Retour sur les grandes avancées médicales de 2014

La revue Science vient de dévoiler le palmarès des 9 percées scientifiques majeures de l’année 2014. « Les percées scientifiques choisies doivent résoudre un problème auquel les gens étaient confrontés depuis longtemps ou ouvrir la voie à de nouvelles recherches », indique dans un communiqué Robert Coontz, rédacteur adjoint des actualités de Science.

Voici quatre présentations retenues par la FHP MCO, de manière aléatoire :

1.       La transfusion de sang jeune à des patients atteints de la maladie d’Alzheimer

Transfuser du sang de jeunes adultes de moins de 30 ans à des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer, pour tenter de contrer les symptômes de la maladie : voilà le but de l’essai mené depuis octobre 2014 par deux équipes américaines. Cet essai intervient dans la continuité de recherches menées sur des souris : les transfusions de « sang jeune » avaient amélioré les performances cognitives des souris testées, notamment en terme de capacité à mémoriser et à apprendre des tâches. « Il y a sûrement quelque chose de spécial dans le sang jeune qui permet d’améliorer de nombreux aspects du vieillissement », expliquait alors le principal auteur de l’étude, Saul Villeda, de l’Ecole de Médecine de l’Université de Californie à San Francisco. Il s’agit maintenant de trouver ce qu’est ce « quelque chose de spécial ».

2.       Soigner le diabète en clonant des cellules protectrices d’insuline

Deux groupes de recherche américains ont été mis à l’honneur par la revue pour leurs travaux. Ils ont découvert deux méthodes différentes pour faire pousser en laboratoire des cellules qui ressemblent étroitement aux cellules bêta qui produisent l’insuline dans le pancréas, à partir de cellules de la peau. Une découverte qui offre une possibilité sans précédent d’étudier le diabète.

3.       Manipuler les souvenirs

En utilisant l’optogénétique – technique qui manipule l’activité des neurones à l’aide de rayons lumineux – des chercheurs en neurobiologies du MIT de Bostonont montré qu’ils pouvaient manipuler spécifiquement des souvenirs chez la souris. Dans leurs expériences où ils effaçaient des souvenirs existants et en implantaient d’autres faux, ils sont allés jusqu’à changer le contenu émotionnel d’un souvenir chez la souris.

4.       L’alphabet du vivant a deux nouvelles lettres

C’est une étape historique dans la manipulation du vivant qu’ont franchi en mai 2014 Denis Malyshev et Floyd Romesberg, biologistes au Scripps Research Institute de La Jolla en Californie. Avec six de leurs collègues, ils ont créé une bactérie d’un nouveau genre, dont le code génétique n’est plus seulement constitué des « quatre lettres de l’alphabet du vivant » mais contenant en plus deux autres lettres, X et Y. De telles bactéries synthétiques ne peuvent se reproduire en dehors du laboratoire, mais pourraient permettre de créer des protéines sur mesure ayant des acides aminés « non naturels ».

En parallèle de ces innovations, l’équipe de Science a désigné la plus grande catastrophe de 2014 : l’échec à endiguer l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Parmi les autres « flops » de l’année, on retrouve l’affaire des cellules souches STAP au Japon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.