Actus Santé du 13h N° 574

Indemnisation des médecins

L’Assurance maladie remet en place du 1er mars au 30 juin 2021 un dispositif exceptionnel d’accompagnement économique des médecins contraints de déprogrammer des opérations selon les mêmes principes que précédemment.

Ce dispositif « reprend les principes des dispositifs d’indemnisation ouverts lors des premier et second confinements, avec une indemnisation calculée a posteriori – dès lors que toutes les informations seront disponibles – et la possibilité de demander une avance dès le mois d’avril 2021. Il est ouvert à tous les médecins dont l’activité est affectée par les déprogrammations de soins non urgents en établissement de santé. En pratique, les médecins libéraux exerçant leur activité en établissement de santé ayant constaté une baisse d’activité entre le 1er mars et le 30 juin 2021 du fait des déprogrammations de soins pourront à partir du mois d’avril faire une demande d’avance sur le télé-service (via le compte en ligne sur ameli-pro) ».

Plus de 100 connexions au Club des médecins DIM

Le 20e Club des médecins DIM qui s’est tenu en visio vendredi a tenu ses espoirs. Nous remercions la centaine de participants connectés ainsi que les intervenants de la DGOS et de l’ATIH. Un succès qui confirme la justesse de ce club très « métier ».

Retrouvez l’ensemble des présentations sur notre site.

Densité médicale, un creux jusqu’en 2030

La DREES modélise une diminution organique de la densité médicale en France dans les prochaines années, renforcée par le vieillissement de la population. Elle retrouverait son niveau actuel dans les années 2030 et augmenterait de 23 % en 2050.

L’opus 76 des Dossiers de la DREES, « Quelle démographie récente et à venir pour les professions médicales et pharmaceutique ? » analyse cet enjeu central des politiques d’organisation de l’offre de soins : combien de professionnels sont disponibles pour apporter des soins à la population ?

Concernant les médecins, la DREES indique que depuis 2012, « les effectifs de médecins en activité de moins de 70 ans sont globalement stables aux environ de 215 000, la baisse du nombre de généralistes étant compensée par la hausse du nombre de spécialistes, notamment grâce à l’arrivée importante de médecins à diplôme étranger. Plutôt âgée, cette profession tend à se féminiser avec les jeunes générations. De 2012 à 2021, l’exercice libéral se raréfie ; les médecins sont de plus en plus nombreux à choisir un exercice mixte, combinant des activités libérales et salariées, ou le salariat exclusif. Cette tendance est prégnante aussi bien pour les médecins généralistes que pour les médecins des autres spécialités.

Sous hypothèses de comportements et de législation constants, le modèle de projection des effectifs de médecins montre une stagnation des effectifs jusqu’en 2030, avant une hausse assez importante des effectifs de médecins jusqu’en 2050 (+1,5 % de croissance annuelle moyenne des effectifs entre 2030 et 2050). Cette hausse se traduirait en partie par l’augmentation de l’exercice salarié, qui est le mode d’exercice à l’installation le plus souvent choisi par les médecins nouvellement diplômés.

En revanche, compte tenu de l’augmentation de la population, le modèle montre une diminution de la densité médicale en France dans les prochaines années sous hypothèses de comportements et de législation constants. Cette baisse est plus forte si l’on considère la densité médicale standardisée, qui tient compte de la hausse des besoins de soins induite par le vieillissement de la population. La densité médicale standardisée retrouverait son niveau actuel seulement au milieu des années 2030 puis repartirait à la hausse pour être supérieure de 23 % à la densité actuelle en 2050. »

Les ministères de la Santé et de l’Enseignement ont annoncé vendredi l’ouverture de 2 000 places supplémentaires en 2e année à la rentrée 2021, sans toutefois en préciser la ventilation.

JAB 21, soumettre une communication ou assister

Les Journées de la chirurgie ambulatoire auront lieu les 21 et 22 juin 2021 à Issy-Les-Moulineaux : soumettre une communication jusqu’au 10 mai, ou s’inscrire. Le Pays-Bas est le pays invité cette année, de même la spécialité ORL.

Crédits photos : Istock, franck dunouau