Une bonne santé !

Nicolas Sarkozy n’a pas évoqué la santé dans son discours du 31 décembre et pourtant c’est sans doute le premier vœux que les Français se sont souhaités le soir même. Entre présidentielles, législatives et triple A, la santé trouvera-t-elle sa place ? La ligne politique déjà connue, édictée par Xavier Bertrand et mise en œuvre par Annie Podeur, restera inchangée. Si tentatives de séduction opportunistes il y a, elles s’exerceront en direction du secteur public dans l’espoir d’obtenir un effet de masse dont notre famille sera bien incapable, face aux 800 000 salariés des Hôpitaux Publics. Notre rhétorique devra évoluer et notre ambition se raisonner : une « augmentation » de 0% n’est plus une figure antinomique mais une chance ! La messe n’est pas pour autant écrite, des marges de manœuvre subsistent et nous entendons bien nous engouffrer dans toutes les brèches ouvertes. Les membres du Conseil d’administration et toute l’équipe du syndicat se joignent à moi pour vous souhaiter une excellente année 2012. Et une bonne santé !

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO
http://leblogdupresident.fhpmco.fr/

Une santé publique
En France, 77.9% des dépenses de santé sont financés par des fonds publics, niveau sensiblement plus élevé que la moyenne des pays de l’OCDE (71.7%). Parmi les pays européens, la part du financement public des dépenses de santé est plus élevée en France que dans des pays comme l’Espagne et la Suisse, mais plus faible que dans la plupart des pays nordiques (Danemark, Norvège et Suède) et au Royaume-Uni.

Surcoût des événements indésirables associés aux soins (EIS) à l’hôpital : premières estimations
Une étude publiée par l’IDRES en décembre 2011 fournit des premières estimations nationales du coût de prise en charge d’une partie des EIS qui surviennent à l’hôpital, en exploitant les données hospitalières collectées en routine. 9 indicateurs de sécurité des patients, permettant d’identifier les événements indésirables nécessitant une attention particulière et sur lesquels il est possible d’intervenir en amont, ont été retenus. Les résultats montrent que 0,5 % des séjours hospitaliers sont associés à l’un ou l’autre de ces 9 événements indésirables. Il existe toutefois de fortes disparités de surcoûts, ceux-ci pouvant varier d’un peu plus de 500 € pour les traumatismes obstétricaux à environ 20 000 € pour les septicémies. Ces surcoûts sont étroitement corrélés avec la durée des séjours et l’intensité des soins. En 2007, le coût total de prise en charge de ces 9 événements indésirables est estimé à 700 millions d’euros, concentré à 90 % sur 4 événements indésirables (désordres physiologiques et métaboliques postopératoires, septicémies postopératoires, escarres et embolies pulmonaires postopératoires). Les événements indésirables examinés dans cette étude sont associés à une augmentation significative du coût et de la durée de séjour à l’hôpital.

Ralentissement des actes techniques
La progression du nombre d’actes techniques effectués par les médecins libéraux et pris en charge par le régime général a ralenti en 2010, à +3,2% (contre +4,6% en 2009), selon la CNAMTS. Ce nouveau bilan d’une année de codage des actes selon la CCAM technique, issu des données de facturation des cabinets de ville et des établissements de santé privés, confirme la tendance au ralentissement déjà observée en 2008 (+4,9% contre +5,4% en 2007).

Une équipe d’astreinte
Pas de répit pour le syndicat : pas moins de 7 dépêches vous ont été envoyées durant les fêtes !

Dégel
Le ministère avait provisionné la somme de 450 millions d’euros sur l’enveloppe des MIGAC, dont 100 viennent d’être dégelés. Les MIGAC font l’objet de toutes les attentions de la part de la FHF – secteur public pour lequel une partie des 8,3 milliards d’euros est une variable d’ajustement vitale – et de la FHP-MCO pour qui cette enveloppe est une des rares marges de manoeuvre pour agir sur la campagne tarifaire.

Les usagers s’expriment
Le CISS qui regroupe 40 associations nationales intervenant dans le champ de la santé vient de lancer son propre site de campagne « Quelle santé après 2012 ? » : état des lieux des principaux enjeux du système de santé selon les usagers dont les dépassements d’honoraires, les déserts médicaux, le déficit de l’assurance maladie et la nécessité d’accroître la dimension démocratique dans la prise de décision.

RC médicale : relèvement des plafonds de garantie
Publié au JO : les plafonds des RC médicales passent de 3 millions d’euros à 8 millions d’euros par sinistre et de 10 millions d’euros à 15 millions d’euros par année d’assurance. Le texte précise que ces dispositions sont « applicables aux contrats conclus, renouvelés ou modifiés à compter du 1erjanvier 2012« .

Inquiétude des mutuelles
Le président de la Mutualité française Etienne Caniard s’est dit « inquiet » pour le système de santé français, estimant que « tous les ingrédients étaient réunis » pour qu’il « explose à plus ou moins court terme (…) Il faut regarder la chaîne des responsabilités, celle des fabricants. Celle des professionnels de santé peut être aussi interrogée » mais « ce n’est pas notre responsabilité, c’est la responsabilité de l’assurance maladie et du système de santé français », a-t-il souligné.

Save the date !
Jeudi 8 mars 2012, Paris
Journee thématique FHP-MCO : « Manager une clinique au féminin ».
Bulletin d’inscription

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.