Au cas où…prévoyez votre kit de survie !

La fin du monde serait pour demain. Mais sans doute pas « notre » monde. Car même si le PLFSS 2013 est validé, et le recours de 200 parlementaires auprès du Conseil constitutionnel pour « insincérité » de la loi a été retoqué, les experts économiques misent sur la plasticité et l’efficacité de notre secteur et lui prédisent… un avenir. Les guirlandes brilleront donc encore sous nos arbres de Noël ! Le vénérable magazine international « The Lancet » publiait la seule vraie bonne nouvelle de la semaine : en 40 ans, l’espérance de vie à la naissance a augmenté de 11,1 ans pour les hommes (67,5 ans contre 56,4 ans) et 12,1 ans pour les femmes (73,3 ans contre 61,2 ans) en moyenne. Réjouissons-nous et jouissons de ces jours qui nous sont offerts et de chacun comme s’il était le dernier. Toute l’équipe de la FHP-MCO se joint à moi pour vous souhaiter un très joyeux Noël et d’excellentes fêtes.

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO

Il était une fois … Notre système fiscal expliqué par Christian Guichard (groupe Médipôle Sud Santé)
Dix amis d’enfance, s’étant retrouvés, décidèrent de prendre l’apéritif ensemble chaque vendredi dans un bar de la ville. Certains étant moins riches que d’autres, il fut décidé de faire payer chacun, non en fonction de sa part, mais en fonction des impôts qu’il payait. Ainsi les quatre premiers ne payèrent rien, le cinquième paya un euro, le sixième trois euros, le septième sept euros, le huitième douze euros, le neuvième dix-huit euros et le dixième cinquante-neuf euros, soit au total cent euros. La formule marcha ainsi un an. Notre cafetier très commerçant leur dit un jour : « Vous êtes de très bons clients, aussi, je vais vous faire une ristourne de vingt euros« . Nos dix compères remercièrent leur hôte et se questionnèrent sur la façon de répartir cette remise. L’un d’eux ayant un sens aigu de l’équité, suggéra de la répartir, comme pour le payement, en fonction des impôts payés, ce qui fut accepté par tous. A la sortie du bar, chacun fit son compte : Les quatre premiers n’avaient bien sûr toujours rien payé, le cinquième avait bénéficié d’une remise de un euros et n’avait donc rien payé, le sixième avait bénéficié de un euro et avait payé deux euros, le septième avait bénéficié de deux euros et payé cinq euros, le huitième avait bénéficié de trois euros et payé neuf euros, le neuvième avait bénéficié de quatre euros et payé quatorze euros et le dixième avait bénéficié de neuf euros et payé cinquante euros. Les quatre premiers dirent : « Nous n’avons rien eu du tout. Cette mesure ne profite qu’aux riches ! Le système exploite les pauvres !«  Le cinquième dit qu’il n’avait eu qu’un seul euro d’économie et que de plus, à cause de cette mesure injuste, il avait vu sa situation se détériorer et figurait maintenant parmi les pauvres. Le système crée des pauvres. Le sixième, le septième, le huitième et le neuvième s’insurgèrent du fait que le dixième, le plus riche, avait bénéficié de neuf euros, alors que eux, classe moyenne toujours pressurée, n’avaient eu que un, deux, trois et quatre euros. Le système écrase la classe moyenne. Les neuf hommes cernèrent le dixième et l’insultèrent. Le vendredi suivant le dixième homme, le plus riche, ne vint pas. Il se sentait détesté, menacé et alla boire dans un autre bar beaucoup plus chic où il ne paya que quinze euros (contre cinquante-neuf auparavant). Les neuf autres s’assirent et burent leur verre en fustigeant ce riche qui n’avait même pas eu le courage d’assumer son ignominie. Quand vint le moment de se séparer et de payer leur note, ils découvrirent, avec stupeur qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour payer, ne serait-ce que la moitié de l’addition. Cela, mes chers amis, est le strict reflet de notre système fiscal. Les gens qui payent le plus d’impôts tirent le plus de bénéfice d’une réduction de taxe, d’un plafonnement de contribution… Mais taxez les plus forts, accusez les d’être riches et ils risquent de ne plus se montrer. En fait, ils pourraient commencer à aller boire ailleurs, à l’étranger peut être… Pour ceux qui ont compris, aucune explication n’est nécessaire. Pour ceux qui n’ont pas compris, aucune explication n’est possible.

La FHP-MCO demande au gouvernement une juste valorisation des tarifs hospitaliers en 2013
Lire le communiqué de presse envoyé aux médias ce jour. 

Marisol Touraine déstabilisée ?
Jean-Luc Névache, directeur de cabinet de Marisol Touraine serait sur le départ. SelonLa Tribune qui sort l’info, le « dircab » serait la victime du « réel désamour » entre le Premier ministre et Marisol Touraine, et « servirait de fusible« . Alors que Marisol Touraine « aurait l’habitude de ne jamais référer pour ses dossiers à Matignon » et de négocier directement avec l’Elysée, Matignon voudrait « resserrer les boulons » et « essayer de mettre en place un travail d’équipe« . Matignon lui reprocherait également de « manquer de courage » et de « refuser certains affrontements« , comme en ne se rendant pas au congrès de la FHP, à Lyon, le 6 décembre dernier !

Un patient traceur
La HAS dresse un bilan de la certification : sur 2 650 établissements de santé, publics et privés, 18 % ont été certifiés sans aucune réserve, 36 % ont obtenu la certification avec une ou plusieurs recommandations, 36 % ont des réserves à lever pour obtenir leur certification, et 10 % ont un sursis à certification, une nouvelle visite étant programmée un an plus tard. La version 3 verra apparaître la notion de patient traceur déjà utilisée dans les pays anglo-saxons. Des experts-visiteurs étudieront le parcours de soins en suivant un certain nombre de patients (entre 10 et 50 selon la taille des établissements) tirés au sort dans différents services. Cette nouvelle version devrait permettre de réduire le hiatus entre les résultats obtenus lors de la certification et le fonctionnement réel des services sur le terrain.

Des inégalités sociales de santé en France
Dans son rapport annuel, le Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM) indique qu’il « existe en France d’assez nettes inégalités sociales de santé si nous nous comparons aux autres pays européens« . Le rapport distingue les facteurs liés au système de soins tels que les inégalités d’accès aux soins, et les facteurs liés au milieu ou au mode de vie mais regrette toutefois manquer d’indicateurs pour mesurer précisément les liens de cause à effet. Les différences sociales de mortalité sont importantes en France en comparaison des autres pays d’Europe de l’Ouest. Par exemple, l’espérance de vie des cadres à 35 ans dépasse de plus de six ans l’espérance de vie des ouvriers au même âge. Le HCAAM attend de l’assurance maladie financeur et régulateur des soins qu’elle étudie plus avant les causes de ces inégalités. Au terme du débat, les membres de l’instance sont tombés d’accord sur la pertinence de la « médecine de parcours » pour répondre déjà aux inégalités territoriales de santé.

Comité de réforme hospitalière, c’est parti 
La ministre de la santé vient d’installer le nouveau comité de réforme de la tarification hospitalière où siège la FHP, la FHP-SSR et la FHP-MCO. Sa mission : « réformer la tarification hospitalière dans le sens d’une amélioration de la qualité des soins et de pérennisation [du] système de santé« . La ministre souhaite un modèle de financement « plus lisible et plus stable » et qui apporte un « soutien aux établissements en termes d’investissement, de recherche et d’innovation« . Qu’elle soit entendue ! La campagne tarifaire 2013 sera abordée normalement en janvier.

Le bilan désastreux du DMP
Exigé par le législateur en 2004, le DMP n’a commencé son déploiement qu’en décembre 2010. 250 millions d’euros ont été engloutis dans de projet pour 250?000 dossiers créés à ce jour et le monde politique réclame des comptes et une révision de la gouvernance. Au 2 décembre, 250 017 dossiers avaient été créés, contenant en tout près de 500?000 documents. A y regarder de plus près, ces documents sont inégalement répartis puisque seuls 110?000 dossiers médicaux en contiennent. Plus de la moitié des DMP sont vides. Ces DMP sont très inégalement répartis sur le territoire : en Ile-de-France, où vivent près de 10 millions de Français, seuls 3 320 dossiers ont été ouverts.

Une présidente pour le CISS
Toutes nos félicitations à Mme Claude Rambaud, nouvellement élue à la présidence du Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS).

L’air intérieur est notre bien commun, prenons-en soin
La qualité de l’air intérieur est une préoccupation récente, alors que nous passons 80 à 90 % du temps, c’est-à dire environ 22h sur 24 en espace clos ou semi-clos et que nous savons désormais que la concentration de polluants est supérieure à l’intérieur qu’à l’extérieur. La qualité de l’air intérieur est bien sûr liée à celle de l’air extérieur, au point qu’il existe une corrélation entre les pics de pollution et les hospitalisations. La pollution atmosphérique provoque 16% de nouveaux cas de maladies chroniques, et exacerbe les symptômes de maladies respiratoires dans 16 à 29% des cas. En 2013, le C2DS lance une campagne de sensibilisation : des outils sont mis à disposition de ses adhérents et une affiche d’ores-et-déjà disponible pour tous : affiche thématique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.