Recommandations de bonnes pratiques organisationnelles et de préparation liées à l’activité de nutrition parentérale

L’instruction du 20 mars 2015 vise à rappeler les risques liés à l’activité de nutrition parentérale et l’obligation d’une mise en place d’une gestion des risques liée à cette activité. Elle met en œuvre les recommandations de l’IGAS de janvier 2015 dans son rapport « évaluation des pratiques en matière de nutrition parentérale pédiatrique ».

Sur la base de l’instruction du 20 mars 2015 relative à la gestion des risques liée à l’activité de nutrition parentérale en réanimation néonatale, en néonatologie et en pédiatrie par la mise en place de bonnes pratiques organisationnelles, plusieurs actions devront être menées par les ARS et les établissements de santé.

Les ARS devront, notamment :

  • réaliser un diagnostic de territoire sur l’adéquation entre les besoins et l’offre de production permettant des circuits de distribution garantissant les délais les plus courts et la sécurité d’approvisionnement en poches de nutrition parentérale ;
  • faire placer toute fabrication de mélange nutritif sous responsabilité pharmaceutique et cesser la production dans les services cliniques

Concernant les établissements de santé, les actions devant être menées devront notamment viser à :

  • réaliser des évaluations de pratiques sur des thèmes prioritaires et, sous 6 mois à compter de la présente instruction, réaliser un audit des pratiques d’administration de nutrition parentérale au sein des services visés ;
  • élaborer un référentiel de prescription privilégiant les prescriptions de spécialités avec autorisation de mise sur le marché ;
  • arrêter les préparations de mélange nutritif dans les services de soins, placer sous responsabilité pharmaceutique la production et renforcer la qualité de la production ;
  • réaliser des revues de morbi-mortalité sur tous les décès de nouveau-nés suspects ou inattendus selon les guides publiés par la Haute autorité de santé et l’instruction n°352 du 28 septembre 2012.

Outre ces actions, l’instruction rappelle certaines obligations relatives à cette activité. Ces obligations concernent :

  • Le choix du mélange nutritif :
  • La prescription de formules standards
  • L’informatisation des prescriptions en néonatologie
  • La préparation à l’hôpital et la sous-traitance des préparations
  • Le circuit d’approvisionnement des mélanges nutritifs
  • L’administration du mélange nutritif
  • La sécurité des pratiques

Pauline MENCHON (pauline.menchon@gmail.com) est à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Bien cordialement,

Restant à votre écoute,

Thierry BECHU
Délégué Général du syndicat national FHP-MCO

 

A télécharger

Instruction du 20 mars 2015 relative à la gestion des risques liée à l’activité de nutrition parentérale en réanimation néonatale, en néonatalogie et en pédiatrie par la mise en place de bonnes pratiques organisationnelles

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.