Actus Santé du 13h N° 527 du 23/03/20

Consignes de la Société francophone de néphrologie

Au 17 mars, 11 patients transplantés étaient testés positifs au virus Covid-19 dans l’hexagone et outre-mer, et aucun cas n’était signalé parmi les patients dialysés en centre. Voici les consignes de la SFNDT à destination des néphrologues.

Information de la Société de Néphrologie, Dialyse et Transplantation (SFNDT) sur l’épidémie de coronavirus (Covid-19) à destination des néphrologues.

Mise à jour en date du 17 mars 2020.

Il faut rappeler que le virus n’est pas dans l’air. Il est dans les postillons. Pendant un certain temps, il persiste sur les surfaces. Le port du masque ne dispense pas des gestes simples :

  • Se laver les mains très régulièrement
  • Tousser ou éternuer dans son coude
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique

La procédure de port du masque doit être gérée avec l’unité d’hygiène référente, selon la situation locale.
Une fois que le masque a été mis en place, il ne faut plus le toucher pendant 4 heures. Il faut faire comme les chirurgiens qui ne touchent pas leur masque, parfois pendant plusieurs heures.

1. Toutes les structures de soins définissent leur organisation avec leur administration en fonction de l’évolution nationale et locale de l’épidémie, des recommandations ministérielles et des contingences logistiques.

a. En situation de crise, les responsabilités de chaque professionnel doivent être clairement définies.

b. Il faut établir des stratégies et des protocoles simples et pratiques qui doivent être facilement accessibles. Pour cela, il faut créer un stockage électronique commun à la structure (type Dropbox) avec des gestionnaires dédiés.

c. Il faut une organisation pour mettre à jour en temps réel les procédures, en fonction des informations :

d. Les forums animés par la commission de dialyse, la commission de transplantation avec la SFT peuvent aider les collègues pour la prise de décisions.

e. En permanence, il faut s’assurer que les procédures sont comprises et appliquées.

2. Concernant les patients dialysés, durant l’epidemie :

a. Les premières expériences montrent que chaque structure doit s’organiser pour dialyser ses propres patients Covid positifs. L’orientation de la prise en charge en hospitalisation au sein d’un établissement s’appuie sur le degré de sévérité de la pathologie Covid.

b. Il faut s’assurer que la chaîne d’approvisionnement en matériels est maintenue.

c. Il faut expliquer à chaque patient les mesures barrières, s’assurer qu’il les a comprises, s’assurer qu’il les applique, qu’il les fait appliquer à son entourage.

d. À chaque séance, il faut utiliser un court questionnaire standardisé pour savoir si le patient est exposé dans son quotidien.

e. Il faut s’assurer que les patients savent ce qu’ils doivent faire en cas de symptômes.

f. En lien avec son établissement, il faut établir une procédure pour la prise en charge d’un patient suspect. Dans chaque structure, une procédure est nécessaire pour la prise en charge d’un ou de plusieurs patients dialysés présentant une infection confirmée à Covid-19, notamment dans le cas où le patient est ambulatoire ou hospitalisé en dehors d’une réanimation.

g. Il faut éviter les collations, l’alimentation durant les séances.

h. Il faut s’assurer que les soignants savent ce qu’ils doivent faire s’ils présentent des symptômes ou ont été contact avec une personne Covid positif dans leur entourage.

i. Il faut limiter la circulation des personnes dans les structures, interdire les visites.

j. Il faut limiter les rassemblements dans les lieux de travail (salle de pause, bureau, salle de staff, self…). Il faut privilégier les réunions téléphoniques, inventer de nouveaux modes de staff, par exemple webconférence journalière.

3. Concernant les patients transplantes, durant l’épidemie :

a. L’activité de greffe rénale est complétement stoppée.

b. Il faut reporter, dans la mesure du possible, les consultations présentielles programmées en accord avec le néphrologue du patient.

c. Il faut mettre en route la téléconsultation.

d. Il faut mettre sur pied un lien téléphonique pour maintenir le suivi des patients.

e. Pour ne pas perdre de patients, il faut anticiper la reprogrammation des rendez-vous dès que l’épidémie sera stoppée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.