Actus Santé du 13h N° 521 du 10/02/20

Tarification : « un changement culturel »

Les fédérations hospitalières ont signé avec la ministre Agnès Buzyn un protocole garantissant des taux minimums d’évolution des ressources financières pour 2020, 2021, 2022. Une progression minimale de l’ONDAM de +2,4 % est également actée.

« Les décisions prises pour la campagne tarifaire et budgétaire 2020 s’inscrivent, comme celles de la campagne 2019, en rupture profonde avec le long cycle de baisse tarifaire que les établissements ont connu ces dernières années » a déclaré la ministre. En 2020, l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (ONDAM) des établissements de santé progresse de +2,4 % par rapport à 2019, ce qui correspond à 2Md€ de ressources supplémentaires à destination des établissements de santé.

« Ce protocole marque un changement culturel important dans nos relations avec les tutelles, basé sur la responsabilité et la confiance réciproque entre l’État et les établissements de santé » s’est exprimé Lamine Gharbi, président de la FHP.

Ce protocole d’accord formalise l’engagement du secteur dans les principaux chantiers de la transformation du système de santé : progression du financement à la qualité, meilleure prise en compte de la qualité et de la pertinence des soins, amélioration de la qualité de vie au travail dans nos établissements, fidélisation de nos professionnels de santé et développement de la délégation de tâches…

Tarifs MCO 2020 : + 0,6 %

Cette augmentation de 0,6 % de tarif inclut la part IFAQ. L’intégralité de la sous-exécution de 2019 sera restituée et l’impact résiduel de la transformation du CICE en allègement de charge sera pris en compte. Enfin, les MIGAC augmentent de 4,5 %.

Les financements alloués aux activités d’hospitalisation à domicile progresseront de +1,5 % en 2020, incluant le taux d’évolution des tarifs et la montée en charge du financement à la qualité. L’enveloppe de financement des missions d’intérêt général progresse pour 2020 de +4,5 %, « en rupture également par rapport à la période précédente, traduisant ainsi la mise en œuvre effective des mesures « investir pour l’hôpital », à la fois en matière de renforcement des crédits alloués aux missions d’enseignement, de recherche, de recours et d’innovation (MERRI), et de renforcement de l’attractivité des métiers et la fidélisation des personnels soignants », précise le ministère.

 + de 90 % des Français font confiance aux médecins

L’enquête menée par l’Académie de médecine dévoile les attentes des Français vis-à-vis du corps médical : 92 % des sondés disent avoir une bonne image de leur médecin généraliste et 91 % de leur spécialiste.

Leur professionnalisme est loué et même 78 % des personnes interrogées les qualifient de « dévoués ». L’écart de satisfaction entre les personnes âgées de 18 à 24 ans et celles âgées de 65 ans et plus est compris entre 6 et 20 points.

Des critiques voient toutefois le jour : 74 % des Français estiment que le terme « pressés » les qualifie bien. 58 % jugent qu’ils sont « intéressés par l’argent » et 57 % qu’ils sont « stressés ».

Concernant l’aspect humain de la médecine, seuls 22 % des interviewés estiment que la prise en compte du bien-être du patient s’est améliorée, 41 % jugent qu’elle est restée identique et qu’elle se serait même dégradée pour 35 %.

89 % des Français jugent que les « pratiques médicales alternatives » devraient être mieux encadrées, et 83 % considèrent que les deux médecines sont complémentaires.

Transports : comment centraliser les commandes ?

L’ANAP publie un guide pour éclairer les professionnels sur l’ensemble des étapes nécessaires pour créer une plateforme de centralisation de commande de transports.

« Longtemps associé à une fonction uniquement logistique, le transport de patient est désormais reconnu comme l’un des maillons de la chaîne de soins. L’enjeu est de favoriser une meilleure interaction entre les acteurs de l’amont et de l’aval, mais induit un changement d’habitudes pour l’ensemble des parties prenantes », présente l’ANAP.

Essais cliniques, une nouvelle plateforme

Inato a créé une plateforme à destination des groupes pharmaceutiques et des centres hospitaliers pour faciliter le recrutement de patients alors que seuls 2 % participent à un essai clinique.

Un algorithme basé sur une quinzaine de données est désormais capable d’identifier quels sont les sites hospitaliers considérés comme les plus pertinents pour un essai clinique donné.

 

Crédits photos : Istock

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.