Pour un dégel à 100 % équitable

C’est traditionnellement à l’approche de l’hiver que le Comité économique de l’hospitalisation publique et privée émet un avis sur le dégel du coefficient prudentiel, suivi début décembre par la décision du Gouvernement. Dans un environnement 2021 particulièrement troublé, une attention toute particulière est requise pour démêler les fils de l’activité 2021 et mener les débats sur les chiffres d’activité.

En 12 mois, nos établissements de santé ont répondu présents pour la reprise d’activité mais n’ont pas été en mesure d’absorber l’activité supplémentaire que représente le retard de soins accumulé en 2020 dans une offre elle-même affectée par la persistance de l’épidémie et les difficultés de ressources humaines. De plus, les compléments de financement inclus dans l’exercice 2020 s’appuient sur des outils imparfaits (SIVIC) qui ne permettent pas de prendre en compte toutes les charges dues à l’environnement Covid et de cibler toutes les activités, comme par exemple l’IRCT ou l’HAD.

Un dégel du coefficient prudentiel à 100 % serait un signe de reconnaissance de l’État de l’engagement sans compter des établissements de santé pour faire face à l’épidémie. À l’inverse, un dégel partiel ou pire, discriminant, serait incompris et perçu comme une profonde injustice au vu de la mobilisation des acteurs de l’hospitalisation privée.

Le dégel du coefficient prudentiel à 100 % en 2021 s’impose à tous et constitue un acte de reconnaissance des professionnels de santé que nous sommes.

Frédérique Gama
Présidente de la FHP-MCO