1,2, 3 Questions du 21/09/20

Patrick Chamboredon, président du conseil national de l’Ordre des infirmiers

Selon vous, comment expliquer que les infirmiers n’exercent en moyenne que 7 ans ?

Lors de notre grande consultation auprès de 60 000 infirmiers, les points suivants sont ressortis : 40 % des infirmiers consultés ressentent souvent ou très souvent des symptômes « d’épuisement professionnel » ; seuls 37 % des infirmiers consultés estiment que leur profession leur permet de connaître de véritables évolutions et perspectives de carrière. Ainsi, avec le recul, moins d’un infirmier sur deux choisirait à nouveau ce métier (42 %). Les infirmiers mixtes sont les moins susceptibles de choisir à nouveau cette voie (37 % des infirmiers consultés). À noter qu’un quart des infirmiers consultés « ne sait pas » s’ils referaient le même choix.

Il faut aussi noter que les infirmiers estiment que leurs conditions d’exercice se sont dégradées ces 5 dernières années, 70 % le pensent, d’après notre grande étude. La différence est particulièrement marquée entre les salariés du public et ceux du privé : tandis que 65 % des salariés du privé estiment que leurs conditions de travail se dégradent, ils sont 74 % dans le public.

Pour permettre aussi aux infirmiers d’avoir une vraie évolution de carrière tout au long de leur vie, deux pistes sont à travailler : le nombre d’infirmiers par service peut être augmenté (de jour comme de nuit). 81 % des infirmiers sont favorables à l’institution de ratios infirmiers/patients spécifiques à chaque service à l’hôpital : 90 % parmi les salariés du public et 86 % parmi ceux du privé. 56 % des infirmiers estiment que c’est indispensable. Il faudrait en deuxième lieu accorder une place plus grande aux infirmiers et infirmières dans les instances des établissements de santé (81 % des infirmiers le souhaitent) et de façon plus générale dans la gouvernance du système de santé.

Il faut former davantage d’infirmiers : quelles sont les solutions ?​

Poursuivre l’universarisation de la formation, élargir les compétences des infirmiers pour attirer plus, en bref travailler au réenchantement de la profession.

Si la profession devient plus autonome (c’est souhaité par 92 % des personnes intérrogées) nous attirerons plus et pourrons plus former. Il faut aussi travailler sur la formation tout au long de la carrière.

Quel est le sujet prioritaire qui a nécessité la création d’un conseil de l’Ordre des infirmiers ?

Les infirmiers sont des professionnels qui remplissent une mission sanitaire et sociale d’intérêt général, dans un secteur où le marché ne peut intervenir seul et où l’exigence d’éthique s’impose. En proposant des soins, ils contribuent de manière significative à l’économie nationale et sont en contact direct avec le patient dans une relation asymétrique qui exige la confiance. Il est du devoir du professionnel d’honorer cette confiance et il revient à l’institution ordinale de garantir à la collectivité les moyens de sauvegarder cette confiance.

Pour cela une institution ordinale est une instance de régulation par délégation de l’État : elle contrôle l’accès et les conditions d’exercice dans un secteur, les soins infirmiers, de grande technicité et au cœur des relations humaines. C’est une mission de service public de régulation visant à maintenir les équilibres entre les principes inaliénables que sont les droits fondamentaux des personnes, la liberté de choix de son praticien par le patient par exemple ou la protection de la vie privée, l’intérêt général ou encore les règles de la concurrence.

L’Ordre a aussi un rôle de représentation de la profession. Le meilleur exemple est notre présence au Ségur de la santé et dans son comité de suivi. Nous portons les demandes des infirmiers pour créer la profession de demain. La grande majorité des infirmières et infirmiers souhaitent que leur profession évolue, soit plus autonome, puisse vacciner sans prescription médicale et ait un pouvoir de consultation étendu.

L’Ordre est nécessaire pour porter ces demandes devant les institutions françaises mais aussi les fédérations professionnelles.

Rappel Élection:

Je souhaitais rappeler que les élections ordinales du conseil national de l’Ordre des infirmiers sont en cours. Il est important que les infirmiers de vos établissements soient représentés dans nos instances.

Vous trouverez le détail dans le lien suivant :
https://www.ordre-infirmiers.fr/actualites-presse/actualites-delordre/elections-ordinales-2020-conseils-departementaux-et-interdepartementaux.html