Actus Santé du 13h N° 572

Jean Castex visite un centre de réanimation privé

Les établissements franciliens déprogramment 40 % de leur activité. En présence de Lamine Gharbi, président de la FHP, le Premier ministre visitait samedi l’Hôpital Privé de l’Est Parisien à Aulnay-sous-Bois. « La force de la santé en France, c’est un système unifié entre les acteurs », a-t-il déclaré.

Ségur acte II, les premiers investissements sont débloqués

19 milliards d’euros sont prévus sur dix ans pour préparer le système de santé (hôpitaux, EHPAD, mais aussi ambulatoire) aux défis de demain, poursuivre la transformation des soins, le développement du numérique et l’anticipation du vieillissement.

5,1 milliards pour « L’UE pour la santé »

Le Parlement donne son feu vert au nouveau programme « L’UE pour la santé » 2021-2027 (EU4Health). 5,1 milliards d’euros, dont au moins 20 % sont consacrés à la prévention des maladies et à la promotion de la santé.

Les députés ont adopté le 9 mars 2021 le programme EU4Health, qui vise à mieux préparer les systèmes de santé de l’UE aux futures pandémies et menaces pour la santé. Le budget du programme s’élève à 5,1 milliards d’euros, dont au moins 20 % seront consacrés à la prévention des maladies et à la promotion de la santé.

Ce nouveau programme concernera des domaines pour lesquels l’UE peut clairement apporter une valeur ajoutée, complétant ainsi les politiques des états membres. Ses principaux objectifs consistent à « renforcer les systèmes de santé en aidant les pays à collaborer et à partager des données, ainsi qu’à rendre les médicaments et les dispositifs médicaux plus disponibles, accessibles et abordables », souligne le communiqué de presse du Parlement.

L’objectif est également de rendre les systèmes de santé plus résilients. « L’UE pour la santé » les préparera de manière plus approfondie aux principales menaces transfrontières pour la santé. Cela devrait permettre à l’UE de faire face non seulement aux futures épidémies mais aussi aux défis à long terme, tels que le vieillissement de la population et les inégalités en matière de santé.

Le programme soutiendra également des actions liées à la santé en ligne et à la création de l’espace européen des données de santé. Il favorisera l’accès à des soins de santé de qualité, y compris l’accès à des soins de santé sexuelle et génésique. Le programme encouragera aussi l’amélioration de la santé mentale et l’accélération de la lutte contre le cancer.

Lors du débat en plénière, les députés ont salué la création au niveau européen d’un stock de fournitures médicales essentielles, qui sera complémentaire du travail réalisé dans le cadre de RescEU, et d’une réserve de personnel médical et d’appui à mobiliser en cas de crise sanitaire.

Une fois que le Conseil aura aussi formellement approuvé le règlement, celui-ci entrera en vigueur le jour suivant sa publication au Journal officiel de l’Union européenne. Le règlement s’appliquera rétroactivement à partir du 1er janvier 2021.

Vers une vaccination obligatoire des soignants ?

L’Académie de médecine recommande de rendre obligatoire la vaccination contre la Covid-19 pour tous les professionnels de santé, considérant que « l’hésitation vaccinale est éthiquement inacceptable chez les soignants ».

Semaine du rein : une émission originale

Les équipes de la Clinique Louis Pasteur (54) ont réalisé une émission sur Youtube pour promouvoir le dépistage des maladies rénales. Conseils, avis, tutoriels, recettes : « nous ne pouvions pas rester sans rien faire devant le renoncement aux soins ! »

Qualité et sécurité des soins, la HAS recrute

La HAS lance un appel à candidatures pour la constitution d’un groupe de travail sur le « Développement d’un indicateur de qualité et sécurité des soins sur la thématique de la récupération de 5 complications post-opératoires ».

Crédits photos : Istock