Une nouvelle épreuve : faire face à la canicule

Le système hospitalier est à nouveau en première ligne. Il doit tout d’abord garantir le bon fonctionnement de l’outil de soin lui-même (bâtiment, équipement), quoi qu’il en coûte par exemple en termes de consommation énergétique. Surtout, il doit veiller à ce que les soignants eux-mêmes soient en capacité d’exercer leur métier. Ensuite, il doit redoubler d’efforts dans la prise en charge des patients hospitalisés vulnérables et accueillir en urgence tous ceux dont la santé est altérée par la canicule.

Gérer un épisode caniculaire est déjà bien connu mais sa récurrence annoncée impose une anticipation, une organisation, et des moyens collectifs. Changement climatique, pandémie, nos protocoles de gestion des risques et nos plans d’anticipation vont devoir être actionnés plus fréquemment.

Cette gestion de la canicule s’ajoute à celle de la pandémie sur laquelle Santé publique France appelle notre plus grande vigilance. Comment gérer simultanément plusieurs fronts ? Nous remercions les 107 sur les 120 services d’urgence qui ont répondu à notre enquête flash. Elle montre qu’aucun établissement de santé n’est épargné par les tensions pour répondre aux demandes de soins de la population, néanmoins elle révèle des situations territoriales très hétérogènes. Cette photographie souligne l’agilité dont à nouveau vous faites preuve, démontrée par les nombreuses initiatives d’ores et déjà mises en œuvre. Elle pointe également la marge de progrès à aller chercher sur le partage d’informations et la coordination de tous dans les territoires pour répondre collectivement de façon optimale.

Pénurie de personnel et fermeture de lits, épuisement des équipes et des directions, inflation des coûts, les semaines qui viennent annoncent encore des défis à relever. Nous vous invitons à nous redonner un horizon à la journée des métiers ce mercredi.

Frédérique Gama
Présidente de la FHP-MCO