Covid-19 : L’appel de la HAS à reprendre d’urgence les vaccinations

L’épidémie de la Covid-19 et la période de confinement en France ont fait chuter le nombre de vaccinations en France. Le 16 juin dernier, la HAS publiait un communiqué de presse rappelant l’urgence de reprendre et mettre à jour son calendrier vaccinal sans délai, notamment chez les jeunes enfants et les personnes à risque. Epi-phare, structure d’expertise publique constituée par l’ANSM et la CNAM, annonce un effondrement de la délivrance de vaccins de 35 % à 71 % durant toute la phase du confinement. Quelles pathologies sont principalement concernées par le retard vaccinal et quelles mesures sont mises en place pour relancer les vaccinations dans ce climat de Covid-19 ? 

Vaccination : les nourrissons et personnes fragiles en priorité

Le confinement a permis de souligner un recul important de la vaccination, notamment chez les nourrissons et les personnes fragiles. Dès le mois d’avril 2020, la HAS préconisait de maintenir l’ensemble des vaccinations obligatoires chez les tout jeunes enfants de 2 à 18 mois. Le troisième rapport EPi-Phare évalue à 44 000 le nombre de nourrissons n’ayant pas reçu les vaccins essentiels (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, méningites à Haemophilus influenzae de type b et l’hépatite B).

« L’autre problème, ce sont les adultes qui ont des maladies chroniques, des fragilités particulières » selon le Pr. Bouvet. La Présidente de la commission technique des vaccinations de la HAS et infectiologue rappelle l’importance de rattraper ses vaccins contre le tétanos et le pneumocoque, en priorité chez les personnes à risque (malades chroniques, immunodéprimés, personnes âgées, femmes enceintes etc.).

Globalement, les vaccins non réalisés sur l’ensemble des huit semaines de confinement, et donc à rattraper, concernent 90 000 personnes de tout âge pour les vaccins anti-papillomavirus (HV). 123 000 personnes n’ont pas été vaccinés pour le ROR (rougeole-oreillons-rubéole) et 450 000 vaccins antitétaniques destinés aux rappels pour les enfants (hors nourrissons), adolescents et adultes, n’ont pas été administrés.

Comment adapter le rattrapage vaccinal en cas de suspicion de Covid-19 ?

Ainsi, en période de déconfinement, la HAS rappelle les éléments de sa recommandation de décembre 2019 sur les modalités de mise en œuvre du rattrapage vaccinal :

  • L’allongement du délai entre deux injections ne nuit pas à la qualité de la réponse immunitaire,
  • Il n’est pas nécessaire de reprendre dès le début un schéma vaccinal interrompu,
  • Toutes les doses déjà administrées doivent être prises en compte et ainsi seules les doses manquantes et le premier rappel doivent être administrés,
  • L’utilisation de vaccins combinés est à privilégier et il est possible de réaliser jusqu’à quatre injections au cours d’une même séance.

Néanmoins, la situation de crise sanitaire impose de mettre en place plus de mesures pour effectuer un rattrapage vaccinal en France. Ainsi, dans un tel contexte, face à un patient qui démontre des signes de COVID-19, un test de diagnostic par RT-PCR doit être prescrit. Le résultat de ce dernier indiquera alors la marche à suivre :

  • En cas de résultat négatif, le rattrapage vaccinal pourra débuter immédiatement, tout en s’assurant du respect strict des mesures barrières nécessaires pour chaque consultation,
  • Si le test est positif, la reprise du calendrier vaccinal devra encore attendre. Elle sera reportée à la guérison du sujet, lorsqu’il sera redevenu asymptomatique, i.e. à partir du 8ème jour et au moins 48h après la disparition d’un état fiévreux et d’éventuelles gênes respiratoires.

Pour les personnes « contact », la HAS préconise une mise en place du rattrapage vaccinal dès la fin de la durée de la quatorzaine si aucun symptôme n’est apparu.

De plus, en l’état actuel, la Haute Autorité de Santé n’est pas en mesure d’adapter la stratégie vaccinale aux patients développant une forme sévère de la Covid-19 et qui présentent toujours des manifestations cliniques ou biologiques du virus.

Enfin, quid de la politique vaccinale de la grippe saisonnière en 2020-2021 face à la Covid ? Pour l’heure, la HAS recommande de maintenir la campagne de vaccination contre la pathologie et améliorer la couverture vaccinale chez les personnes à risque et les professionnels de santé, dans le respect des mesures nécessaires. Celle-ci devrait donc avoir lieu durant la mi-octobre en France Métropolitaine, Martinique, Guadeloupe et Guyane.

Sources :

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3189882/fr/covid-19-la-has-appelle-a-reprendre-d-urgence-les-vaccinations-en-priorite-chez-les-nourrissons-et-les-personnes-fragiles

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/la-haute-autorite-de-sante-appelle-a-reprendre-d-urgence-les-vaccinations_2128396.html

https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/la-haute-autorite-de-sante-appelle-a-reprendre-durgence-les-vaccinations-interrompues-par-le-confinement-1215537

https://www.consoglobe.com/vaccination-reprise-urgente-deconfinement-cg

https://www.mesvaccins.net/web/news/15711-strategie-de-la-prochaine-campagne-de-vaccination-contre-la-grippe-dans-le-contexte-de-l-epidemie-de-covid-19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.