On se voit les 11 et 12 juin ?

Le Congrès annuel de la FHP-MCO, à Paris cette année, est un temps fort de notre vie syndicale. C’est l’occasion de faire un point complet sur des grands dossiers qui nous concernent car ils impactent l’activité de nos entreprises. Ce rendez-vous est le lieu des échanges : quels sont vos attentes, vos propositions, vos objectifs et les modalités pour les atteindre, quel est le style que vous souhaitez imprégner à notre syndicat ? Venez saisir le pouls de notre profession, mais surtout venez vous exprimer et défendre vos positions au cours des tables rondes. Ce congrès est l’occasion de prendre de la hauteur pour voir loin, afin d’élaborer une vision politique commune, ambitieuse et partagée. Toutefois, la FHP-MCO n’est pas un think-tank mais un syndicat ! Si notre profession veut se faire entendre, qu’elle commence par se voir ! Si elle veut se défendre, qu’elle se compte. Pour défendre et pérenniser chacun d’entre nous, il faut protéger notre secteur dans sa globalité. Se rassembler une fois par an est la marque de cette unité et de cette volonté d’agir ensemble. J’en suis sûr, dans cette période de grande instabilité, nous trouverons de façon collective les opportunités de développer notre secteur. Ce congrès est aussi le moment de la présentation de notre bilan. Sans reprendre le rapport annuel d’activité que vous allez recevoir, sachez que nous avons apporté une réponse individualisée à près de 1200 questions (350 d’ordre économique et 800 d’ordre juridique), mis à votre disposition un médecin conseil, envoyé 110 dépêches pour traduire concrètement l’impact de l’actualité sur vos entreprises, etc. Bref un véritable service client à votre disposition, qui vous répond personnellement. Lucides et informés, nous vous alertons sur les risques émergents car vous le savez, l’anticipation est essentielle. Vous jugerez des moyens mis en œuvre et des résultats ; et surtout vous pourrez nous interroger sur tous ces points au cours du congrès. Au programme des 11 et 12 juin : des informations solides, des échanges vivants, des paroles franches, des engagements d’action mais surtout une invitation à construire l’avenir de notre métier. De la richesse de ce congrès, nous tirerons aussi, chacun d’entre nous et ensemble, la force nécessaire pour gagner la reconnaissance méritée de notre secteur privé. Je vous attends très nombreux les 11 et 12 juin et dès le 10 au soir à 20h, au restaurant le Ryad Nejma, pour ceux qui souhaitent participer à notre dîner de pré-congrès.

 

PS : un excellent congrès à nos collègues du SSR les 17 et 18 juin !
Lamine GHARBI

Président du syndicat national FHP-MCO

 

 

Un scandale à un milliard d’euros (extrait du communiqué de presse FHP-MCO du 22 mai)
La FHP-MCO a salué l’enquête de « 60 Millions de consommateurs » mettant au jour le véritable scandale financier que constitue le tarif journalier des prestations (TJP), facturé par les hôpitaux publics. Il génère un surcoût annuel non justifié d’un milliard d’euros pour la collectivité. Le TJP sert de base au calcul du ticket modérateur de 20% du coût des prestations de soins, qui reste à la charge du patient et/ou de sa mutuelle. L’enquête révèle les écarts de tarifs – de 360 euros à 2 230 euros pour une même prestation – d’un hôpital public à l’autre, fixés après validation de l’ARS et à la discrétion du directeur de l’hôpital. « Cette méthode de calcul dérogatoire, qui devait être temporaire, a été reconduite depuis 2004 et génère chaque année un surcoût de près de 1 milliard d’euros pour les patients et les mutuelles », déclarait à la presse Lamine Gharbi. Le TJP est un moyen opaque de financement des hôpitaux en marge des dispositions réglementaires et qui échappe au contrôle du législateur. La FHP-MCO demande donc que la réforme toujours repoussée des modalités de calcul du ticket modérateur soit enfin engagée pour aller dans le sens d’une équité entre les deux secteurs, public et privé, et d’une limitation des inégalités de reste à charge pour les patients.

 

Les hôpitaux découvrent la rigueur d’une certification des comptes
Une première vague de 31 hôpitaux publics s’est engagée dans une certification des comptes au titre des comptes 2014 et sera certifiée en juin 2015. Une deuxième vague de 160 hôpitaux sur les comptes 2015 sera lancée puis une dernière vague sur les comptes 2016. Un porte-parole de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes avançait la probabilité que certains récolteront certainement des réserves, mais souligne que la dynamique est engagée. « Il faut vraiment se mettre en tête qu’on est dans un processus d’amélioration de la qualité, comme pour la certification HAS », déclarait un représentant de la DGOS. « Il ne faut ni s’effrayer, ni s’égarer » s’exprimait une directrice de CH. Une découverte très tardive pour les uns et une rigueur managériale et un exercice bien connu et depuis bien longtemps pour les cliniques.

 

La future loi de santé présentée le 17 juin
Marisol Touraine présentera les orientations de la future loi de santé le 17 juin avant d’entamer un nouveau cycle de concertation plus formelle. Ensuite, le projet passera en Conseil des ministres pour une présentation au Parlement début 2015.

 

Le sentiment qui domine est celui du ras-le-bol
Extrait de l’entretien de Marc-Antoine Lucchini, directeur général de Sanofi au Quotidien du Médecin. « La couverture sociale et l’accès aux soins – pas de listes d’attente – sont la grande force de la France comparée à d’autre pays. À cet égard, le système français est encore assez privilégié. Mais cela ne veut pas dire que c’est un système très efficient. En dépit de son coût exponentiel ces dernières années, le système de santé français n’est plus champion du monde, il a été rétrogradé dans les classements de l’OMS. Il va falloir affronter les problèmes structurels et ne pas se contenter d’actions sur les prix qui sont la solution de facilité (…) Pour la 3e année consécutive, plus de 50 % des économies vont être faites sur son (l’industrie pharmaceutique) dos. Il y a les 3,5 milliards d’euros annoncés, mais si vous ajoutez la maîtrise médicalisée et le volet sur les achats hospitaliers, qui impactent également le médicament, on arrive en définitive à 5 milliards d’euros ! Le sentiment qui domine est celui du ras-le-bol. On ne peut plus accepter ces mesures conjoncturelles qui évitent de s’attaquer aux problèmes structurels. Nous pourrions apporter une valeur ajoutée sur l’efficience. »

 

Les ruptures de stocks de médicaments empirent
Le phénomène s’accélère : les traitements hormonaux, les anti-infectieux et les anticancéreux arrivent largement en tête des produits épuisés. Plus grave, près de 30 % de ces ruptures concernent des produits indispensables.

 

Qui sont les eurodéputés experts de la santé ?
Françoise Grossetête et Philippe Juvin à l’UMP, Gilles Pargneaux au PS, Michèle Rivasi chez les écologistes, et Joëlle Mélin au Front national, en charge des questions de santé au sein de leur parti, sont élus ou réélus eurodéputés.

 

Quel flux de patients franco-étrangers ?
Jean de Kervasdoué remettra dans « une quinzaine de jours » un rapport sur l’accueil de patients étrangers en France et sur les flux de patients français vers d’autres pays : quelles sont « les attentes et les motivations des patients étrangers très solvables ainsi que les freins à leur accueil en France », et quels sont « les flux de patients français vers l’étranger, les motifs et les destinations privilégiées ». Il est attendu de ce rapport qu’il recense les activités qui semblent « susceptibles d’illustrer nos qualités d’accueil et de soins » et formule des propositions « dans le but de structurer l’offre française ».

 

 

Rendez-vous à la 8e agora du C2DS
Lors de sa 8e agora à Paris le 25 juin prochain, le C2DS fera un bilan sur la Charte de l’environnement adoptée par l’Assemblée nationale et le Sénat il y a tout juste dix ans. Une occasion d’analyser sa portée constitutionnelle et son lien avec le développement durable en santé. Quelle est l’influence concrète de ses articles sur les établissements ? Lors de cette journée d’échanges, l’accent sera mis sur les enjeux de la transition énergétique ainsi que sur la formation du personnel des établissements de santé. Le C2DS fera également un focus sur les centrales d’achat et leur degré d’implication en matière de développement durable.
Programme et bulletin d’inscription à télécharger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.