Le 13h : parler aux médecins !

C’est l’objectif du journal Dialogue santé produit par la FHP-MCO dont le numéro 1 arrive la semaine prochaine sur votre bureau. La distribution des exemplaires à destination de votre corps médical est laissée à votre discrétion. Même si les contraintes grandissantes et incohérentes de notre système réduisent nos marges de manœuvre, nous ne sommes pas, à l’instar des ours polaires, en voie de disparition. Ensemble, nous défendons notre territoire et partons à la conquête de nouveaux. Nous sommes promis, corps médical et établissement, à un avenir meilleur ! Dialogue santé nous donnera l’occasion d’explorer à chaque numéro un dossier que nous partageons – établissements et praticiens – au quotidien ; la pertinence des actes sera notre premier sujet. Ce dialogue avec les médecins, nous l’avons mené avec Jean-Loup DUROUSSET durant notre premier mandat. Toutes nos félicitations à Jean-Loup qui, le 28 juin, vient d’être réélu pour trois nouvelles années à la présidence de la FHP. Nous sommes persuadés qu’à l’exemple des trois années passées, cette nouvelle période nous permettra de travailler de concert et confortera la place et la voix du MCO au sein de la Fédération.

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO
http://leblogdupresident.fhpmco.fr/


Valérie BOYER, Députée, était mardi en direct avec vous
« Et si on envisageait la santé comme une source de richesse ? Mon ARS à Marseille a été incapable de répondre à la question : quelle est la richesse économique et sociale que produit le secteur de la santé sur le territoire. » Rapporteure de la proposition de loi visant à modifier la loi HPST, Valérie BOYER s’est livrée sans langue de bois au jeu de questions-réponses en direct avec vous durant une heure. Prochain chat en septembre avec un ténor du PLFSS (Les mardis politiques : cliquez ici)

T2A : les 4 fédérations unies rencontrent la CNAMTS
Sur les quatre grands points précis de revendications, seul l’un d’eux a fait l’objet d’une avancée, toutefois encore insuffisante. Les pouvoirs publics ont accepté en effet de limiter de 1 à 10 (contre 1 à plus de 30 auparavant) le rapport entre les encaissements indus et le montant des sanctions financières prononcées à l’encontre des établissements hospitaliers. Pour mémoire, nous réclamions une limitation de 1 à 3 et la prise en compte des éléments de sous-facturation au même titre que les éventuelles sur-facturations dans le calcul des indus. Les 4 fédérations restent vigilantes sur les modifications des supports complémentaires et en particulier du « guide contrôle T2A » qui doit être modifié en concertation avec les fédérations en novembre 2011. En dépit de quelques avancées qui vont dans le bon sens, les fédérations jugent ces dernières propositions toujours nettement insuffisantes.
Voir le communiqué de presse commun envoyé ce jour.

Le bonheur des uns fait…le bonheur des autres !
La directrice de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), Annie PODEUR, a indiqué mardi que le déficit structurel des établissements de santé du secteur public s’était réduit en 2010 au niveau national. Moins de déficit signifie une enveloppe plus importante pour financer les actes de l’ensemble du secteur hospitalier.

Une démarche éthique
Ils sont directeur ou PDG d’un établissement privé MCO, ils ont signé le code de déontologie, et vous ?
Dr Pierre ALEMANNO, Dr Joseph BAKHOS, Marie-Antoinette BANOS, Ségolène BENHAMOU, Marie-Thérèse BESSON, Christine DERMER, Martine EUVRARD, Marie-France GAUCHER, Marielle GUILLAUD-MAUCO, François JUMELLE-DUPUY, Alain LAHOUSSE, José LALANNE, Valérie MARC, Jean-Dominique MOUCHARD, Jean-Marie PHILIP, Dominique PON, Xavier REBÊCHE, Gérard REYSSEGUIER, Sami Frank RIFAÏ, Yvan SAUMET, Joël TROMBETTA, Vincent VESSELLE.
Signer le code de déontologie : www.c2ds.eu > code

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.