Une épidémie de rougeole préoccupante en France

Selon Santé Publique France, 2017 a été marqué par 519 cas de rougeole, soit 6 fois plus qu’en 2016. C’est à partir de novembre 2017 que le nombre de cas s’est accéléré, au point d’atteindre des proportions plus qu’inquiétantes en France. La définition d’Ameli.fr de cette affection est la suivante : « maladie virale très contagieuse caractérisée par une éruption cutanée précédée d’un épisode de forte fièvre avec toux, rhinite et conjonctivite… Cette maladie peut être responsable de complications surtout chez les nourrissons et les enfants. »

2018 sera-t-elle une année sous le signe du décroissement de la rougeole ou la maladie prendra-t-elle une ampleur jusque-là dramatiquement inégalée ?

Une véritable alerte de santé publique

Le 8 avril dernier, Santé Publique France publiait un bulletin épidémiologique complet sur cette situation. Les résultats font craindre à l’organisme une nouvelle épidémie en France. En effet les principaux apprentissages à tirer depuis le début de l’année sont les suivants :

  • Plus de 1500 cas ont été recensés depuis le 1erjanvier 2018 contre uniquement 79 cas durant toute l’année 2016.
  • En France Métropolitaine et dans les DOM-TOM, 72 départements ont rapporté des cas de rougeole, soit 70 % du territoire.
  • La Nouvelle-Aquitaine, seule région placée au niveau épidémique, enregistre 51 des cas totaux depuis novembre 2017.


http://invs.santepubliquefrance.fr/content/download/145913/530757/version/11/file/Bulletin_rougeole_S14.pdf

Quelles sont les populations les plus à risque ?

Une personne contaminée par la rougeole peut transmettre la maladie par voie aérienne à 15-20 personnes. À titre de comparaison, un porteur de la grippe peut infecter entre 2 et 4 sujets. Ainsi, parmi les foyers épidémiques à risque recensés concernant la rougeole, les crèches, les jeunes et les gens du voyage sont les populations les plus exposées. L’incidence la plus élevée est d’ailleurs chez les nourrissons de moins d’un an avec 15,1 cas/100 000 habitants. Seuls 79 % de ces très jeunes enfants de plus de 2 ans sont vaccinés avec 2 doses contre les 95 % nécessaires à la protection de la population.

De plus, pour le Dr Pascal Favre, avant 1980- date d’introduction de la couverture vaccinale- la population connaissait l’épidémie de rougeole à l’état « sauvage ». Ainsi, selon lui, les personnes nées après cette date présentaient également des risques car elles n’étaient pas forcément vigilantes à leur carnet de vaccination, donc pas protégées par la rougeole.

 

Cette épidémie de rougeole qui frappe la population française connaît alors un niveau encore alarmant. Les autorités publiques françaises espèrent que la fin de la période hivernale (propice au développement du virus) limitera la propagation de l’épidémie avant de prendre les mesures adaptées pour maintenir les populations en santé.

Sources : 

Partager : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *