Actus Santé du 13h N° 523 du 24/02/20

8 maisons de naissance pérennisées

Selon une évaluation diffusée par l’Inserm : 649 femmes ont été prises en charge en 2018 dont 506 y ont accouché et 143 ont été transférées pour accoucher dans les maternités partenaires (22 %). Dans 99 % des cas, les critères d’éligibilité ont été respectés.

Les 22 % de transferts maternels pendant le travail sont principalement hors contexte d’urgence. 6 % de transferts de mères (pour HPP principalement) et 6 % de transferts de nouveau-nés (principalement pour surveillance de situations à risque – risque infectieux, risque lié au poids ou à un ictère) dans la période post-natale ont été observés. Neuf maisons de naissance ont été autorisées à fonctionner dans le cadre de cette expérimentation, dont 8 sont effectivement opérationnelles et pérennisées.

Ce rapport diffusé par l’Inserm et porté par le groupe de recherche sur l’évaluation des maisons de naissance, est le fruit d’un travail collaboratif initié il y a plus de deux ans. Le comité scientifique est composé de représentants des organisations suivantes : AFPA, CARO, CNGOF, CNSF, SFN, AUDIPOG, ARS, CIANE.

GHT : où en est-on ?

Les 135 GHT sont « globalement au milieu du gué » selon un rapport de l’Igas. Certains, en avance, convergent vers un modèle intégratif, d’autres sont en retard, du fait de périmètres ou compositions inadéquats, la majorité, est « en chantier ».

« Des freins apparaissent ainsi récurrents : contexte peu porteur de l’offre de soins publique (activité en faible croissance, problèmes de recrutements médicaux), lenteur des mouvements institutionnels (création de directions communes ou de fusions d’établissements) ; persistance de dissensions internes, fragilités financières, insuffisance des méthodes d’évaluation mises en œuvre. Des mouvements amorcés restent à confirmer, notamment les recompositions et gradations en cours de l’offre de soins, ainsi que la prise en compte de la qualité et de la gestion des risques dans la démarche des GHT », indique le rapport Igas.

La mission Igas note également que « les GHT les plus avancés sont ceux qui sont d’ores et déjà les plus intégrés. C’est pourquoi un scénario de moyen terme, reposant sur un GHT personne morale unique est envisagé. La fusion progressive des établissements parties apparaît cependant trop longue et complexe pour y parvenir. La possibilité de créer un établissement public de santé territorial se substituant en une fois aux établissements parties, mériterait une étude de faisabilité approfondie. »

L’Igas dessine un premier scénario, de court terme ancré sur la proximité. « Les établissements ou sites de proximité constituent désormais une priorité, un mode de labellisation et des moyens de fonctionnement et financement nouveaux étant en voie de définition. Intégrés aux GHT, ils doivent bénéficier des synergies internes qu’il peut procurer, et constituer pour eux un apport, compatible avec les objectifs de gradation des filières et d’ouverture sur l’offre libérale. Dans cette perspective et en référence au principe de subsidiarité, la mission propose les ajustements nécessaires à la gouvernance du GHT, avec un champ de compétences déléguées aux hôpitaux de proximité pour les relations avec le médicosocial et la médecine de ville. »

Une école sur l’IA au CHU de Nancy

24 personnes seront formées dans cette 13e école IA Microsoft durant 7 mois, puis 12 mois dans les entreprises de la région. Objectif : disposer de ressources opérationnelles clés pour développer l’IA et le numérique du CHU.

Berlin, démission collective à l’hôpital

11 médecins et 27 infirmiers ont démissionné de leur poste au centre d’infectiologie de l’hôpital communal Vivantes Auguste-Viktoria de Berlin, pour protester contre des conditions de travail dégradées. Ils ont choisi l’hôpital Saint-Joseph voisin pour créer un service similaire.

Les salariés ont activement présenté leurs idées à plusieurs établissements hospitaliers de Berlin l’été dernier et ont sélectionné l’hôpital Saint-Joseph. Une restructuration prévue du centre d’infectiologie, pour laquelle aucun consensus n’a pu être trouvé, a été le déclencheur de ce départ collectif.

Crédits photos : Istock

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.