Deux nouveaux cadres…

Notre profession a inauguré hier sa nouvelle maison au 106 rue d’Amsterdam à Paris. Nous l’avons voulue économe, pratique, confortable. Le temps n’est plus à la nostalgie de la rue Monceau, dont nous n’oublions pas que les murs ont vu défiler plus de quarante ans de notre histoire, mais à une image renouvelée qui s’appuie sur un outil de travail efficace. Désormais réinstallés, quel est notre cap ? C’est l’objet du plan triennal stratégique, notre feuille de route syndicale, prévue dans les statuts de la FHP, qui nous guidera jusqu’en 2017. 11 groupes de travail thématiques correspondant à autant d’enjeux, ont soumis au comité exécutif leurs recommandations selon cinq objectifs et 50 actions déclinées dans le temps. Pour ma part, je retiens prioritairement cinq enjeux : votre accompagnement (enjeu n°1), une réflexion sur de nouveaux modèles d’organisation et de financement (enjeu n°5), une modélisation de la place des médecins (enjeu n°3), l’élaboration d’une politique de RH innovante (enjeu n°8), une stratégie d’image et d’influence (enjeu n°6). Cette étape de réflexion et de travail était fondamentale, elle est franchie. Il s’agit désormais d’agir !

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO

Les cliniques du Loir-et-Cher se font entendre
Bravo à Yvan Saumet (PDG de la Polyclinique de Blois) et ses collègues Jean-Louis Place, Élise Contour et Emmanuel Ventejou (Psy et SSR) qui prenaient la parole cette semaine dans la presse pour demander une équité de traitement. « En l’espace de sept ans, les tarifs en médecine, chirurgie et obstétrique ont augmenté d’1 %. Pour nous en sortir, nous cherchons à faire des gains de productivité » déclarait Yvan Saumet à La Nouvelle République.

Modalités du CICE : campagne tarifaire régionale des établissements de santé financés sous OQN (SSR et Psy)
La DGOS vient de préciser aux ARS les modalités de mise en œuvre de la campagne tarifaire régionale 2014, dont le CICE. Les règles changent en 2014, et fixent des taux moyens régionaux différenciés en fonction du poids respectif dans chaque région, des établissements à but lucratif et à but non lucratif. Une mission d’information sur la mise en œuvre du CICE vient d’être créée à l’Assemblée nationale. Elle sera composée de 30 députés répartis entre les groupes à la proportionnelle.

Les transports sanitaires dans le collimateur
L’assurance maladie a déposé 58 plaintes pénales en 2013 contre des entreprises de taxi et de transport sanitaire. « Il y a, sur des transports de courte distance, des facturations sur des kilométrages qui ne correspondent pas, compte tenu de ce que nous savons du point de départ ou du point d’arrivée » déclare Frédéric van Roekeghem, qui évalue le préjudice pour la même année à « moins de 20 millions d’euros ».

Le LEEM passe à l’attaque
Pour protester contre les mesures d’économies (3,5 milliards) visant le médicament, le CA du LEEM (Les entreprises du médicament) a décidé à l’unanimité de suspendre la participation du secteur pharmaceutique au Conseil stratégique des industries de santé (CSIS) et au Comité stratégique de filière des industries de santé (CSF), et d’annuler les prochaines rencontres internationales de recherche (RIR). Le LEEM évoque « l’abandon complet des ambitions industrielles de notre pays dans le secteur des produits de santé, contredisant la priorité affichée par le président de la République », et annonce « un impact rapide sur au moins 30 000 emplois directs ». Un « comité d’interface » est mis en place entre le LEEM et le directeur de cabinet de Marisol Touraine. Le LEEM demande des clarifications du plan d’économies dans le but de « ramener à trois ans les mesures de baisses de prix à des niveaux soutenables pour l’attractivité de notre pays ».

Le Conseil de l’ordre des infirmiers menace
Une « écrasante majorité » d’infirmiers était opposée depuis le départ en 2006 à cet Ordre a déclaré la ministre Marisol Touraine. Rappelons que 85 % des 550 000 infirmiers travaillent en établissements hospitaliers. « Je le dis très sincèrement et très fermement, l’Ordre des infirmiers est un Ordre contesté, un Ordre sans légitimité, et donc un Ordre dont l’avenir est clairement menacé » a-t-elle poursuivi. Un groupe de travail à l’Assemblée est chargé de réfléchir à son devenir.

Présomption de faute sur un établissement public
Suite à la chute d’un patient depuis la fenêtre de sa chambre d’hôpital, le Conseil d’état, dans un arrêt rendu le 30 avril 2014, relève que « un tel accident impliquait nécessairement soit que le dispositif de sécurité destiné à empêcher l’ouverture de la fenêtre n’avait pas été enclenché, soit qu’il n’avait pas correctement fonctionné ». Dès lors, elle estime que « l’une ou l’autre de ces circonstances relevait, eu égard aux précautions qu’imposaient l’état et le comportement de l’intéressé dans les jours ayant précédé l’accident, une faute dans l’organisation ou le fonctionnement du service ». Par cet arrêt, la haute juridiction administrative considère qu’une présomption de faute dans l’organisation du service pèse sur un établissement de santé public au sein duquel un dysfonctionnement du dispositif de sécurisation des fenêtres a permis à un patient vulnérable de se défenestrer.

Les sages-femmes toujours mécontentes
La ministre a promis une revalorisation des salaires après avoir d’abord annoncé un « nouveau statut médical au sein de la fonction publique hospitalière ». Les propositions du gouvernement laissent les syndicats sur leur faim et leur mobilisation continue.

13 conseillers
Suite au remaniement ministériel, Marisol Touraine a conservé ses principaux conseillers en poste mais avec un cabinet plus resserré. Bruno Maquart, directeur de cabinet et Grégory Guillaume, chef de cabinet, seront entourés de 13 conseillers.

37 millions de décès évitables grâce à la prévention d’ici à 2025
Une équipe de scientifiques de l’Imperial College de Londres menée par le Professeur Majid Ezzati a évalué à 37 millions de décès évitables grâce à la prévention d’ici à 2025. La projection des chercheurs britanniques a pour but d’inspirer les politiques publiques de prévention. L’hypothèse retenue par les chercheurs est volontairement raisonnable afin d’être atteignable. Il s’agit pour eux de réduire de 30 % la consommation de tabac et de sel, de 10 % celle d’alcool, de diminuer de 25 % le nombre de personnes hypertendues et de mettre un coup d’arrêt à la progression de l’obésité et du diabète. Si ces objectifs étaient atteints d’ici à dix ans, la mortalité par maladies cardio-vasculaires (dont le diabète), cancers et maladies respiratoires diminuerait de 22 % chez les hommes de 30 à 70 ans et de 19 % chez les femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.