Une campagne tarifaire à l’heure

Une fois n’est pas coutume, la campagne tarifaire 2020 est à l’heure ! Et elle est fidèle aux engagements politiques, notamment ceux pris alors par la ministre Agnès Buzyn dans le cadre du protocole sur la pluri-annualité signé avec la FHP : on y retrouve l’évolution des tarifs prévue en annexe pour 2020.

Cette année, les ressources des établissements de santé MCO augmentent de 0,6 %, dont 0,45 % de part IFAQ. Le compartiment du financement à la qualité est ainsi porté globalement à 400 millions d’euros, contre 200 millions en 2019.

Nous sommes très satisfaits des 22 millions d’euros dont bénéficient nos maternités via la revalorisation des GHS d’accouchement par voie basse et de césarienne, permettant des augmentations tarifaires jusqu’à 14 %. Il s’agit d’une demande forte de la FHP-MCO, visant à réduire l’écart négatif entre les GHS et les Tarifs Issus des Coûts, qui est ici entendue.

La pugnacité du syndicat paye aussi sur d’autres sujets. Ainsi, nous sommes satisfaits de la revalorisation des tarifs uniques dits « sous-financés » en chirurgie ambulatoire et de niveau 1, ou encore de l’élargissement des mesures RAAC à deux racines GHM supplémentaires (04C02 et 08C22). Notons également la revalorisation de la médecine ambulatoire sous-financée. C’est enfin, aussi pas à pas, que nous gagnons des petites victoires comme le maintien en 2020 de la mesure Stop Loss concernant les forfaits transports aménagés en fonction des distances parcourues.

Autre point très attendu, la nouvelle instruction « gradation des soins ambulatoires » qui remplace la « circulaire frontière ». À force de demandes réitérées à chaque campagne tarifaire et après une année de travail, l’arrêté prestation en intègre les éléments, avec notamment la liste des forfaits dénommés « groupes homogènes de séjour intermédiaires » et la suppression du Forfait Prestation Intermédiaire.

La grosse déception de cette campagne est encore et toujours la politique de financement des activités de dialyse. Nous sommes très déçus des 10 millions d’euros soustraits aux établissements, par le biais d’une nouvelle baisse des tarifs de 0,9 % de l’hémodialyse en centre et en UDM. La demande de la FHP REIN et la FHP-MCO de moratoire n’a pas été suivie, ce qui est profondément regrettable dans un contexte incertain marqué par les réformes des autorisations et du financement en IRCT.

Observée depuis la réalité de chacun, cette campagne tarifaire 2020 sera probablement source d’autres satisfactions et déceptions. Nous abordons néanmoins, et pour la première fois, une campagne tarifaire avec une visibilité a minima sur les deux années qui suivent, ce qui redonne tout son potentiel à notre mission de manager.

Ségolène Benhamou
Présidente de la FHP-MCO 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.