L’ANSES s’engage

L’agence va continuer à s’atteler à la question des perturbateurs endocriniens, une question récemment très médiatisée avec la suspension en juillet 2010 des biberons contenant du bisphénol A. Un premier rapport, qui portera en particulier sur le « cas d’école » du bisphénol A, sera publié fin mars, avant « plusieurs points d’étape en 2011« . Outre le bisphénol A, 11 substances sont jugées prioritaires par l’Anses, notamment le bisphénol M, les polybromés, les phtalates et les composants perfluorés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.