Publication de la 11ème version de la Classification Internationale des Maladies (CIM-11) par l’OMS

maladies, cim-11, OMS

Dans un communiqué de presse du 18 juin 2018 tenu à Genève, l’OMS a annoncé la publication de l’aperçu de la onzième Classification Internationale des Maladies (CIM-11) après 12 années de travail. Elle sera officiellement présentée en 2019 et entrera en vigueur au 1er janvier 2022 dans les 194 États Membres . Cette nouvelle nomenclature révise le précédent référentiel de 1990. Ce mise à jour va donner lieu à de nouvelles directives concernant les politiques de santé publique mondiales : standardisation des nouvelles procédures diagnostiques, révision de la classification des maladies pour une meilleure identification et reconnaissance de l’environnement sanitaire des populations.

Retour sur les méthodologies, objectifs du document, mais aussi sur les nouvelles préconisations avancées par ce nouveau cadre normatif.

Qu’est-ce que la CIM ?

Responsable de la publication des nomenclatures internationales, l’OMS a annoncé que la CIM-11 sera présentée officiellement à l’Assemblée Mondiale de la Santé en mai 2019.

Cette classification est le standard international pour décrypter l’information sanitaire ou évaluer divers paramètres comme la morbidité ou la mortalité.

La CIM sert de base pour établir des plans statistiques sanitaires au travers de plus de 50 000 codes uniques permettant d’assurer de nombreuses fonctions :

  • Surveiller la progression des épidémies dans le monde
  • Identifier les populations les plus vulnérables
  • Proposer des grandes directives à destination des États Membres
  • Faciliter l’accès aux services de santé
  • Accompagner la pratique médicale quotidienne, de la prise en charge au suivi de la patientèle.

La nécessité d’une 11ème classification

Afin d’offrir une cartographie complète de la santé dans le monde, cette mise à jour de la CIM a mobilisé plus de 12 000 GCPN (Global Clinical Practice Network) provenant de 142 pays.

CIM-11, OMS, maladies

http://www.who.int/fr

Les rapports diagnostiques tels que la CIM sont souvent soumis à des révisions en raison des progrès scientifiques et nouvelles pratiques médicales. Ainsi, cette 11ème mouture s’inscrit dans une logique visant à prendre en compte l’environnement actuel.

Le Dr Robert Jakob, chef de l’équipe Classifications, terminologies et normes à l’OMS, insiste à son tour sur l’importance de remettre à jour cet ensemble de procédures : «Un principe essentiel de cette révision était la simplification de la structure de codage et de l’outil électronique : les professionnels de la santé pourront désormais enregistrer les affections de façon à la fois plus rapide et plus complète»

Les grandes nouveautés de la CIM-11

 La CIM-11 comporte présente de nouveaux chapitres qui porteront à débat au sein des Pays Membres, dont un traitant de la médecine traditionnelle jusqu’alors absente du rapport. Un nouveau volet du référentiel concerne la santé sexuelle . En effet, l’OMS souhaite retirer des maladies mentales le fait de se sentir appartenir au sexe opposé (transidentité).

La nouvelle classification comprend également un nouvel alignement des codes relatifs à la résistance des anti-microbiens pour que les professionnels de santé puissent enregistrer les affections de manière plus rapide et complète.

Dans la section des troubles sur l’addiction s’est ajouté le « gaming disorder », soit le trouble de l’usage du jeu vidéo. Cette pathologie nouvellement reconnue vient compléter les addictions comme l’alcool, le tabac ou par exemple la cocaïne. L’OMS identifie trois conditions de dépendance aux jeux-vidéos :

  • Un contrôle altéré sur le jeu (durée, fréquence, etc.)
  • La priorité croissante donnée au jeu au détriment d’autres intérêts et activités de la vie quotidienne
  • La continuation ou l’intensification du jeu malgré l’apparition de conséquences négatives.

Pour autant l’OMS a tenu a préciser que l’addiction aux jeux vidéo comme décrite ci-dessus ne concerne qu’une infime partie des 2,5 milliards de « gamers » sur la planète.

Si, en 2018, la CIM-11 commence à peine à dessiner les contours de la santé de demain. Pour autant des nouvelles directives pourront être adaptées en fonction de chaque pays. En effet, l’OMS précise que  « la classification publiée aujourd’hui est un aperçu préalable qui aidera les pays à planifier leur utilisation de la nouvelle version, à en établir des traductions et à former les professionnels de la santé ».

Sources :  

http://www.who.int/fr/news-room/detail/18-06-2018-who-releases-new-international-classification-of-diseases-(icd-11)

http://www.ccomssantementalelillefrance.org/?q=pr%C3%A9sentation-du-projet-cim

https://www.20minutes.fr/sante/2292723-20180619-oms-veut-retirer-transidentite-liste-troubles-mentaux

https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2018/06/18/sante-mentale-usage-des-jeux-video-medecine-traditionnelle-sante-sexuelle-la-11e-classification-des-maladies-cim-est-sortie-_858974

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.