La santé connectée ou une nouvelle approche sur la dépression

La dépression est, sans conteste, le mal de notre siècle. Selon l’OMS, 350 millions de personnes sont touchées par ce phénomène dans le monde. En France, on estime qu’une personne sur cinq en souffre. Les coûts de traitement sont estimés à 1 milliard d’euros pour un mal qui est traité environ cinq ans après les premiers signes dépressifs. Face à ce manque de réactivité dans la prise en charge du patient comme du médecin, une start-up française s’est engouffrée dans la brèche pour proposer un objet connecté prévenant la dépression.

Myndblue, le bracelet connecté capable de détecter la dépression.


Le bracelet Myndblue conçu par la start-up française du même nom propose un champ d’application inédit. En effet, il collecte des données telles que le rythme cardiaque, le temps de sommeil, la lumière perçue qui sont ensuite analysées par le médecin traitant. Ce dernier peut donc diagnostiquer au mieux un stress passager ou une dépression latente, dans le pire des cas. Prévenir la dépression avant qu’elle ne s’installe profondément, c’est adopter un traitement plus doux pour éviter la prise de médicaments. En plus de détecter les signes avant-coureurs de cette pathologie souvent mal diagnostiquée, le bracelet peut accompagner les personnes sujettes à une rechute pour faciliter le suivi et personnaliser le traitement médical.

Vers une démocratisation du bracelet par les médecins ?

Depuis février, les bracelets anti-déprime sont en phase d’expérimentation à l’Hôpital Saint-Antoine, Paris 12. Philippe Nuss, l’un des psychiatres en charge des tests assure que le bracelet connecté aidera les professionnels à faire le tri selon la complexité de l’état du patient. Pour Denis Fompeyrine, cofondateur de Myndblue et docteur en psychologie clinique, la dépression est fortement installée quand le patient décide de consulter. Ainsi le bracelet revêt définitivement un caractère médical qui favorisera un diagnostic plus en amont et mettra en lumière une pathologie souvent méconnue.

La dépression, en somme, est une maladie dont les tenants et aboutissants échappent souvent aux médecins. Le bracelet anti-déprime peut constituer une nouvelle approche pour qualifier et davantage reconnaître ce mal, souvent « sous diagnostiqué » selon l’épidémiologiste Bernard Bégaud. Et ce dernier de rajouter que cette alternative semble crédible pour éviter une prise massive de médicaments, privilégier une médecine douce et renforcer sa connaissance sur le sujet.

Sources :

https://pixabay.com/fr/fille-inquiet-femme-en-attente-413690/ (IMAGE)

http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/13738-Depression-un-bracelet-connecte-pour-la-detecter-plus-tot

http://hitek.fr/actualite/bracelet-connecte-depression_8271

http://hightech.bfmtv.com/produit/myndblue-le-bracelet-connecte-qui-detecte-la-depression-944298.html

http://www.journaldugeek.com/2016/01/18/un-bracelet-connecte-pour-detecter-la-depression/

http://www.20minutes.fr/sante/1768215-20160118-depression-bracelet-connecte-detecter-maladie

http://www.leparisien.fr/societe/ce-bracelet-traque-la-depression-17-01-2016-5458683.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F

https://www.polytechnique.edu/fr/content/une-start-incubee-lx-cree-un-bracelet-pour-detecter-la-depression

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.