La santé 2.0 menace-t-elle la déontologie médicale ?

medical*2

Selon une étude de Grand View Research, on dénombre en 2016, 73 millions d’appareils de santé connectée à travers le monde contre une estimation de 161 millions en 2020 (1). La suprématie des objets connectés du type bracelets, traqueurs, montres va se renforcer. Face à une demande qui explose, la volatilité des données collectées reste préoccupante. Comment être sûr de la totale confidentialité de ses données de santé à l’heure du big data et des data centers ? Pour l’utilisateur final, la prudence est toujours de mise même si l’on pense raisonnablement que des processus de sécurisation vont voir le jour.

Un manque d’encadrement de la donnée de santé

Si l’apport des objets connectés est reconnu par les français sur les questions de prévention, suivi à distance et bien-être au quotidien, l’encadrement juridique et légal n’est pas encore parachevé. Il subsiste des doutes quant au détournement de ses propres données de santé au profit des grands groupes ou sites marchands.

Pour Louis-Jean Calloc’h, ex-médecin et conseiller à la Sécurité Sociale en nouvelles technologies de santé, le marché de l’e-santé est encore immature : « Nous en sommes aux prémices. […] Pour comparer, nous sommes comme au début de la découverte de l’imprimerie… » (3) La confiance totale dans les objets connectés est une étape à franchir pour faire de l‘objet de santé, un véritable dispositif sur lequel s’appuyer pour le médecin.

La technologie blockchain : pour une transparence, traçabilité et confidentialité du parcours de soin ?

Concept à la mode, la blockchain revêt différentes formes. Ce procédé consistant à se passer d’intermédiaires pour assurer la meilleure traçabilité, transparence et sécurité des données dans un écosystème précis, pourrait trouver dans la santé connectée un domaine où se développer. La suppression des intermédiaires de santé dans la transmission des données de santé pourrait permettre de simplifier et contrôler le processus de traitement des informations du patient. Parmi d’autres, c’est un mécanisme que la technologie blockchain peut développer. Ce serait en tout cas la première étape pour sécuriser la donnée et à terme le carnet connecté de santé du patient.

La sécurisation santé connectée suscite encore des craintes à l’heure du tout-digital. C’est l’aspect essentiel pour transformer un marché prometteur en un écosystème abouti qui profiterait à l’offre médicale de demain.

(1) http://www.grandviewresearch.com/industry-analysis/internet-of-things-iot-healthcare-market

(2) http://www.entreprises.gouv.fr/etudes-et-statistiques/e-sante-faire-emerger-offre-francaise

(3) http://www.ouest-france.fr/sante/la-sante-connectee-peut-elle-garantir-le-secret-medical-4605027

http://ideas.microsoft.fr/sante-connectee-big-data-iot-5-chiffres-ecteur-mutation/?cr_cc=200542638%20-%20d0gZjQhKoifLGmJZ.97#Dwpy8WAp4J2jY1Sv.97

https://backoffice.www.orange-business.com/fr/blogs/e-sante/transformation/blockchain-que-peut-elle-apporter-au-monde-de-la-sante-?platform=hootsuite#.V-0jfw6kb9c.twitter

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.