Ménopause et endométriose : des traitements seraient sources de risque de tumeurs cérébrales.

Pris à forte dose ou sur une longue période, le Lutényl (acétate de nomégestrol) et le Lutéran (acétate de chlormadinone), utilisés dans la prise en charge de la ménopause, des troubles menstruels et de l’endométriose, seraient sources de risques accrus de méningiome. Cette tumeur cérébrale rare, en grande majorité bénigne, alerte l’ANSM et l’Assurance Maladie selon une étude épidémiologique conjointement menée en février 2019 et remise à jour en juin 2020. Retour sur les potentiels risques de ces traitements progestatifs, pris par plus de 400 000 femmes l’an dernier. Augmentation du risque de méningiome en cas de traitement longue durée "Le risque de méningiome augmente avec les fortes doses et un traitement sur une longue durée", souligne Jean-Michel Race, directeur des médicaments d'endocrinologie et gynécologie à l'ANSM. L'étude, qui confirme ce risque accru de méningiome est menée par Epi-phare, structure réunissant l'ANSM et l'Assurance Maladie. Elle a été réalisée à partir des données nationales de remboursements sur 1,8 et 1,5 millions de femmes ayant pris l'une ou l'autre de ces molécules entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2018. L’analyse met en évidence une augmentation importante du risque avec la dose utilisée, la durée du traitement et l’âge de la patiente. Ainsi, les femmes traitées plus de 6 mois par acétate de nomégestrol ou de chlormadinone sont exposées à un risque multiplié respectivement par 3,3 et 3,4 par rapport au risque de base. Ce risque serait jusqu’à 12,5 fois supérieur à partir d’une dose cumulée correspondant à 5 ans de traitement pour l’acétate de nomégestrol et par 7 à partir d’une dose cumulée correspondant à 3,5 ans d’utilisation de l’acétate de chlormadinone. Par ailleurs le risque de méningiome conduisant à une chirurgie intracrânienne augmente fortement avec l’âge : il est, par exemple, 3 fois plus élevé pour les femmes de 35 à 44 ans que pour celles de 25 à 34 ans." Traitements progestatifs et méningiome : les recommandations aux professionnels de santé Dans certains cas, notamment liés au vieillissement de la patiente, le méningiome nécessite une chirurgie pour le retirer. Ces traitements progestatifs sont contre-indiqués chez les femmes ayant déjà eu un cas de méningiome. Si cette tumeur est détectée, le traitement doit immédiatement être interrompu et la patiente doit rapidement consulter un médecin. L'ANSM souhaite que les recommandations apportées aux femmes avant la prescription de ces médicaments, notamment sur les risques encourus, soient plus accrues. De plus, en attente de plus amples résultats obtenus par de nouvelles recherches, l’Agence du Médicament recommande au médecin de : - Réévaluer la pertinence d’un traitement progestatif en tenant compte du bénéfice-risque individuel ; - Limiter la durée d’utilisation de ces médicaments ainsi que leurs posologies aux doses minimales efficaces ; - Ne pas substituer les traitements progestatifs entre eux (acétate de nomégestrol, acétate de chlormadinone et acétate de cyprotérone) en cas de méningiome ou d’antécédents ; - Faire réaliser une IRM cérébrale en cas de symptômes évocateurs d’un méningiome et/ou aux femmes de plus de 35 ans en cas de prise médicamenteuse de plus de 5 ans. Une concertation entre sociétés savantes et associations de patients doit se tenir prochainement afin de consolider les premiers résultats et d’évoquer de nouvelles préconisations d'emploi. Sources : https://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Lutenyl-Luteran-et-generiques-recommandations-preliminaires-suite-a-la-confirmation-du-sur-risque-de-meningiome-Point-d-Information https://www.bfmtv.com/sante/menopause-et-endometriose-risque-de-tumeurs-cerebrales-confirme-pour-des-medicaments-progestatifs_AN-202006170143.html http://leparticulier.lefigaro.fr/article/endometriose-menopause-le-luteran-et-le-lutenyl-augmentent-le-risque-d-avoir-une-tumeur-cerebrale/ https://www.huffingtonpost.fr/entry/medicaments-pour-la-menopause-ou-lendometriose-entrainent-un-risque-de-tumeur-cerebrale_fr_5ee9d073c5b6cf319a95b872 Pris à forte dose ou sur une longue période, le Lutényl (acétate de nomégestrol) et le Lutéran (acétate de chlormadinone), utilisés dans la prise en charge de la ménopause, des troubles menstruels et de l’endométriose, seraient sources de risques accrus de méningiome. Cette tumeur cérébrale rare, en grande majorité bénigne, alerte l’ANSM et l’Assurance Maladie selon une étude épidémiologique conjointement menée en février 2019 et remise à jour en juin 2020. Retour sur les potentiels risques de ces traitements progestatifs, pris par plus de 400 000 femmes l’an dernier.

Augmentation du risque de méningiome en cas de traitement longue durée

« Le risque de méningiome augmente avec les fortes doses et un traitement sur une longue durée », souligne Jean-Michel Race, directeur des médicaments d’endocrinologie et gynécologie à l’ANSM.

L’étude, qui confirme ce risque accru de méningiome est menée par Epi-phare, structure réunissant l’ANSM et l’Assurance Maladie. Elle a été réalisée à partir des données nationales de remboursements sur 1,8 et 1,5 millions de femmes ayant pris l’une ou l’autre de ces molécules entre le 1er janvier 2007 et le 31 décembre 2018. L’analyse met en évidence une augmentation importante du risque avec la dose utilisée, la durée du traitement et l’âge de la patiente.

Ainsi, les femmes traitées plus de 6 mois par acétate de nomégestrol ou de chlormadinone sont exposées à un risque multiplié respectivement par 3,3 et 3,4 par rapport au risque de base. Ce risque serait jusqu’à 12,5 fois supérieur à partir d’une dose cumulée correspondant à 5 ans de traitement pour l’acétate de nomégestrol et par 7 à partir d’une dose cumulée correspondant à 3,5 ans d’utilisation de l’acétate de chlormadinone.

Par ailleurs le risque de méningiome conduisant à une chirurgie intracrânienne augmente fortement avec l’âge : il est, par exemple, 3 fois plus élevé pour les femmes de 35 à 44 ans que pour celles de 25 à 34 ans. »

Traitements progestatifs et méningiome : les recommandations aux professionnels de santé

Dans certains cas, notamment liés au vieillissement de la patiente, le méningiome nécessite une chirurgie pour le retirer. Ces traitements progestatifs sont contre-indiqués chez les femmes ayant déjà eu un cas de méningiome. Si cette tumeur est détectée, le traitement doit immédiatement être interrompu et la patiente doit rapidement consulter un médecin.

L’ANSM souhaite que les recommandations apportées aux femmes avant la prescription de ces médicaments, notamment sur les risques encourus, soient plus accrues. De plus, en attente de plus amples résultats obtenus par de nouvelles recherches, l’Agence du Médicament recommande au médecin de :

  • Réévaluer la pertinence d’un traitement progestatif en tenant compte du bénéfice-risque individuel ;
  • Limiter la durée d’utilisation de ces médicaments ainsi que leurs posologies aux doses minimales efficaces ;
  • Ne pas substituer les traitements progestatifs entre eux (acétate de nomégestrol, acétate de chlormadinone et acétate de cyprotérone) en cas de méningiome ou d’antécédents ;
  • Faire réaliser une IRM cérébrale en cas de symptômes évocateurs d’un méningiome et/ou aux femmes de plus de 35 ans en cas de prise médicamenteuse de plus de 5 ans.

Une concertation entre sociétés savantes et associations de patients doit se tenir prochainement afin de consolider les premiers résultats et d’évoquer denouvelles préconisations d’emploi.

Sources :

https://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Lutenyl-Luteran-et-generiques-recommandations-preliminaires-suite-a-la-confirmation-du-sur-risque-de-meningiome-Point-d-Information

https://www.bfmtv.com/sante/menopause-et-endometriose-risque-de-tumeurs-cerebrales-confirme-pour-des-medicaments-progestatifs_AN-202006170143.html

http://leparticulier.lefigaro.fr/article/endometriose-menopause-le-luteran-et-le-lutenyl-augmentent-le-risque-d-avoir-une-tumeur-cerebrale/ 

https://www.huffingtonpost.fr/entry/medicaments-pour-la-menopause-ou-lendometriose-entrainent-un-risque-de-tumeur-cerebrale_fr_5ee9d073c5b6cf319a95b872

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.