Gagner notre recours européen

La profession vient de faire entendre sa voix dans les médias comme rarement dans son histoire ! C’était le bon moment : une lecture claire de l’activité des deux secteurs hospitaliers rendue possible grâce à la T2A désormais généralisée, la proximité des décisions parlementaires pour le PLFSS 2012, l’environnement de la crise et, cerise sur le gâteau, le rapport de la Cour des Comptes. Le bon dossier : juridique et européen. Enfin, le bon endroit : la presse professionnelle et économique ont convaincu la presse généraliste de leur emboîter le pas. Bref, une belle constellation. Quel impact auprès de l’opinion publique ? Cette couverture presse a sans doute renforcé les préjugés à notre égard chez certains, mais a aussi ébranlé des certitudes. Nous avons démontré auprès des tutelles notre capacité à réagir et à nous défendre ou plutôt, pour une fois, à attaquer ! Dans cette jolie mêlée d’un nouveau genre, nous sommes confiants.

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO
http://leblogdupresident.fhpmco.fr/

Du fil à retordre
Dans son rapport du 8 septembre, la Cour des Comptes estime qu’une convergence tarifaire totale permettrait de réaliser 7 milliards d’euros d’économies pouvant être effectuées par le secteur public. Elle affirme clairement que la réduction de l’écart de coûts doit avant tout passer par l’amélioration de l’efficience de l’hôpital public, « plutôt que par la création de nouvelles dotations forfaitaires« . L’institution affirme aussi que le « périmètre cible » de la convergence tarifaire entre établissements publics et privés de santé doit être définie pour 2018 et indique enfin clairement que le processus d’objectivation des coûts semble avoir atteint ses limites, les surcoûts les plus aisément quantifiables ayant été exclus de la base tarifaire. Du côté des MIGAC, nous attendons les éléments de justification et d’objectivation des 8,3 milliards d’euros fléchés à 99% vers le secteur public. Rappelons que cette enveloppe correspond à celle du financement de l’ensemble de l’activité de soins de notre secteur. 

Campagne tarifaire 2012 : 12 orientations
Le Conseil d’administration a validé ce jour ce document de travail qui devient notre « conducteur » pour les semaines à venir et sur lequel nous aurons l’occasion de revenir.
Télécharger les 12 orientations pour la Campagne tarifaire 2012.

Avenir sombre pour le secteur optionnel
Exaspérées par l’augmentation unilatérale de 3,5 à 7 % de la taxe spéciale sur les contrats solidaires et responsables (90 % des contrats), les complémentaires santé réunies au sein de l’UNOCAM décideraient de ne pas relancer les négociations sur le secteur optionnel. Aucun accord sur un nouveau secteur d’exercice des médecins ne sera trouvé avant la fin de l’année. Les complémentaires attendent, notamment, le vote du PLFSS avant de se prononcer.

Une nouvelle loi « Kouchner »
Xavier Bertrand a reconnu que la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades avait permis « des avancées incontestables saluées par tout le monde » mais a estimé qu’il fallait 10 ans après « une nouvelle étape dans ces droits des patients avec l’avènement d’une nouvelle démocratie sanitaire« .

Que penser de l’aspartame ?
Conseillé souvent par les praticiens de nos établissements aux femmes enceintes diabétiques, l’aspartame est dénoncé par d’autres, médecins ou chercheurs, comme aggravant les risques de fausse couche et du cancer du sein. Les leçons du manque de transparence du Médiator sont loin d’être tirées : l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) vient de déclarer l’innocuité de l’aspartame alors même que de nombreuses ONG révèlent que 11 des 20 experts du groupe ont un conflit d’intérêts tel que défini par l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.