« Ségur de la Santé » : Grande consultation avec le personnel soignant

Ségur-Santé-Médecine-Hopital-SoignantsLe 25 mai dernier, le Premier Ministre Édouard Philippe et le Ministre de la Santé Olivier Véran, annonçaient le lancement du « Ségur de la Santé ». Ce projet d’envergure nationale réunit différents acteurs du monde de la santé : élus, représentants syndicaux, Assurance Maladie, les ARS, collectifs hospitaliers, etc.

Ils ont rappelé l’ambition de cette grande concertation pour apporter tirer collectivement les apprentissages de la crise sanitaire tout en connectant ces considérations avec le plan d’action Ma Santé 2022. Pour établir les frontières d’un système de santé plus moderne, innovant et à l’écoute des professionnels afin de proposer des solutions adaptées, retour sur la méthode et les process organisationnels pour lancer cette entreprise commune.

Les quatre piliers pour tenter de changer l’Hôpital Français

L’annonce du « Ségur de la Santé » s’inscrit dans un contexte où le personnel soignant a fait front à la crise sanitaire depuis plus de deux mois. Cette concertation, qui devrait se conclure à la mi-juillet, repose sur quatre grands chantiers :

  • Transformer les métiers de ceux qui soignent et revaloriser leurs carrières et salaires : À ce titre, le Ministre de la Santé a promis que les salaires des 200 000 infirmiers français rejoindraient « au moins la moyenne européenne ». En effet, les infirmiers français d’échelon supérieur touchent 39 000 euros annuels, montant loin de la moyenne de l’OCDE de 45 000 euros par an.
  • Assouplir la politique des 35 heures : Le Ministre a également dit vouloir rendre le cadre professionnel plus flexible afin de déplafonner les heures supplémentaires et surtout contribuer au bien-être des soignants. Le Syndicat National des Professions Infirmières (SNPI) a ainsi réclamé la création de 20 000 postes dans cette profession, soit 10 % d’effectifs supplémentaires.
  • Rééquilibrage des pouvoirs au profit du personnel soignant : «Il est absolument impératif qu’à l’hôpital, les médecins soient de nouveau à la barre […] Nous ne demandons pas qu’ils soient nommés directeurs et, bien sûr, l’administration doit continuer à exercer un rôle de contrôle. […] Il faut que les médecins président toutes les structures de décision, sauf le conseil de surveillance. L’administration ne doit plus disposer du pouvoir de nomination, ni de véto. » résume Robert Skurnik, Président de la Coordination médicale hospitalière (CMH).
  • Réformer les investissements de l’État : Afin de permettre la réouverture de 20 000 lits d’hôpitaux que réclame Thierry Amouroux du SNPI. Cette révision de la « doctrine capacitaire » pour prendre les patients dans les meilleures conditions, dépend du degré d’investissement adéquat. À ce titre, Olivier Véran promet une nouvelle enveloppe budgétaire. Cette somme vise à répondre à une meilleure prise en charge hospitalière sur une base territoriale plutôt que sur une allocation budgétaire effectuée de manière standardisée.

 

Comment se met en place la concertation ?

Le « Ségur de la Santé » est l’occasion de multiplier les temps-forts pour se pencher sur les différents piliers de suivi. Nicole Notat, qui est l’animatrice de ce projet, s’appuie sur un collectif de près de 300 acteurs du monde de la santé. Jusqu’à mi-juillet, ce groupe de travail se réunira une fois par semaine pour élaborer les Accords de la Santé issus de ces débats.

De plus, se tiendront plusieurs retours d’expérience territoriaux au sein de chaque région. Ces sessions pourront être organisées et animées par la Conférence Régionale de la Santé et de l’Autonomie (CRSA) et / ou par une équipe composée de représentants des acteurs et des usagers de l’offre de soins et médico-sociale. D’ici la fin du mois de juin, les équipes de travail diffuseront les retours d’expérience qu’ils auront pu recueillir.

Dans le but de compléter ce dispositif, un espace d’expression dématérialisé est à disposition des acteurs de la santé. Il vise à récolter le plus de témoignages et retours d’expérience pour nourrir l’élaboration de premières conclusions.

Enfin le « Ségur de la Santé » donne aussi la parole à la population avec la mise en ligne d’une consultation citoyenne – « Notre hôpital demain » – ouverte jusqu’au 25 juin prochain.

Sources :

https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/communique-de-presse-lancement-du-segur-de-la-sante-25-mai-2020

https://www.nouvelobs.com/sante/20200525.OBS29274/segur-de-la-sante-les-5-points-qui-pourraient-changer-l-hopital-francais.html

https://vie-publique.fr/en-bref/274370-segur-de-la-sante-lancement-des-concertations-sur-lhopital

https://www.lecese.fr/content/notre-hopital-demain-le-cese-lance-sa-consultation-citoyenne-le-14-mai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.