Mesures du ministère sur la pandémie Grippe H1N1, 25 juin 2009

risques et qualité

archives

Mesures du ministère sur la pandémie Grippe H1N1, 25 juin 2009


omme vous le savez, le Gouvernement est particulièrement vigilant sur l’évolution de la pandémie de la Grippe H1N1 ou dite Grippe A. De nombreuses instances et groupes de travail ont été mis en place au sein du Ministère de la Santé, et notamment sur l’organisation des services de Réanimation. Le groupe de travail « prises en charge spécifiques » d’Organigrippe dédié à la réanimation s’est donc réuni à 3 reprises au cours du mois de juin.

Les travaux de ce groupe s’inscrivent dans une démarche plus générale de mise à jour du guide de recommandations sur l’organisation des soins en situation de pandémie grippale (avril 2007) et intégrant les prises en charge ambulatoire, pré hospitalière et hospitalière. Cette démarche a débuté en octobre 2008 et doit aboutir à la redéfinition de l’ensemble des fiches du guide.

La FHP-MCO a participé au groupe « prises en charge spécifiques » dont l’objectif est de prévoir les capacités nécessaires en réanimation en cas de pandémie grippale, notamment l’extension des capacités, les moyens humains et matériels nécessaires, et le financement.

Plusieurs préconisations ont été faites :

1) en ce qui concerne les locaux

 
  • l’extension de capacités ne concerne que les établissements ayant une réanimation autorisée,
  • les données épidémiologiques n’ayant pas été actualisées depuis la grippe aviaire, les travaux ont porté sur la possibilité de doublement de ces capacités en cas de pandémie, en tenant compte de la déprogrammation de certaines activités chirurgicales permettant ainsi de libérer des places :

– en réanimation, mais ce nombre sera restreint, la déprogrammation ne libérant que peu de places de réanimation,
– en utilisant les SSPI libérées du fait de la déprogrammation,
– en convertissant les surveillances continues en réanimation, tout en gardant certains lits de surveillance continue comme lits d’aval,
– en utilisant certaines unités de soins intensifs.

 
  • L’organisation des soins en réanimation en secteurs distincts, haute et basse densité virale est proposée. Les zones de haute densité virale accueillent les patients grippés. Les équipes soignantes sont dédiées à chaque secteur afin de limiter la diffusion virale.

2) en ce qui concerne les moyens humains

 
  • le personnel paramédical doit être organisé en équipe comprenant par exemple une IDE de réanimation encadrant une ou deux IDE venant d’autres unités,
  • le personnel médical comprendra un médecin réanimateur aidé par un autre médecin pour 8 patients.
 

Ces réanimateurs seront :

– En 1ère intention : les médecins ayant une expérience en réanimation (médecins prenant des grades en réanimation, internes ayant validé 2 semestres dans un service de réanimation).
– En 2ème intention : les anesthésistes ou réanimateurs retraités, et les anesthésistes d’autres établissements libérés du fait de la déprogrammation.

 
  • Dans tous les cas, il faudra tenir compte des patients hospitalisés dans d’autres services que la réanimation et nécessitant donc des soins.
  • Il est nécessaire de prévoir des formations « flash » sur l’hygiène pour les médecins et les paramédicaux non habitués à la réanimation.
  • La Société de Réanimation de Langue Française (SRLF) préconise, pour les gestes techniques, une formation «flash» afin de faciliter l’intégration des personnels dans un milieu qu’ils ne connaissent pas.
 

3) En ce qui concerne les matériels

 
  • Le doublement des capacités en réanimation implique le doublement des consommables et des produits pharmaceutiques.
  • Il est indispensable de faire un état des lieux des respirateurs existants et d’élaborer un cahier des charges tenant compte plus particulièrement de la performance des ventilateurs, de leur maintenance, surtout en période de pandémie et de leur coût.

En conclusion

 
  • Avant de poursuivre les réflexions, il est nécessaire de faire un état des lieux : locaux, possibilité de sectorisation géographique, nombre de lits installés, de respirateurs, arrivée de fluides, moyens humains médicaux et paramédicaux.

La DHOS effectue actuellement une enquête auprès des ARH sur les réanimations, les soins intensifs et les unités de surveillance continue. Il a été décidé de compléter cette enquête par un questionnaire sur les SSPI. Les réponses à ces enquêtes devront parvenir au Ministère pour le 30 juin et les résultats seront connus pour le 15 juillet 2009.

 
  • la question du financement a été abordée tant pour les établissements que pour les médecins du fait de la déprogrammation, un groupe a été constitué au sein du Ministère sur ce sujet. En ce qui concerne le financement des ventilateurs, il est proposé une enveloppe affectée par établissement en fonction des besoins issus de l’enquête.
  • La prochaine réunion aura lieu mi-juillet pour la restitution des enquête.

Je ne manquerai pas de vous tenir informés des suites de ces travaux.

Restant à votre écoute

Lamine GHARBI
Président FHP-MCO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.