PLFSS 2017, installation des médecins

Vers une installation sélective des médecins

Tous les syndicats de médecins sont montés au créneau. Les députés ont adopté en commission des affaires sociales, le 19 octobre 2016, dans le cadre du projet de loi de finances de la Sécurité sociale 2017, l’amendement 419 [1] de Mme Le Houerou (PS), réservant le droit au conventionnement avec l’Assurance maladie aux seuls médecins libéraux acceptant de s’installer dans les zones jugées sous-denses en offre médicale. C’est par un vote à main levée par 14 voix contre 5, sur seulement 25 députés présents sur les quelque 70 qui composent la commission des affaires sociales que cet amendement a été adopté et sera donc soumis aux débats parlementaires à l’Assemblée nationale. Contrairement à la loi santé, cette volonté de réduire la liberté d’installation des médecins divise à droite comme à gauche puisque des députés LR et UDI sont favorables à cet amendement, tandis que des députés PS et apparentés, s’y opposent.

30 à 40 % des patients hospitalisés sont dénutris

Le collectif de lutte contre la dénutrition, nouvellement créé, vient de lancer un manifeste et propose 10 mesures pour infléchir la courbe de dénutrition qui toucherait 2 millions de Français. Présidé par le professeur Eric Fontaine, nutritionniste au CHU de Grenoble et président de la Société francophone de nutrition clinique et métabolisme (SFNEP), il rassemble notamment des professionnels de santé, des associations de patients, d’aidants, des sociétés savantes, des économistes, des sociologues et des personnalités politiques. La dénutrition est une perte de chance et malgré des données agrégées depuis 30 ans, aucun grand dispositif n’existe pour l’enrayer. La dénutrition touche principalement les patients atteints de cancer, de maladies neurodégénératives, les enfants hospitalisés et les personnes âgées. Le coût des 10 mesures est évalué à 1 milliard d’euros, quand celui de la dénutrition pourrait s’élever à 20 milliards d’euros selon le collectif.

2 plateformes santé pour interpeller les candidats à la présidentielle

Les acteurs et organisations de santé s’organisent et ce ne sont pas moins de deux plateformes santé aussi hétéroclites l’une que l’autre qui se sont faits connaître cette semaine. Le Collectif santé 2017, à l’initiative du LEEM, agrège, outre les entreprises du médicament et des DM (SNITEM), la FHP, les syndicats médicaux – la CSMF, MG France et le SML-, sans oublier le CISS.

Un autre collectif à l’initiative de l’UFML, trans-sectoriel public/privé, regroupe des médecins libéraux, des praticiens et professeurs hospitaliers et des para-médicaux.

Autant de chances données à la démocratie sanitaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.