RSE : des mots et des actes

Regarder loin est le propre du manager. Même si actuellement pour nombre d’entre nous, notre « vision » est d’arriver avec succès au bout de chacune des journées, les équipes et le système de santé tout entier aspirent à voir « le bout du tunnel » et à se projeter sur l’après.

La Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) invite nos organisations à observer leurs impacts sur la société d’un point de vue social, environnemental, économique et éthique. La RSE est avant tout un outil managérial de performance que certains utilisent déjà intuitivement, quand d’autres, pionniers, l’ont adopté au niveau de leur plan stratégique d’établissement. D’ores et déjà, la HAS nous demande des comptes via les indicateurs 3.6-04 obligatoires du nouveau manuel de certification et la mesure 14 du Ségur de la Santé engage le secteur dans l’accélération de la transition écologique.

Parmi les nombreux points d’entrée dans une politique RSE, celui de l’énergie concentre l’attention des pouvoirs publics et doit attirer la nôtre. Tout d’abord, le coût de l’électricité a augmenté de 50 % en 10 ans selon l’Insee, une charge qui croît bien plus vite que le montant des tarifs. Ensuite, la loi ELAN nous oblige de déclarer les consommations énergétiques de l’établissement sur la plateforme OPERAT à partir de septembre prochain avec l’objectif de les réduire de 40 % d’ici 2030. Des décrets sont toutefois en attente pour définir des règles plus adaptées au secteur de la santé pour peut-être exclure les plateaux techniques de cet objectif à neuf ans.

Depuis 2012, un corpus règlementaire s’applique à tous : obligation de réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE) et de l’afficher, de produire un bilan de gaz à effet de serre (BEGES), sans oublier depuis 2020, de respecter la nouvelle règlementation thermique qui impose l’analyse du cycle de vie du bâtiment. À la faveur de la loi climat et résilience et de l’engagement de la France dans l’Accord de Paris, des contrôles pour l’heure inexistants pourraient voir le jour. Un manager avisé en vaut deux !

Déployer progressivement une politique RSE est une clé d’avenir économique, sociale en termes de recrutement des jeunes générations de médecins et de fidélisation des équipes, et environnementale. Parlez-en à ceux qui le font !

Frédérique Gama
Présidente de la FHP-MCO