Le 13h : 2092

Au rythme auquel avance aujourd’hui la mise en œuvre du tarif unique, c’est en l’an 2092 que la Sécurité sociale financera enfin les soins de vos arrières petits-enfants, de façon identique aux hôpitaux et aux cliniques. C’est ce qui s’appelle une vision politique à long terme ! De développement, nous n’aurons pas et encore moins durable. L’impasse budgétaire du gouvernement, et la nôtre de facto, nous oblige, certes à poursuivre des méthodes homéopathiques mais également à nous engager dans des actions plus invasives. Nous réactivons donc nos travaux inter-fédérations sur l’ISH* – Indice Santé Hospitalier – qui, à l’instar du panier de la ménagère, mesurerait annuellement celui de nos charges. Mais surtout, nous persistons dans la voie juridique et avons présenté ce matin à la presse notre plainte à Bruxelles pour atteinte à la libre concurrence. Les financements publics doivent être transparents et justifiés, sinon sanctionnés. Notre tutelle comprend qu’elle doit rendre des comptes à l’Europe et commence à faire passer le message pour la première fois à ses ARS dans le guide d’aide à la contractualisation envoyé avant l’été. Garantir à nos adhérents un service client « micro-économique » et mener en parallèle des actions politiques macro est notre stratégie.

Excellente rentrée à tous,

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO
http://leblogdupresident.fhpmco.fr/

Télécharger le dossier de presse du 8 septembre 2011
*Sujet de notre table ronde n°1, Journée thématique FHP-MCO développement durable, 3 novembre 2011, Paris.


Tarifs hospitaliers : les cliniques et hôpitaux privés MCO portent plainte à Bruxelles pour atteinte à la libre concurrence
La FHP-MCO saisit la Commission européenne dans le but de faire condamner l’Etat français pour aides d’Etat illicites au profit des établissements publics de santé. Elle dénonce le caractère discriminatoire et préjudiciable de l’écart tarifaire (26%) entre les tarifs hospitaliers privé/public de la Sécurité sociale. Elle attaque également l’attribution de manière opaque et non justifiée de 99% des 8,3 milliards d’euros de l’enveloppe MIGAC aux seuls hôpitaux publics. Prochaine étape : dans les prochains mois quand la commission rendra sa décision ! 

Déficit réduit de moitié en deux ans
Valérie Pécresse, ministre du Budget a annoncé que le PLFSS 2012 qu’elle présentera dans quelques semaines avec Xavier Bertrand, « mettra en évidence une division par deux du déficit de l’assurance maladie entre 2010 et 2012« . La branche maladie ayant achevé 2010 sur un déficit de 11,6 milliards d’euros et tablant sur -10,3 millions en 2011, la ministre envisage de fait un déficit avoisinant les 6 milliards d’euros l’an prochain. Au même moment, l’AP-HP annonçait une aggravation de son déficit à 139 millions d’euros (compte de résultat principal, 2,16% des recettes) et de 123,6 millions tous budgets confondus au lieu de 100 et 80 prévus. Malgré sa forte progression au cours des dernières années, la dette des hôpitaux est « très encadrée » et « devrait rester maîtrisée« , indique l’agence FitchRatings. L’agence rappelle que l’endettement des établissements publics de santé (EPS) représentait « environ 22 milliards d’euros » à fin 2009, « soit 36,6% de la dette des Administrations de sécurité sociale (Asso)« .

98% des Français veulent parler de santé pendant la campagne présidentielle
Réalisée par l’institut IPSOS cette enquête révèle que 89% des Français ont une bonne opinion de la qualité des soins prodigués dans leur pays. 91% pensent que son financement, tel qu’il existe aujourd’hui, est menacé. Les Français plébiscitent la bonne gestion des établissements de santé privés et sont 95% à considérer que mieux gérer est un impératif pour améliorer le financement du système.

« Engageons-nous pour des soins plus sûrs »
C’est le slogan de la 1ère Semaine de la sécurité des patients, qui aura lieu du 21 au 25 novembre. L’objectif du ministère de la Santé avec cette campagne annuelle est « que chacun, professionnel et usager, prenne mieux conscience de son rôle dans le domaine de la sécurité des soins ». Etablissements et professionnels de santé sont invités à mettre en place des actions de sensibilisation et de communication autour de trois thèmes : bien utiliser les médicaments, comprendre les indicateurs de qualité, agir sur les situations à risques. Mais d’autres peuvent être déclinés localement.

Dénonciation de la convention collective
La Fehap a notifié aux syndicats une dénonciation partielle de la convention collective nationale de 1951 (CCN51) attendue suite à l’échec en juillet des négociations de révision. S’ouvre une nouvelle période de négociations de 15 mois, au cours de laquelle la convention continuera à s’appliquer intégralement.

Election à la FHF
Qui des deux candidats Paulette Guinchard, vice-présidente de la FHF et présidente par intérim depuis juin, et Frédéric Valletoux, président de la FHF région Ile-de-France, sera élu à la présidence de la FHF ? Réponse le 28 septembre.

Résidus médicamenteux : une méthode d’évaluation des risques pour fin 2011
Après avoir lancé le plan national sur les résidus de médicaments dans les eaux (PNRM), le 30 mai dernier, la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé une méthode d’évaluation des risques sanitaires pour fin 2011. Elle sera proposée par l’AFSSAPS et l’ANSES et sera appliquée notamment à la carbamazépine puis aux autres molécules identifiées lors de cette campagne nationale. Le futur CH de Bellecombe (74) bénéficiera de son propre réseau d’évacuation distinct du réseau existant. C’est une « opportunité scientifique à saisir« , pour engager un programme de recherche sur l’identification et la quantification des substances médicamenteuses dans les rejets hospitaliers, l’expérimentation de procédés complémentaires de traitement, le choix de substances « références » ou encore l’approche des effets additifs entre substances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.