Actus Santé du 13h N°638

Les dépenses de santé ont augmenté de 3,9 %

En 2020, du fait des coûts liés à l’épidémie, les dépenses ont augmenté de 15,7 % au Royaume-Uni (+ 500€ par habitant), 6,3 % en Allemagne (+ 300€) et 3,9 % en France (+150€), selon la DREES.

Une partie des dépenses de santé exceptionnelles provient de l’acquisition des équipements rendus indispensables par la crise sanitaire. Ainsi, la France a consacré 3,9 milliards d’euros à l’achat de masques en 2020 et 0,7 milliard aux équipements de protection individuelle, soit un total de 4,6 milliards d’euros.

Dans ces trois pays, les dépenses de santé ont néanmoins été freinées par la diminution des soins provoquée par les déprogrammations d’opérations non urgentes, ainsi que par la baisse d’activité des soins en ville lors des périodes de confinement. Les professionnels de santé ont été indemnisés financièrement pour ces pertes d’activité.

Indicateur réhospitalisation entre 1 et 3 jours

Avec un objectif de 70 % d’ambulatoire en 2022, la HAS veille à la sécurité des patients et crée un indicateur d’amélioration basé sur la réhospitalisation entre 1 et 3 jours sur 6 GHM.

Six racines de GHM identifiées avec potentiel d’amélioration feront l’objet d’indicateurs de qualité et sécurité des soins (IQSS) de type résultats mesurés à partir du PMSI en 2022 :

  • cholécystectomies sans exploration de la voie biliaire principale à l’exception des affections aigües, en ambulatoire,
  • hémorroïdectomies en ambulatoire,
  • intervention en ambulatoire par voie transurétrale ou transcutanée pour lithiases urinaires,
  • intervention en ambulatoire par voie transurétrale ou transcutanée pour affections non lithiasiques,
  • interventions sur les amygdales en ambulatoire,
  • prostatectomies transurétrales.

Contrats démographiques : un bilan mitigé

L’inégalité d’accès à un médecin, notamment généraliste, s’est accentuée depuis cinq ans, malgré les 94 millions d’euros d’aides versées pour s’installer dans des zones sous-denses sur la période 2017-2020.

Une commission interne de la Cnam a dressé un bilan le 8 juillet de ces aides. Selon l’AFP et la presse professionnelle : fin 2021, moins de 5 000 contrats étaient en cours, dont 2 000 portant sur une aide à l’installation proprement dite.

Le coût de ces dispositifs incitatifs a été chiffré par la Cnam à 94 millions d’euros sur la période 2017-2020, dont 32 millions rien que pour l’année 2020, alors même que l’inégalité d’accès aux médecins généralistes s’est accentuée entre fin 2016 et fin 2019, selon l’Assurance maladie.

Les femmes gagnent 24 % de moins que les hommes

Un rapport de l’OMS souligne que les femmes sont sous-payées pour leurs attributs sur le marché du travail par rapport aux hommes. Une grande partie de l’écart salarial est inexpliquée.

Le rapport constate « une grande variation des écarts de rémunération entre les sexes dans différents pays, ce qui suggère que les écarts de rémunération dans le secteur ne sont pas inévitables et que davantage peut être fait pour combler ces écarts. Au sein des pays, les écarts de rémunération entre hommes et femmes ont tendance à être plus marqués dans les catégories de rémunération plus élevées, où les hommes sont surreprésentés. Les femmes sont surreprésentées dans les catégories de salaires inférieurs (…) Les mères travaillant dans le secteur de la santé et des soins semblent subir des sanctions supplémentaires. Ces écarts persistent ensuite tout au long de la vie professionnelle d’une femme. »

L’analyse examine également « les facteurs à l’origine des écarts de rémunération entre les sexes dans le secteur. Les différences d’âge, d’éducation, de temps de travail et la différence de participation des hommes et des femmes dans les secteurs public ou privé ne résolvent qu’une partie du problème. Les raisons pour lesquelles les femmes sont moins payées que les hommes ayant des profils similaires sur le marché du travail dans le secteur de la santé et des soins à travers le monde restent, dans une large mesure, inexpliquées par les facteurs du marché du travail. »

Crédits photos : Adobe stock, Istock