Un front commun

Dans la permanence des soins, il n’y a de « permanent » que nos engagements mais sans doute pas ceux des tutelles. En ré-ouvrant le chantier de la PDSES, la DGOS invite le secteur public à rejouer la partie et rafler la mise. Certaines ARS, véritables bras armés de la puissance publique, invitent l’hôpital à s’épanouir… et ne reculent pas devant la suppression totale ou quasi-totale des lignes de garde dans nos établissements durant la nuit profonde. Des guerres de tranchées sont déjà déclarées ! Pour certains établissements qui ont investi dans leur service d’urgences, dûment autorisé, et pierre angulaire de leur projet médical, c’est une question de survie. Les praticiens sont à nos côtés, en première ligne dans nos cliniques, comme leurs représentants, au côté de la FHP-MCO, sur le terrain de la revendication nationale. Ce sont nos régiments, ensemble faisons front commun. Dénonçons systématiquement tous les abus et refusons toutes les décisions fondées sur des critères politiques et non sanitaires et économiques. Consigne : pas de fleur aux fusils.

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO
http://leblogdupresident.fhpmco.fr/

Arnaud Robinet, un des plus jeunes députés du Parlement, extrêmement prometteur, grand connaisseur de l’hospitalisation publique et privée et très engagé dans les questions de santé, est venu échanger et débattre sans langue de bois avec nous sur les problématiques de notre secteur, hier dans les bureaux de la FHP-MCO. Ci-contre notre interview et l’intégralité du chat sur notre site fhpmco.fr.

Suite et fin PLFSS 2012
Après avoir décidé de réviser à la baisse, de 1,75% à 1%, la prévision du taux de croissance (de nombreux experts annoncent plutôt 0,3% !), l’objectif désormais arrêté du PLFSS est de ramener à 13,9 milliards d’euros, contre 18,2 milliards en 2011, le déficit du régime général de la sécu en 2012. La progression de l’Ondam est fixée à 2,5% en 2012 (171,2 milliards d’euros) : Ondam soins de ville à +2,1%, Ondam hospitalier à +2,3% et Ondam médico-social à +3,8%. Toutefois, restons prudents…les députés socialistes ont annoncé leur intention de saisir le Conseil constitutionnel, estimant que le texte portait atteinte au principe constitutionnel d’égal accès aux soins.

Une augmentation du numerus clausus
Xavier Bertrand a annoncé une augmentation du numerus clausus en médecine. Le chiffre précis sera déterminé en décembre. Selon les syndicats de médecins, il manquera 10 000 médecins en France d’ici 2015 et un faible pourcentage s’installe en libéral.

Je n’ai pas complètement réussi sur le secteur optionnel
…déclarait le ministre de la Santé. “La Mutualité s’est mise de mauvaise humeur suite à la taxe sur les mutuelles”, d’où un secteur optionnel à minima : “aucun député n’aurait pris le risque d’inclure le secteur 1. Je ne les blâme pas. Mais ce qui est pris n’est plus à prendre« . Au final, le secteur optionnel est réservé aux seuls spécialistes de plateaux techniques en secteur II, et les médecins titrés bloqués en secteur I (environ un millier) sont abandonnés.

Pas de précipitation
La maison brûle mais Xavier Bertrand assurait qu’il allait « donner de la souplesse » dans la gestion des Comptes épargne-temps (CET) à l’hôpital, excluant toute « date couperet » sur le sujet. Il a estimé que l’urgence sur ce dossier n’était pas aussi pressante que le considèrent les syndicats de praticiens hospitaliers. Seuls 30% environ des CET ont été provisionnés alors que cela est prévu par la loi depuis 2003.
Pas de précipitation non plus pour la T2A pour les CH (ex Hôpitaux Locaux) reporté au 1er mars 2013, au lieu du 1er janvier 2012.

Une stagnation de la privatisation de la santé
L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) vient de publier la 6e édition du Panorama de la santé. Les États-Unis restent « de loin » le pays qui dépense le plus pour la santé. Viennent ensuite la Norvège et la Suisse. Par ailleurs, note l’OCDE, en dépit des inquiétudes quant à la privatisation du financement de la santé, le public finance à 72% l’ensemble des dépenses de santé en moyenne dans les pays de l’organisation. « Une proportion qui ne s’est pas modifiée au cours des 20 dernières années« , ajoute-t-elle. Rappelons que le financement de la sécurité sociale représente en France environ 88% (source enquête CTC/FHP-MCO, 2011) du chiffre d’affaires de nos cliniques.

Une check list
Pour sécuriser ses 300 salles d’opération, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) engage une démarche qualité basée sur un nouveau standard, soit trois items supplémentaires à la réglementation à remplir et susceptibles d’être audités.

Le sommet de Durban au secours de Kyoto
Plus de 190 pays se réunissent en Afrique du Sud pour tenter de sauver ce qui peut l’être du protocole de Kyoto : le pari de limiter le réchauffement climatique à 2° semble aujourd’hui plus que jamais compromis. Un grand nombre de scientifiques affirment qu’il est déjà trop tard pour respecter cet engagement. Le réchauffement aura un impact indéniable sur la santé des populations qu’il faudra également rapidement anticiper.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.