Anne Chevrier, cheffe du service certification des établissements à la HAS

Avec la certification v2020, le nombre des patients-traceurs va être multiplié par 5, qu’en attend la HAS ?

Le patient traceur est une méthode d’évaluation pragmatique dont les professionnels s’emparent facilement car elle vise à auditer le respect des recommandations et bonnes pratiques en y associant leur patient, sur le résultat précis d’un cas concret. En 2014, cette méthode était assez peu utilisée variant de 1 à 15 selon la taille des établissements. Dans le cadre de la v2020 orientée davantage sur le résultat de la qualité et sécurité des soins, nous allons largement la développer. Cela va nécessiter des profils d’experts visiteurs un peu différents, et de les démultiplier. De 450, nous envisageons de passer à 650.

 Quels changements structurels apporte la v2020 ? 

Le système de santé évolue, aussi le référentiel de certification doit lui aussi s’adapter. La certification v2020 s’articule avec le programme de « Ma Santé 2022 ». C’est à dire que le patient est au cœur de ce programme. Cette version 2020 intègre des priorités : l’engament du patient, à ce titre les RU seront associés, le développement de la culture et de la pertinence du résultat ainsi que le travail en équipe.

Nous demandons désormais au patient de participer. C’est une véritable évolution de la place du patient qui arrive en co-construction avec son parcours. Un adage que tout le monde s’accorde à dire, est qu’un patient qui adhère, qui est co-acteur, obtient une prise en charge plus efficace, c’est une évidence mais il faut le dire et ne pas l’oublier.

Concrètement, qu’attendrez-vous de nouveau dans l’implication des représentants des usagers ?

Par exemple, aux rencontres que nous aurons avec la gouvernance, seront présents le directeur de l’établissement, le président de la CME, le directeur des soins et le représentant des usagers. Nous aurons quelques phases spécifiques avec le représentant des usagers. La v2014, nous les rencontrions de façon successive. Certains critères porteront sur comment la gouvernance de l’établissement a promu des actions qui mobilisent les savoir-faire des experts patients. De même, nous vérifierons que les RU se sont rencontrés 4 fois par an, et nous voudrons aussi savoir ce qui a été fait.

Propos d’Anne Chevrier enregistrés à l’occasion de son intervention au 10e Congrès des représentants des usagers organisé par la FHP-MCO le 26 septembre dernier à Paris.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.