Détection des violences faites aux femmes : impliquons-nous

Une réalité insupportable : 150 féminicides étaient recensés en 2019, soit près d’un tous les deux jours. L’une de ces femmes avait peut-être été accueillie dans l’un de nos établissements, ou l’une de celles aujourd’hui menacées le sera. La réalité de notre métier fait sa beauté mais aussi sa difficulté, nous sommes en prise directe avec les maux de la société.

Notre éthique professionnelle et le symbole fort attaché aux métiers du soin nous engagent. Les services d’urgence et les maternités sont naturellement les premiers points de contact avec les femmes victimes de violences, mais d’autres services de soins doivent aussi être en alerte. La sensibilité aux violences faites aux femmes et la capacité de détection de signaux faibles sont dépendants de chacun, soignant et médecin. La conscience, mais aussi l’information et la formation des professionnels de santé sont ici questionnées.

Depuis 2015, la réglementation nous oblige. La circulaire du 25 novembre stipule l’identification d’un référent « violences faites aux femmes » dans chaque établissement de santé autorisé en médecine d’urgence. Le référent bénéficie à ce titre d’une formation spécifique, sous l’égide de la Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains – la MIPROF – qui met également à disposition des outils. 600 référents ont d’ores et déjà été désignés et 365 d’entre eux ont été formés.

Dans le même esprit, le Conseil National de l’Ordre des Médecins a proposé le 13 décembre dernier une évolution de la législation permettant de lever le secret médical dans certains cas définis. Il s’agit de permettre au médecin ou à tout autre professionnel de santé, en cas d’intime conviction de danger vital immédiat pour une victime de violences conjugales sous emprise, de procéder à un signalement auprès du Procureur de la République, même sans l’accord de la victime.

Acteurs de santé dans les territoires, notre rôle est essentiel pour détecter et signaler les situations de violences faites aux femmes. Alors impliquons-nous !

A TÉLÉCHARGER :

Clôture du Grenelle Contre les violences Conjugales
CNOM Que faire face à une femme victime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.