1,2, 3 Questions – Nicolas Bioulou

Nicolas BIOULOU, président de la FHP Bretagne

La 6e édition de votre opération « Ma clinique est fantastique » a eu lieu mardi 7 décembre, comment s’est-elle passée ?

Cette campagne est une action conjointe de la FHP Bretagne et de la FHP Val de Loire-Océan, qui consiste à ouvrir les portes de nos cliniques et hôpitaux privés à des jeunes collégiens et lycéens du territoire, le temps d’une journée. L’objectif est de leur faire découvrir nos structures, le fonctionnement du système de santé et les quelque 50 métiers de l’hôpital, dont une bonne partie est souvent méconnue : agent de stérilisation, brancardier….

Cette année ce sont 350 élèves de la 3e à la terminale générale et technologique (filières « accompagnement, soins et services à la personne » et « sciences et technologies de la santé et du social »), que nous avons accueillis dans 10 établissements. Nous avions annoncé 700 participants mais certaines cliniques qui reçoivent une cohorte de plus de 100 élèves ont dû annuler au dernier moment, pour des raisons sanitaires.

Comment se déroule une telle opération ?

Des ateliers découverte sont proposés sur les métiers de la santé, mais également sur les premiers gestes d’urgence et sur la prévention auprès des jeunes : comportements addictifs, alcool, alimentation, tabac, écrans… et nous avons ajouté cette année – pandémie oblige –, l’hygiène et en particulier le lavage des mains avec des solutions hydroalcooliques, dont l’efficacité a pu être vérifiée à l’aide de la fameuse « boîte à coucou », qui plaît toujours beaucoup.

Ces journées ou demi-journées pour certains établissements, permettent de sortir du cadre, avec des présentations plus techniques sur l’innovation dans le monde de la santé par exemple : les équipements, les plateaux techniques, la chirurgie robotique… mais aussi organisationnelles, les nouvelles technologies jouant un rôle de plus en plus important dans les interactions avec les patients. Des ateliers sur l’activité physique adaptée ont déjà été proposés.

Nous distribuons des goodies et surtout le guide des métiers, réalisé par la FHP.

Quels sont les objectifs recherchés ?

Ces journées renforcent l’ancrage local et la proximité et nous permettent de faire la promotion de nos structures et de l’hospitalisation privée. De manière assez évidente, nous souhaitons susciter des vocations et donner envie de s’orienter vers les métiers du soin et les autres professions de l’hôpital. Nous sommes optimistes sur les effets d’une telle opération, d’autant plus que chaque année des élèves nous sollicitent pour un stage à l’issue de cette manifestation.

Les retours sont très positifs à tous les niveaux. Ces manifestations permettent de valoriser le travail de nos collaborateurs et les équipes pédagogiques sont très satisfaites. Un établissement de Morlaix accueillera les mêmes classes début 2022 pour présenter en détail l’importance et les contraintes des métiers du soin. Les contacts créés se prolongent, c’est une bonne chose.

Nous souhaitons également promouvoir nos filières de formation, et en particulier notre institut de formation d’aides-soignants de Plérin, qui a la particularité de proposer des cursus en formation initiale et en alternance. En période de forte pénurie de soignants, où les métiers du soin perdent en attractivité, à un moment où l’hôpital est malmené, une opération comme « Ma clinique est fantastique » redonne ses lettres de noblesse à toute une profession.