On se voit le 7 décembre ?

La FHP-MCO organise son deuxième Congrès national vendredi 7 décembre, journée couplée à celle organisée par la FHP la veille. Le MCO prend ses quartiers et relooke progressivement les anciennes Rencontres Annuelles. Nous donnerons la parole à des personnalités en verve : se succéderont à la tribune Patrick Le Lay, ex-patron de TF1 et ex-Président du FC Rennes et Alexandre Adler, éditorialiste à Europe 1 après avoir longtemps officié à France Culture. Cette matinée sera clôturée par Jean de Beaupuis, nouveau DGOS, qui nous présentera les nouvelles orientations hospitalières. Nous prendrons ainsi de la hauteur sur les évènements le matin avant de se donner les moyens de peser sur leur orientation l’après-midi avec la tenue de notre Assemblée générale annuelle. Cette journée est la vôtre, c’est celle du grand rassemblement de notre secteur MCO. Ce sera celle également des Présidents de CME et médecins DIM et TIM qui disposeront de l’après-midi pour débattre entre eux. Les absents au Congrès le regretteront..! Nous espérons ardemment être nombreux ! Au 7 !

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO

1 ou 2 enveloppes ?
Dans la suite logique de l’article 47bis du PLFSS, qui met en place une régulation de l’ONDAM par la variation des tarifs et non plus par le gel des crédits MIGAC, la Ministre Marisol Touraine exprime dans un courrier à la FHP son ouverture à l’existence de de 2 enveloppes : « L’hypothèse d’une dissociation de l’ODMCO entre secteurs public et privé, en construction et en gestion, peut naturellement faire partie des sujets ouverts à la discussion ». La décision a-t-elle déjà été prise ? En partie ? Dans ce cas, quelles contre-parties la profession doit-elle demander ? Un point majeur à l’ordre du jour du prochain CA du 28 novembre. Envoyez vos positions à Thierry Béchu –thierry.bechu.mco@fhp.fr

Un PLFSS 2013 chahuté au Sénat
Jeudi dernier, le Sénat votait contre le PLFSS 2013 (186 voix contre, 156 pour) à la faveur d’une alliance des sénateurs communistes (CRC) et UMP contre la partie recettes du texte de loi. La deuxième partie du texte (les dépenses) n’a pas été examinée par le Sénat. Une commission mixte paritaire composée de sept sénateurs et sept députés prenait alors le relai dès hier. Promis à l’échec, le texte va continuer sa navette parlementaire devant les deux chambres. L’Assemblée nationale aura le dernier mot. Marisol Touraine a regretté en séance qu’en ne votant pas la partie recettes de ce budget, le groupe communiste fasse « obstacle » à « un texte de justice et de protection ». Elle a rappelé sa « fermeté inébranlable » à mener à son terme la politique défendue par le gouvernement en matière de santé. Pour mémoire, les amendements portés par la FHP concernent les articles 13, 49, 47 et 47bis.

Mobilisation
Après un appel à l’arrêt de la grève, Le Bloc, la FMF et l’UFML envisagent de nouvelles actions : harcèlement juridique (notamment attaque de l’avenant n°8 devant le Conseil d’État dès sa publication au JO), opération « transparence » sur les comptes des mutuelles – « On publie bien des palmarès des performances des cliniques ou services hospitaliers. Nous allons le faire pour les mutuelles », déclarait le Dr Philippe Cuq, président du Bloc -, et enfin de prochaines manifestations. Une mobilisation sera très soutenue jusqu’au 28 novembre, jour de l’examen de la proposition de loi PS (PPL 296) tendant à modifier le code de la mutualité permettant de faire entrer les réseaux de soins mutualistes par la grande porte dans notre système de santé. La FHP-MCO soutient la pétition demandant son annulation. Mobilisation enfin des biologistes qui s’amplifie au niveau national avec un arrêt des télétransmissions des feuilles vers les Caisses d’assurance maladie, qui doivent les saisir manuellement. Une action parmi d’autres pour refuser une septième baisse consécutive des actes des laboratoires d’analyses médicales.

Des crédits supplémentaires
Les 26 ARS vont recevoir pas moins de 183,2 millions d’euros de crédits supplémentaires au titre des DAF-MIGAC (148,7 millions d’euros sur les MIGAC, 22 millions en DAF hors USLD et 12,5 millions pour les DAF USLD). Un pactole qui concerne au premier chef l’Île-de-France (24,4 millions), la Guadeloupe (21,3 millions), la région PACA (11,7 millions) et Bourgogne (10,7 millions).

Perturbateurs endocriniens
Le député Gérard Bapt a déposé auprès de son groupe politique une proposition de loi visant à interdire l’utilisation du DEHP (le plus dangereux des phtalates) dans les contenants alimentaires, les dispositifs médicaux et les articles de puériculture. Le C2DS a travaillé sur un indice de substitution des phtalates, rapport soumis à M. Bapt. Dossier préoccupant à suivre de très près.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.