UNE BAISSE DES TARIFS DE L’HOSPITALISATION PRIVÉE À -0,05% : UNE MISSION IMPOSSIBLE !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Les chiffres viennent de tomber : le secteur hospitalier privé MCO – médecine, chirurgie, obstétrique – voit ses tarifs à partir du 1er mars 2011 baisser de -0,05% et le secteur public de -0,83%.

 

En 6 ans (depuis la mise en œuvre de la T2A Tarification à l’activité), les tarifs des actes hospitaliers privés MCO qui constituent plus de 90% du chiffre d’affaire d’une clinique, ont augmenté en cumul de 0,2% ! Comment un chef d’une entreprise de soins peut gérer les ressources humaines, une activité et les investissements nécessaires à sa qualité, un bâtiment, etc…avec des coûts de production qui explosent et une rémunération quasi identique en 2011 à celle de 2005 ? « C’est une mission impossible que nous impose le gouvernement ! A force d’éteindre des lumières, nous fermerons la boutique. Nous sommes très inquiets en premier lieu sur les revalorisations salariales. Notre demande au gouvernement de revalorisation de 1% pour cette campagne 2011 s’est brisée sur l’autel de la macro-économie » déclare Lamine Gharbi, président du syndicat national FHP-MCO. L’ONDAM hospitalier à 2,8% arraché par les parlementaires se traduit au final par une baisse de tarifs.

 

Par ailleurs, en 2011, la T2A est totalement dévoyée. Ce mode de financement à l’activité perd du terrain au profit de celui des dotations : les MIGAC – Mission d’intérêt général et aide à la contractualisation – augmentent de 2,8% pour une utilisation qui reste opaque, et à 99% fléchées vers le secteur public. Toutefois, 1% sera attribué à la formation des internes que certains d’entre nous accueilleront prochainement. Rappelons que l’enveloppe des MIGAC – qui financent ce qui n’est pas directement l’activité de soin – s’élève à 8 milliards d’euros, c’est ce que coûte toute l’activité de l’hospitalisation privée MCO par an, pour accueillir et soigner plus de 8 millions de personnes.

 

Enfin, la baisse également des tarifs du secteur public est le signe de l’engagement des tutelles à entrer dans la convergence entre les secteurs hospitaliers, inscrites dans la loi pour 2018 et que nous appelons de nos vœux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.