La convergence, c’est fini, vive le tarif unique !

La convergence n’appartient plus à notre langage mais l’équité de traitement ou le tarif unique, identique, équivalent, homogène, semblable… sont le nouveau lexique de la profession. Notre secteur se mobilise de façon historique pour l’uniformité des secteurs public et privé. Notre ténacité a payé car reconnaissons le, le chemin parcouru est grand. Notre naissance politique date de la loi du 31 juillet 1991, portée par le Ministre Claude Evin au sein d’un gouvernement socialiste, qui attestait de l’existence d’établissements de santé public comme privé. Nous avons gagné de haute lutte une règlementation, une certification, des métiers, des missions identiques. Hier, le Conseil d’administration de la FHP-MCO s’est positionné pour le maintien de l’hospitalisation privée au sein d’une enveloppe unique de financement. L’équité est notre religion !

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO

Un succès !
Plus de 250 personnes se sont pressées au 3ème Congrès des usagers organisé par la FHP-MCO. Au programme : le bilan des 10 ans de la loi Kouchner avec des intervenants de prestigieux de la DGOS, l’OMS, de la communauté européenne, des associations d’usagers,… et surtout une séance participative avec l’auditoire.

 

 

 

 

 

 

 

Il fallait tenter…
Le Conseil d’Etat a rejeté lundi un recours déposé par la FHP-MCO en novembre 2010 et janvier 2011 contre le décret n°2010-438 du 30 avril 2010 portant diverses dispositions relatives au CHT. Ce décret a instauré une procédure simplifiée pilotée par l’ARS en cas de cession avec ou sans modification du lieu d’implantation d’activité de soins ou d’équipements matériels lourds ou en cas de modification du lieu sans cession au sein des CHT, permettant de se passer de l’avis de la commission spécialisée de la conférence régionale de la santé et de l’autonomie.

Un PLFSS sous l’ère de la rigueur
2,5 milliards d’euros ce sont les économies que l’assurance maladie devra réaliser en 2013. La commission des comptes de la sécurité sociale se réunira lundi, en amont de la présentation du PLFSS 2013 au conseil des ministres du 10 octobre. Le projet de loi sera ensuite discuté en première lecture à l’Assemblée nationale du 23 au 26 octobre, puis au Sénat du 6 au 9 novembre.

Pacte de confiance : un siège pour notre secteur
L’hospitalisation privée sera invitée à participer aux travaux des groupes de travail pilotés par Edouard Couty et notamment sur la rénovation du dialogue social, présidé par Danielle Toupillier, et également lorsque des thèmes nous concernant seront abordés, comme la formation continue, le développement professionnel continu ou la réforme licence-master-doctorat.

Un pacte de confiance avec les médecins ?
« J’ai cru comprendre que certains trouvaient mes interventions trop « hospitalo-centrées » ces dernières semaines. C’est une erreur d’interprétation », a assuré Marisol Touraine à l’Université d’été de la CSMF. « Je veux vous assurer que les valeurs que vous portez sont aussi les miennes : la liberté de choix de son médecin par le malade, à laquelle répond la liberté de choix par le médecin de son mode d’exercice. La médecine libérale – médecine générale et spécialisée, doit être le pivot de la nouvelle organisation que je veux mettre en place ». Au Dr Chassang qui réclamait un « pacte de confiance » avec les médecins libéraux, la ministre a concédé que « rien de durable ne se construit dans la défiance ». Un signal positif : la ministre a annoncé une «évolution équilibrée » des enveloppes budgétaires réservées à la médecine de ville et à l’hôpital dans le cadre de l’ONDAM 2013.

Ces milliards que le gouvernement ignore…
Deux hommes en colère – les Prs Philippe Even et Bernard Debré suivis d’une femme en colère, Michèle Rivasi, députée européenne Europe Ecologie Les Verts, alertent sur la surmédicalisation, sa dangerosité et surtout son coût. Selon eux, le gouvernement pourrait rapidement mettre la main sur 10 milliards d’euros, voire 15 selon ces messieurs, de ressources financières supplémentaires pour boucler son budget.

Un déficit préoccupant
Selon une projection de la FHF, le déficit des établissements publics en 2011 s’élèverait à 487 millions d’euros. Ces chiffres sont issus d’une enquête auprès de 567 établissements, qui représentent 89% de la masse financière des hôpitaux. Sur ces 567 établissements, le déficit est de 576 millions d’euros et l’excédent de 120 millions d’euros. Projetés à 100% des établissements, le déficit serait de 649 millions d’euros et l’excédent de 161 millions d’euros. En 2010, le déficit s’élevait à 580 millions d’euros et l’excédent à 141 millions. La certification des comptes des hôpitaux est malheureusement reportée en 2016.

Respirez !
Les niveaux moyens de particules et d’ozone de Bordeaux, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Rouen, Strasbourg et Toulouse sont supérieurs aux valeurs guides recommandées par l’OMS. Près de 5 milliards d’euros par an pourraient être économisés si les concentrations moyennes annuelles de PM2,5 respectaient la valeur guide de l’OMS grâce à l’allongement de l’espérance de vie à l’âge de 30 ans de 3,6 à 7,5 mois selon la ville, ce qui équivaut à différer près de 3.000 décès par an. Près de 4 millions d’euros par an pourraient être économisés, en évitant près de 360 hospitalisations cardiaques et plus de 630 hospitalisations respiratoires, si les concentrations moyennes annuelles de PM10 respectaient la valeur guide de l’OMS. L’économie serait enfin de près de 6 millions d’euros par an (estimée sur la base d’une soixantaine de décès et d’une soixantaine d’hospitalisations respiratoires évitées par an) si la valeur guide de l’OMS pour le maximum journalier d’ozone était respectée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.