Le 13 heures du 16 DECEMBRE 2010

Un secteur privé, privé de liberté

Notre inquiétude est vive quant à la réalisation de l’ONDAM 2010 dont dépendra la politique tarifaire 2011. La circulaire ministérielle de fin de campagne tarde à sortir. Est-ce un signe d’espoir ou de surchauffe ? Par ailleurs, les points d’accord avec nos collègues du secteur public se multiplient étrangement ces derniers temps : des sanctions financières inacceptables, la fiabilité de l’ENCc, la pertinence des actes sans référentiel issu de sociétés savantes, etc… Et si nous bâtissions une nouvelle fédération originale pour défendre nos dossiers communs ? Nous sommes privés de liberté d’entreprendre, privés d’horizon, privés d’équité…mais pas privés de notre capacité à prendre les rênes de notre secteur et à refuser de courber l’échine devant nos grands ordonnateurs ! À 2010 succédera 2011…

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO
 

Politique de santé

Médecine de proximité, maîtrise des dépenses et recherche constituent les « trois questions majeures pour l’avenir du système de soins » abordées par le Conseil des ministres ce mercredi 15 décembre, dans le cadre d’un point thématique consacré à la politique de santé. Les propositions d’Élisabeth Hubert sur la médecine de proximité se déclinent en quatre axes : modification de la formation des médecins pour les inciter à l’installation en libéral, construction d’un nouveau cadre juridique facilitant l’exercice collectif, simplification des procédures administratives et à l’évolution des modalités de rémunération des médecins. Un programme national de déploiement de 250 maisons de santé a été présenté.

La difficile voix des usagers

Le CISS souhaite avoir un droit de regard sur le plan de gestion des crises sanitaires et pouvoir se prononcer après la crise sur les « retours d’expériences« . Le Collectif s’interroge par ailleurs sur l’avenir du dispositif 2011 année des usagers de la santé, lancé par notre ministre. « Aucun acteur des travaux préparatoires ne semble avoir de confirmation de la décision prise par l’ancienne ministre de la Santé et des Sports, de faire de 2011 une année des patients et de leurs droits« . La démocratie sanitaire est-elle en marche ?, s’interrogeaient par ailleurs les présents au forum de la participation citoyenne en santé organisé par la DGS et la CNS. Une enquête sur les modes de participation des citoyens-usagers à la prise de décision a été confiée au cabinet Planète publique qui doit rendre ses conclusions définitives en février 2011. Ainsi, pour libérer la parole des usagers ou améliorer les usages, quatre dimensions ont été identifiées : dispositifs, processus, outils et hommes. Mais ensuite que faire de cette parole libérée ? Comment faire s’exprimer les exclus ? Enfin, la problématique du financement des représentants des usagers a été évoquée à plusieurs reprises. Christian Saout, président de la CNS (et du CISS) a suggéré qu’un fonds, consacré au développement de la démocratie sanitaire, financé à hauteur de 10 ou 15 millions d’euros fasse partie des propositions du PLFSS 2012.

Dix propositions de la FHF pour « une maîtrise organisée » des dépenses de santé

Une meilleure pertinence des actes permettrait d’amputer de 10% à 20% le montant des dépenses de santé, selon la FHF. Publier des « statistiques comparatives » sur les pratiques médicales, rendre transparentes et « opposables » les bonnes pratiques cliniques reconnues internationalement, limiter les incitations financières à la réalisation d’actes inutiles, mettre en place des conférences de consensus sous l’égide de la HAS, sensibiliser les patients grâce à des campagnes nationales, revoir les contrôles menés par l’assurance maladie et réfléchir à un travail consensuel d’appropriation des nouvelles pratiques, etc… font partie des propositions. La pertinence des actes est un axe de travail prioritaire pour la FHP-MCO en 2011.

ENCc : un dispositif à affiner

Un de nos amendements méthodologiques a été accepté par la tutelle: notre échantillonnage augmente de 50% avec l’entrée de 22 nouveaux établissements. L’ENCc versus public faisait par ailleurs l’objet d’un séminaire de deux jours à Montpellier au cours duquel la pertinence de l’outil, la méthode appliquée et le périmètre utilisé ont été largement questionnés. « L’ENCc repose sur un calcul analytique d’une grande richesse à laquelle participent, aujourd’hui, plus de 80 hôpitaux. C’est un dispositif qui s’inscrit dans le temps et qui va durer. Il ne s’agit donc pas de remettre en cause son intérêt, mais il pose actuellement un certain nombre de questions » déclarait le secrétaire général du CHRU de Montpellier. « D’une année sur l’autre, comme entre 2006 et 2007, il a ainsi été possible de constater au sein de l’ENCC à la fois des changements de terminologie mais aussi de très forts écarts de coûts. Comment fait-on pour asseoir une analyse structurée sur des données instables?« … une musique également connue versus privé. Notre lobbying autour du tarif unique a été présenté par la FHF ainsi que notre hostocomparateur et affiche « mission sauver la sécu« , devant les 500 personnes présentes. Les bonnes idées avancent !

HAD : quel développement ?

Xavier Bertrand, a souhaité jeudi que des crédits soient débloqués dans le cadre de l’enveloppe Migac pour que des expérimentations en HAD soient lancées dans les domaines de la rééducation et de la pédiatrie. Selon Élisabeth Hubert, présidente de la Fnehad, deux autres activités sont insuffisamment développées : la chimiothérapie à domicile dans le domaine de la cancérologie, et l’obstétrique pathologique.

L’actu des régions

Les adhérents de la FHP Île-de-France ont renouvelé mardi leur confiance à Patrick Serrière pour un nouveau mandat de président, et ce, pour trois nouvelles années.
Isabelle Bielli-Nadeau, présidente de la FHP Limousin organise aujourd’hui avec ses adhérents une journée sur la place des usagers dans le secteur hospitalier en Limousin.

Le travail de nuit accroît le risque de cancer

Le risque de cancer du sein est accru chez les femmes qui travaillent des nuits complètes, confirme une étude française présentée mardi au colloque cancer et travail organisé par l’ARC et l’Inca. « Nos données renforcent l’idée d’un effet délétère du travail de nuit sur le risque de cancer du sein« , a commenté le chercheur. Des hypothèses ont été avancées. Elles font intervenir les perturbations du cycle nuit/jour qui induisent des perturbations hormonales.

Etats généraux des infections associées aux soins et de la sécurité du patient

Les états Généraux des infections nosocomiales et de la sécurité du patient organisés par Le Lien auront lieu les 27 et 28 janvier prochains au Palais des Congrès de Paris, Porte Maillot.
À télécharger : Programme

Prochaines formations du Baqimehp

Formation ETP dialyse
– 1er et 2nd modules : 26 et 27 janvier 2011
– 3ème et 4ème modules : 16 et 17 mars 2011
– 5ème module : 18 mai 2011
À télécharger : Programme

JT FHP-MCO « Manager une clinique au féminin »

Mardi 8 mars 2011 – Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.