Dialyse à domicile, pour qui ?

Évaluer l’autonomie des patients et la charge en soins

La FHP-Dialyse demande la mise en place d’une grille d’évaluation de l’autonomie des patients et d’un recueil d’indicateurs de la charge en soins, notamment pour l’orientation vers la dialyse à domicile, à l’image par exemple de ce qu’est la grille AGGIR pour les maisons de retraite. Le rapport REIN (cohorte de 40 000 patients) de l’Agence de biomédecine, ne comporte aucune donnée sur ces points.

« C’est bien de vouloir orienter plus de patients vers la dialyse à domicile. Mais, d’une part, il faut respecter ceux qui ne le souhaitent pas car cela apporte l’hôpital à la maison et ceux pour qui c’est impossible en raison d’un environnement d’habitat ou de famille qui ne le permet pas. L’orientation vers la dialyse à domicile, si elle est possible, pourra éventuellement être prise sur des bases claires et en toute responsabilité par les professionnels. D’autre part et surtout, il y a des malades qui ne possèdent ni le degré d’autonomie suffisant ni une charge en soins médicalement compatible avec des soins chroniques, complexes et à domicile. La dialyse est un traitement supplétif à l’insuffisance rénale chronique terminale, en aucun cas, un remède à la perte d’autonomie qui, malheureusement, accompagne le vieillissement, même si on est tous d’accord pour développer les moyens de limiter cette perte d’autonomie. Mais l’on s’apercevra vite que ce mouvement sera limité par la lourdeur et la faible autonomie de très nombreux patients », déclare le Dr Gilles Schutz, président de la FHP-Dialyse.

La feuille de route de la DGOS 2015-2017

Maquette soignée, schémas explicatifs, la DGOS a fait un effort pédagogique certain pour rendre compréhensibles à tous, ses missions et ses objectifs. Outre l’exposition des quatre axes de travail déclinés en 16 objectifs, notons la volonté de se doter d’indicateurs de suivi et d’évaluation. « Skip the intro » et rendez-vous directement aux pages 30 et 31 pour comprendre les résultats sur lesquels le travail sera évalué.

Pour consulter le projet stratégique 2015-17 de la DGOS

Le « 1 euro »

Le projet de décret qui définit les modalités de paiement du tiers payant généralisé a fuité et met le feu aux poudres chez les libéraux. La loi de santé prévoit le versement de pénalités de retard par la sécurité sociale lorsque le remboursement d’un acte dépassera un certain délai….et qui s’élèveront à 1 euro forfaitaire ! Les médecins auront de plus la charge de la vérification. « Minable » rétorque le SML, « du grand-guignol » ajoute la CSMF. « Rappelons-nous les déclarations enfiévrées de la ministre en plein état d’urgence, qui avait fait des pénalités l’un des socles de garantie de fonctionnement du tiers payant généralisé », déclare l’UFML.

Création d’un diplôme universitaire de pharmacien manager

L’Institut de formation et de recherche sur les organisations sanitaires et sociales (IFROSS), Université Jean Moulin Lyon III et la CAHPP, lancent un nouveau diplôme universitaire qui débutera en octobre 2016. Ce DU est accessible uniquement en formation continue ; il est destiné aux pharmaciens exerçant au sein d’établissements sanitaires et médico-sociaux. La formation se déroule sur 1 an, cadencée en 6 modules de 3 jours. La CAHPP prend en charge le financement de la formation de 15 étudiants.

Soyons nombreux à la Convention FHP-MCO

La convention annuelle de la FHP-MCO aura lieu les 12 et 13 mai 2016 à La Grande Crypte – 69 bis rue Boissière à Paris 16e. Notre secteur traverse une période difficile, faite de contraintes budgétaires très fortes et de décisions politiques dogmatiques. Ensemble, nous devons « REBONDIR ».

Nous comptons sur votre participation nombreuse.

ProgrammeBulletin d’inscriptionListe d’hôtels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.