie des médecins d’ici à 2040. Dans l’hypothèse du maintien des comportements actuels, le nombre de médecins devrait rester stable jusqu’en 2019. Une stabilité, puis une reprise à la hausse à partir de 2020 en trompe l’œil rappelle la CSMF, soulignant une proportion importante de médecins en cumul emploi-retraite et rappelant que 20 à 25 % des nouveaux médecins qui s’inscrivent au Conseil de l’Ordre chaque année disposent d’un diplôme étranger, et sont prioritairement des spécialistes précise par ailleurs la Drees. La féminisation d’une part et le renouvellement insuffisant des générations de la population des médecins libéraux « devraient conduire à une baisse de l’offre globale de soins d’une ampleur plus importante que celle des effectifs » analyse la Drees. « La part plus élevée de médecins en exercice mixte et salarié ne compensera pas le volume de soins que les médecins libéraux produisent. Des mesures urgentes doivent inverser cette tendance », insiste la CSMF. La Drees observe parallèlement que du fait du vieillissement de la population, les besoins de soins devraient augmenter plus rapidement que le nombre d’habitants. Une fois tous ces paramètres combinés, « l’offre médicale devrait croître moins vite que la demande, au cours des dix prochaines années », conclut le rapport.

La proximité, une attente prioritaire de tous

241 établissements de santé sont définis en 2017 comme établissements de proximité. Le cahier des charges est centré sur une activité de médecine et exclut celle de chirurgie. Ainsi, seules 3 cliniques figurent sur la liste. Pour rappel, 3 cliniques sont elles reconnues « établissements isolés ».

1,6 milliard d’euros d’économies

Confirmé. Une dernière circulaire qui vient boucler la mise en œuvre de la campagne tarifaire 2017, confirme le plan d’économies de 1,6 milliard d’euros qui portera sur les établissements de santé toutes activités et tous secteurs confondus. Par ailleurs, comme chaque année, une enveloppe de réserve est constituée, elle s’élève cette année à 412 millions d’euros. Le plan triennal d’économies ainsi s’achève, s’ouvrira en 2018 une nouvelle période.

Partager : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *