Vive l’ambulatoire !

Les 28 cliniques de Haute-Normandie se font connaître

Les régions sont résolument dynamiques. Hier les régions Bretagne et Pays de la Loire recevaient des milliers de lycéens, aujourd’hui la Normandie promeut l’excellence ambulatoire de l’hospitalisation privée. Une valorisation qui bénéficie aux 28 établissements privés régionaux. Depuis lundi et pour une semaine, les soignants accueillent les citoyens pour leur expliquer les nombreuses vertus de cette hospitalisation à temps très partiel. Un prétexte utile en soi mais permettant aussi de créer les conditions de l’échange entre citoyens et professionnels de santé d’une manière générale. Au programme : séminaires, ateliers ludiques et interactifs, quizz, une page quotidienne dans le journal Paris Normandie, etc.
En Haute-Normandie, l’hospitalisation privée prend en charge 43,9 % des actes chirurgicaux et ambitionne d’assurer 66,2 % des interventions d’ici 2020.

Contrat d’accès aux soins, le compte n’y est pas !

Le contrat d’accès aux soins (CAS) de modération tarifaire «n’est pas une réussite comme veut bien le prétendre l’assurance maladie », déclare aujourd’hui le Dr Patrick Gasser, président de l’UMESPE au Quotidien du médecin. Pourtant la CSMF avait bien signé l’avenant 8 en 2012. Le contrat a attiré 11 450 praticiens, une « faible participation ». Les complémentaires n’ont pas joué le jeu totalement et la complexité administrative a fait le reste. L’UMESPE exige la création d’un nouveau « contrat complètement revisité » et une valorisation parallèle des actes médicaux opposables.
De son côté, la CNAMTS se réjouit d’une baisse des DP en général des médecins (signataires du CAS ou non) : 53,4 % en 2015, contre 55,4 % en 2012 et celle des adhérents au CAS de 22 % en 2015 contre 24,3 % en 2014. Le taux de DP moyen chez les médecins ciblés pour des pratiques jugées excessives « a diminué de 18,9 % suite aux actions de régulation ». Le CAS a permis un recul des installations en secteur 2 hors contrat déclare la CNAMTS.

PLFSS 2016 : recours des députés Les Républicains

Les députés du groupe « Les Républicains » (ex-UMP) ont déposé un recours devant le Conseil constitutionnel sur la LFSS 2016 qui compte 94 articles. La saisine des députés vise l’ensemble de la loi mais surtout 5 articles dont l’article 77, qui reporte à 2020 la réforme du calcul du ticket modérateur dans les établissements de santé publics et les ESPIC entretenant «une rupture d’égalité entre les établissements de santé publics et privés sans une justification claire ».

Les femmes ont aussi des problèmes de cœur !

« Chaque jour 400 personnes meurent de maladies cardio-vasculaires dont plus de la moitié sont des femmes », conclut la voix off du clip de 50 sec. très efficace tourné par la metteur en scène Maïwenn. Pour tordre les préjugés qui prêtent aux hommes le monopole de ces pathologies, la Fédération française de cardiologie vient de lancer une campagne de prévention des maladies cardio-vasculaires à destination des femmes.

Pour visionner le clip : https://www.youtube.com/user/FFC75012

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.