Prévention dentaire des enfants : un enjeu mondial

 

La santé bucco-dentaire est directement liée à la santé générale d’un individu.

Les affections bucco-dentaires touchent des millions d’enfants

Dans la plupart des pays, les frais de soins bucco-dentaires sont à la charge des patients. C’est la raison pour laquelle les populations moins aisées tendent à négliger cet aspect, parfois considéré comme secondaire. Selon l’OMS, les traitements dentaires représenteraient 5 % des dépenses totales de santé et 20 % des dépenses de santé à la charge du patient dans les pays à hauts revenus.

Selon des statistiques récentes (2017), les caries sur dents de lait concernent plus de 530 millions d’enfants (et 2,3 milliards de personnes souffrent de caries sur dents définitives).

La commercialisation de produits manufacturés avec une haute teneur en sucres ajoutés, la consommation de tabac et d’alcool sont des facteurs qui fragilisent la santé bucco-dentaire. Par ailleurs, le manque de fluorure, présent dans l’eau potable ou la pâte dentifrice, et une hygiène insuffisante expliquent la forte prévalence d’affections bucco-dentaires comme les caries ou maladies parodontales.

Les affections les plus courantes

L’affection la plus courante reste la carie bucco-dentaire, sur dents de lait ou définitives. Elle résulte de la transformation de la plaque dentaire qui s’amasse à la surface des dents en substance nocive pour les dents.

Les maladies parodontales qui affectent les gencives et tissus qui soutiennent les dents (gonflement des gencives, saignements), touchent moins les enfants.

Une inégalité devant l’accès aux soins

De façon assez attendue, il existe un lien entre le niveau social et la prévalence de pathologies bucco-dentaires. Ainsi, les personnes catégorisées dans un niveau socio-économique bas sont plus vulnérables et ont un moins bon accès aux soins.

Selon un rapport de la Croix Rouge, 9 enfants de cadres âgés de 6 ans sur 10 n’ont jamais eu de caries contre 7 enfants d’ouvriers sur 10 en 2006.

Les programmes mis en œuvre pour y remédier

Certains programmes de santé publique s’attaquent au problème de la prévention des affections bucco-dentaires, qui ne sont pas transmissibles. En premier lieu, la promotion d’une alimentation équilibrée riche en fruits et légumes. La prévention et l’information sur les dangers que comporte la consommation de boissons sucrées et d’aliments comportant des sucres ajoutés figurent parmi les moyens déployés notamment en France.

Les recommandations comprennent aussi la consommation d’un niveau suffisant de fluorure contenu dans l’eau potable, le sel, le lait et le dentifrice fluoré. Et bien sûr, la promotion d’une bonne hygiène bucco-dentaire et le brossage des dents deux fois par jour font partie des moyens pour prévenir les affections dentaires.

Sources