Laetitia Buscoz, Directrice du Bureau de l’assurance qualité et de l’information médico-économique de l’hospitalisation privée (Baqimehp)

Comment s’annonce 2019 ?
Si elle ressemble à 2018, ce sera une belle année de réussite pour les établissements que nous accompagnons ! Le bilan est très positif. Nous constatons qu’ils obtiennent d’excellents résultats, au-delà des moyennes nationales. Plus de 90 % d’entre eux obtiennent une certification A ou B. Autre satisfaction, nous étions en 2018 aux côtés d’un groupe privé  pour  sa  certification « Groupe ». Une « première » nationale couronnée par l’obtention pour l’ensemble de ses établissements du meilleur niveau de certification. Enfin, nous sommes également heureux de voir récompensés certains des établissements que nous accompagnons pour leur travail sur la qualité à l’occasion, par exemple, de la remise des Trophées de l’hospitalisation privée.

2019 sera une année de transition. Puisque nous intervenons fréquemment dans le cadre de la certification, nous attendons avec impatience les précisions sur les nouvelles modalités de la V2020. Nous en connaissons les grands axes, ce qui nous permet déjà de travailler certains sujets car l’échéance de la prochaine visite d’établissements que nous accompagnons se profile pour le début 2020.

Quelles seront les nouveautés de cette V2020 ?
Il n’y a encore rien d’officiel (aucune publication à ce jour de la HAS sur la méthodologie), mais il s’agirait par exemple de s’intéresser de plus près au soin, au patient, au résultat, aux points critiques de prise en charge, à la pertinence, au travail en équipe, etc. Reste à voir comment seront associés les médecins en particulier sur le sujet de la pertinence. Le développement des approches patients traceurs et traceurs systèmes y contribuera très certainement. Sur le sujet de la sécurité et du travail en équipe, le Baqimehp a été formé par la HAS sur le Programme d’amélioration continue du travail en équipe (Pacte). Nous avions déjà travaillé sur sa version expérimentale. Nous sommes ainsi aujourd’hui référencés officiellement par la HAS en tant que facilitateur pour accompagner les établissements qui le souhaitent. L’objectif du Pacte est de diminuer les évènements indésirables en travaillant sur la notion d’équipe, efficace, experte, gage d’une organisation plus fiable et plus sécure. Pour les établissements qui s’y engageront, le programme Pacte sera un levier important lors de la prochaine certification.

La certification d’un établissement privé est-elle spécifique ?
Quand la HAS vient dans les établissements privés, elle les examine de la cave au grenier. La préparation de cette visite reste très chronophage et ne mobilise plus seulement les « sachants » de la qualité mais vraiment l’ensemble des professionnels. Objectif : faire de la qualité et de la sécurité des soins un élément intrinsèque à l’activité première de chacun dans son propre métier. Il faut se recentrer sur l’essentiel, le patient, et redonner du sens à cette démarche. Mais les ressources internes sont très inégales. Dans un master qualité où je suis intervenue, une étudiante travaillait dans une direction qualité comprenant 20 personnes alors qu’une autre ne disposait que d’un responsable qualité pour 10 établissements, pour des activités cumulées comparables. Évidemment, l’organisation diffère, mais le contraste est marquant puisque les exigences sont identiques pour tous les établissements.

Le secteur privé se distingue par sa grande réactivité et sa réelle proximité avec les équipes. Pour donner du sens à ces démarches, nous nous appuyons donc sur l’encadrement et en particulier celui de proximité qui, avec les équipes qualité, constituent deux leviers fondamentaux pour asseoir la culture qualité. Mais rien ne serait possible sans l’impulsion qui vient des directions. Compte tenu des exigences de la HAS, il ne suffit plus aujourd’hui de mettre le paquet six mois avant l’arrivée des visiteurs-experts. Il faut irriguer le quotidien d’approches qualitatives pour plus de sérénité le jour J. Avant même de penser à la visite, c’est avant tout un gage d’assurance qualité pour le patient et un réel bénéfice pour les équipes qui peuvent ainsi travailler dans de meilleures conditions. J’évoquerai enfin les enjeux importants de ces démarches pour l’attractivité des établissements, leurs autorisations et leur financement (IFAQ).

Agenda des formations 2019 du Baqimehp 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.