La prise en charge de l’endométriose

L’endométriose est une maladie qui touche près de 10% des femmes en âge de procréer.

Sa caractéristique principale concerne le développement de l’endomètre, un tissu similaire à celui qui tapisse normalement l’intérieur de l’utérus – se développe à l’extérieur de l’utérus. Elle implique le plus souvent les ovaires, les trompes de Fallope et les tissus qui recouvrent le bassin.

Cette maladie peut-être à l’origine de douleurs, parfois graves, en particulier pendant les menstruations et de problèmes de fertilité.

Les symptômes

Parfois, diagnostiqué pour la première fois chez les personnes cherchant un traitement pour l’infertilité, le principal symptôme de l’endométriose est la douleur pelvienne, souvent associée aux menstruations.

Bien que beaucoup de femmes souffrent de crampes pendant leurs menstruations, celles atteintes d’endométriose décrivent généralement des douleurs menstruelles bien pires que d’habitude. La douleur peut également augmenter avec le temps.

Les signes et symptômes courants de l’endométriose comprennent des douleurs lombaires et abdominales, des douleurs lors des rapports sexuels, la fatigue, des ballonnements ou des nausées, en particulier pendant les menstruations.

Il est important de souligner le fait que la gravité de la douleur peut ne pas être un indicateur fiable de l’étendue de l’état de santé de la patiente : celle-ci peut avoir une endométriose légère avec une douleur intense, ou avoir une endométriose avancée avec peu ou pas de douleur.

L’endométriose est parfois confondue avec d’autres affections pouvant causer des douleurs pelviennes, telles que la maladie inflammatoire pelvienne (MIP) ou les kystes ovariens.

Elle peut être confondue avec le syndrome du côlon irritable (IBS), une affection qui provoque des épisodes de diarrhée, de constipation et de crampes abdominales.

Le SCI peut accompagner l’endométriose, ce qui peut parfois compliquer le diagnostic.

Examens et pose de diagnostic

Pour diagnostiquer l’endométriose et d’autres conditions pouvant causer des douleurs pelviennes, le médecin demande à la patiente de décrire ses symptômes, y compris l’emplacement des douleurs et le moment où elle se produit.

Les tests pour vérifier les indices physiques de l’endométriose comprennent l’examen pelvien, le test d’imagerie par ultrasons, l’imagerie par résonance magnétique (IRM), la cœlioscopie (appelée également laparoscopie).

Traitements médicamenteux et options de prises en charge

Le traitement de l’endométriose implique généralement des médicaments ou une intervention chirurgicale.

Les médecins recommandent généralement d’essayer d’abord des approches de traitement conservatrices, en optant pour la chirurgie si le traitement initial échoue.

Analgésique

Le médecin peut prescrire un analgésique en vente libre, comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), l’ibuprofène ou le naproxène sodique pour aider à soulager les crampes menstruelles douloureuses. Si la patiente n’essaie pas de tomber enceinte, il peut recommander une hormonothérapie en association avec des analgésiques.

Hormonothérapie

Les hormones supplémentaires sont parfois efficaces pour réduire ou éliminer la douleur de l’endométriose.

La montée et la chute des hormones au cours du cycle menstruel provoquent l’épaississement, la dégradation et le saignement des implants endométriaux. Les médicaments hormonaux peuvent ralentir la croissance du tissu endométrial et empêcher de nouveaux implants de tissu endométrial.

L’hormonothérapie n’est pas une solution permanente pour l’endométriose. – après l’arrêt du traitement, il est d’ailleurs courant d’observer un retour des symptômes.

Les thérapies utilisées pour traiter l’endométriose comprennent :

Contraceptifs hormonaux.

Les pilules contraceptives, les patchs et les anneaux vaginaux aident à contrôler les hormones responsables de l’accumulation de tissu endométrial chaque mois. Beaucoup ont un flux menstruel plus léger et plus court lorsqu’elles utilisent un contraceptif hormonal. L’utilisation de contraceptifs hormonaux – en particulier les régimes à cycle continu – peut réduire ou éliminer la douleur dans certains cas.

Agonistes et antagonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines (Gn-RH).

Ces médicaments bloquent la production d’hormones stimulant les ovaires, abaissant les niveaux d’œstrogènes et empêchant les menstruations.

Cela provoque le rétrécissement du tissu endométrial.

Étant donné que ces médicaments créent une ménopause artificielle, la prise d’une faible dose d’œstrogène ou de progestatif avec des agonistes et des antagonistes de la Gnrh peut réduire les effets secondaires de la ménopause, tels que les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale et la perte osseuse.

En raison des risques de déminéralisation osseuse, il n’est pas recommandé de prescrire les GnRH en première intention chez l’adolescente : les GnRH ne doivent pas être prescrits avant 16 ans (avant 18 ans selon l’AMM) et la durée de prescription ne doit pas dépasser 12 mois dans le cadre de l’AMM.

Ils doivent être associés à une add-back thérapie comportant au moins un œstrogène afin de prévenir la baisse de densité minérale osseuse et d’améliorer la qualité de vie de la patiente.

Les menstruations et la capacité de tomber enceinte reviennent seulement après l’arrêt du traitement.

Thérapie progestative

Une variété de thérapies progestatives, y compris un dispositif intra-utérin avec du lévonorgestrel, un implant contraceptif, une injection ou une pilule progestative, peuvent arrêter les menstruations et la croissance des implants endométriaux, qui peut soulager les signes et les symptômes de l’endométriose.

Inhibiteurs de l’aromatase.

Les inhibiteurs de l’aromatase sont une classe de médicaments qui réduisent la quantité d’œstrogène dans le corps. Le médecin peut recommander un inhibiteur de l’aromatase avec un progestatif ou un contraceptif hormonal combiné pour traiter l’endométriose.

Chirurgie conservatrice

Si la patiente essaie de tomber enceinte, une intervention chirurgicale pour retirer les implants d’endométriose tout en préservant l’utérus et les ovaires (chirurgie conservatrice) peut augmenter les chances de succès.

Le médecin peut effectuer cette procédure par laparoscopie ou, moins fréquemment, par chirurgie abdominale traditionnelle dans les cas plus étendus.

En chirurgie laparoscopique, le chirurgien insère un instrument de visualisation mince (laparoscope) à travers une petite incision près du nombril et insère des instruments pour retirer le tissu endométrial à travers une autre petite incision.

Après la chirurgie, il peut recommander de prendre des médicaments hormonaux pour aider à soulager la douleur.

Traitement de fertilité

L’endométriose peut entraîner des difficultés à concevoir un enfant.

Le traitement de la fertilité va de la stimulation des ovaires pour produire plus d’ovules à la fécondation in vitro. Le traitement idoine dépend de la situation personnelle de la patiente.

Hystérectomie avec ablation des ovaires

La chirurgie d’ablation de l’utérus (hystérectomie) et des ovaires (ovariectomie) était autrefois considérée comme le traitement le plus efficace contre l’endométriose.

Mais les experts en endométriose s’éloignent de cette approche et se concentrent plutôt sur l’élimination minutieuse et complète de tous les tissus d’endométriose.

L’ablation de l’utérus (hystérectomie) peut parfois être utilisée pour traiter les signes et symptômes associés à l’endométriose, tels que des saignements menstruels abondants et des règles douloureuses dues à des crampes utérines, chez celles qui ne veulent pas tomber enceintes.

Même lorsque les ovaires sont laissés en place, une hystérectomie peut avoir un effet à long terme sur l’état de santé, surtout si la personne subit la chirurgie avant l’âge de 35 ans.

Mode de vie, médecine alternative et remèdes maison

Si la douleur persiste ou si trouver un traitement qui fonctionne prend du temps, certains remèdes maison peuvent soulager l’inconfort:

  1. Des bains chauds et un coussin chauffant peuvent aider à détendre les muscles pelviens, réduisant ainsi les crampes et la douleur.
  2. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) en vente libre, tels que l’ibuprofène ou le naproxène sodique, peuvent aider à soulager les crampes menstruelles douloureuses.
  3. Les médecines alternatives

Certains patients rapportent un soulagement de la douleur de l’endométriose après un traitement d’acupuncture ou d’ostéopathie.

Cependant, peu de recherches sont disponibles sur ces traitements alternatifs de l’endométriose.

Sources: