Dépêche Expert N°589 – Maternités et nouveau protocole du CNGOF sur la gestion des cas contacts, possibles ou confirmés de COVID 19

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français diffuse un nouveau protocole de gestion des cas contacts, possibles ou confirmés de Covid-19 dans les prises en charge des femmes enceintes, en urgences comme pour un accouchement.

Ce protocole envisage les différentes situations de patientes en maternité pour proposer dans chaque cas des recommandations de solutions les plus appropriées. Sont ainsi envisagées successivement les cas suivants :

  • la patiente non suspecte,
  • la patiente ayant déjà eu une infection,
  • l’hospitalisation et ses critères,
  • les urgences obstétricales,
  • la prise en charge néonatale en tenant compte des recommandations de la société française de néonatologie et du groupe de pathologie infectieuse pédiatrique,
  • le post partum,
  • la sortie de la mère et du nouveau-né.

Sont précisées à chaque fois les préconisations de pratique à l’égard de la mère, du co-parent, du nouveau-né et de l’équipe soignante. Pour les parturientes non suspectes par exemple, l’isolement n’a pas lieu d’être. Le coparent peut ainsi être présent s’il est asymptomatique et respecte les règles d’hygiène (masque, distanciation, lavage des mains). « Le dépistage du Covid-19 en salle de naissance n’est à ce jour pas recommandé mais à adapter en fonction des cas et de l’évolution locale de l’épidémie », précise le CNGOF. Pour les visites postnatales, il recommande de les limiter au coparent ou à l’accompagnant. Un retour à domicile rapide est également encouragé.

Concernant le port du masque, le CNGOF indique qu’il est souhaitable mais non imposé pour les parturientes. Plus précisément, en salle de naissance, le port du masque est recommandé sauf pour les efforts expulsifs lors desquels il est « souhaitable ». Le port d’une visière pour faciliter les efforts et la communication avec l’équipe soignante est présenté comme une alternative. « Si la patiente n’a ni masque ni visière, le masque porté par le personnel doit être un
masque FFP2, en plus de lunettes de protection, de manière à apporter une protection maximale au personnel de santé », détaille le CNGOF.

Sophie BUSQUET DE CHIVRE (sophie.busquet.mco@fhp.fr) est à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Restant à votre écoute,

Bien cordialement,

Thierry BECHU
Délégué Général FHP-MCO

A TELECHARGER :