Le 13 heures du 6 JANVIER 2011

Pour une santé meilleure !

Prioriser la santé dans sa liste de voeux pour cette nouvelle année renseigne souvent sur l’âge de son auteur. Et pourtant, s’employer à rester en bonne santé est une préoccupation qui nous occupe dès le premier jour. Alors nous formulons le vœux que ce droit inaliénable à la santé pour tous cesse d’être pieu et devienne jour après jour une réalité, ici en France et ailleurs sur la planète. Nous vous souhaitons donc une excellente santé pour vous, vos proches, vos patients, vos salariés, vos entreprises et vos prestataires ! Soigner c’est bien, mais soigner bien, c’est mieux ! La logique du bénéfice/risque présente dans tous les esprits suite à l’affaire du Médiator et ses trois nouveaux collègues, affutera le regard des médias sur la pertinence de nos actes. Que cette préoccupation soit la vôtre, en priorité !
Enfin, nous voulons partager avec vous notre pensée très émue en souvenir du Docteur Louis Serfaty qui nous a quitté en cette fin d’année. Garant de la mémoire de notre profession et toujours prêt à en découdre, grand humaniste, sa sagesse et son intelligence nous manquent. Respect…

Une excellente année 2011 à tous,

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO

 

 

Et nous ?

Nicolas Sarkozy, insistait lors d’une visite d’un établissement public fin décembre sur la nécessité pour les hôpitaux d’améliorer leur situation financière, déclarant que la France courait le risque de perdre son autonomie si elle ne luttait pas contre les déficits. « On va continuer à investir dans l’hôpital mais je ne peux pas rester avec les deux tiers des hôpitaux en déficit, ce n’est pas sain« . « Oui il faudrait mieux payer les personnels, il faudrait plus de postes dans les hôpitaux mais si en même temps on ne tient pas les équilibres locaux, on n’est plus un pays libre et indépendant« . « On donnera le plus possible aux hôpitaux (…) mais je le ferai dans le cadre de nos équilibres« , a-t-il déclaré en rappelant que la hausse des dépenses de santé devait être contenue à +2,9% en 2011 après +3% en 2010.

T2A : La Cour de cassation déboute la CPAM

La deuxième chambre civile de la Cour de cassation rejette les pourvois déposés par la CPAM de Haute-Garonne contre deux décisions du Tass de Toulouse qui la déboutaient de ses demandes en répétition de l’indu contre la Clinique des Cèdres de Cornebarrieu. Elle souligne que « celui qui réclame l’exécution d’une obligation doit la prouver« , comme le dispose l’article 1315 du code civil, précisant que l’article du code de la sécurité sociale encadrant le recouvrement de l’indu au titre du contrôle externe, ne déroge pas à ce principe.

Une transparence difficile

« Il est plus facile pour un médicament d’arriver sur le marché que d’en être retiré » déclarait Bruno Toussaint, directeur de la rédaction du magazine Prescrire. L’affaire du Médiator aura permis de dénoncer les failles du système, la lenteur et l’immobilisme de nos institutions de santé ainsi que l’entrisme historique des industries du médicament dans le système sanitaire français. Rappelons que ce magazine est financé exclusivement par ses adhérents et refuse toute publicité. Précisons enfin que la HAS va s’attaquer en 2011 à l’élaboration de critères de qualité de la presse médicale française.

Le geste le plus vieux du monde

Alors que mettre au monde un enfant est « l’acte » le plus ancien, donc le plus rôdé, il est curieux de noter que notre système sanitaire échoue à satisfaire l’ensemble des protagonistes. Trop médicalisé : 25% des mamans souhaiteraient accoucher dans une structure moins médicalisée d’après le sondage publié par le magazine Parents…Une technicité de l’acte parfois non pertinente : « Si un taux croissant de césariennes est constaté il est surtout la conséquence de conduites défensives des obstétriciens dont la couverture assurantielle reste insuffisante« , s’insurgeait récemment Jean Marty, secrétaire général du SYNGOF. Toutefois notons une satisfaction d’une tout juste majorité : 50,9% des mamans estiment que l’offre de soin a été « réellement adaptée« .

Les praticiens du public s’organisent

Huit organisations syndicales représentant plusieurs spécialités médicales et plusieurs modes d’exercice se sont regroupées pour former une nouvelle fédération de praticiens hospitaliers afin de promouvoir l’exercice médical public. Il s’agit de : Association des médecins urgentistes de France (AMUF), SAMU-Urgences de France, Syndicat des médecins anesthésistes-réanimateurs non universitaires (SMARNU), Syndicat national des médecins réanimateurs des hôpitaux publics (SNMRHP), Syndicat national des pédiatres en établissement hospitalier (SNPEH), Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs élargi (SNPHAR-E), Syndicat des médecins des hôpitaux privés (SYMHOSPRIV), Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France (SYNGOF).

Évitez le « 7 » !

Une augmentation du taux sérique de bisphénol A chez les femmes candidates à une fécondation in vitro (FIV) semble altérer le potentiel de développement des ovocytes et les chances de fécondation, selon une étude américaine publiée dans Fertility and Sterility.
Le chiffre 7 inscrit dans le triangle obligatoire apposé sur des contenants plastiques atteste de la présence de bisphénol A .

États généraux des infections associées aux soins et de la sécurité du patient

Les états Généraux des infections nosocomiales et de la sécurité du patient organisés par Le Lien auront lieu les 27 et 28 janvier prochains au Palais des Congrès de Paris, Porte Maillot.
À télécharger : Programme

Les rendez-vous à venir :

  • « Chirurgie ambulatoire : Nouvelles règles, nouvelles frontières », séminaire organisé par l’AFCA, le 13 janvier 2011 – Paris.         > Programme et conditions d’inscription
  • JT FHP-MCO « Manager une clinique au féminin », le mardi 8 mars 2011 – Paris
  • Agora C2DS. le 31 mars 2011 – Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.