Une roulette russe

Les candidats à la présidentielle dévoilent progressivement leurs propositions, dernièrement encore celle de Dominique de Villepin qui vise à supprimer entre 16 à 18 ARS. La santé s’invite donc peu à peu dans la campagne présidentielle. Nous en avons notre part grâce à l’envoi, à 3000 interlocuteurs, de notre document « Sortir des déficits, préparer l’avenir » assorti de 10 propositions, et aux candidats, de notre DVD « Appels ! Les directeurs de cliniques et hôpitaux privés vous parlent ». Même si nos prises de parole cherchent à élargir l’approche, jeu politique oblige, le débat se crispe sur 2 sujets : la convergence tarifaire et les dépassements d’honoraires. Clivant à souhait, le sujet de la convergence est dépouillé de tous ses enjeux et se réduit malheureusement à des formules toutes faites. Concernant celui des dépassements d’honoraires, le magazine 60 millions de consommateurs du mois de mars (cf paragraphe ci-dessous) nous donne du grain à moudre, en particulier sur les dépassements des praticiens hospitaliers, en attendant la création imminente du secteur optionnel. Nous sommes à J-7 de nos « élections », celles qui déterminent à leur insu les gagnants et les perdants de notre profession, à l’issue de l’application des nouveaux tarifs sur lesquels, malgré nos efforts, aucune information ne filtre. Un exercice nettement moins républicain qui ressemble davantage à une roulette russe.

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO

Dépassements d’honoraires : à l’hôpital aussi !
…titre 60 millions de consommateurs, et comment ! Un an pour réunir les éléments de ce dossier. On découvre dans le numéro de mars les montants des dépassements pratiqués dans 10 grands CHU ; on apprend également qu’une étude confidentielle depuis 2008, réalisée en Languedoc-Roussillon, observe que les dépassements sont souvent comparables voire supérieurs à ceux du secteur 2 du privé. Sur une quarantaine d’actes, le magazine évalue un taux de dépassement moyen d’environ 140%, soit un tarif 2,4 fois supérieur à celui fixé par la sécurité sociale (variation de 68 à 408%). La proportion de praticiens facturant des dépassements d’honoraires varie de 14% en Corse à 79% en Île-de-France ou encore 98% à Paris. La vision de la presse nationale installée à Paris peut ainsi aisément être tronquée…

Evolution des Ibode
Le ministère du travail et de la santé envisage de réserver certains actes aux Ibode, dans le cadre d’une évolution de leur métier. Alors que les infirmiers anesthésistes diplômés d’Etat (Iade) bénéficient déjà d’une exclusivité d’actes, ce n’est pas le cas des Ibode, ni des puéricultrices. Les réflexions du ministère portent « notamment » sur 10 types d’actes. Le développement de formations complémentaires accessibles aux Ibode, en s’inspirant du rapport Hénart de 2011 sur « les métiers en santé de niveau intermédiaire » est envisagé. Seule difficulté, et pas des moindres, les réalités de terrain : les écoles ne produisent pas assez d’Ibode pour pouvoir subvenir aux besoins de l’ensemble des établissements ; reprendre une formation de 18 mois n’est pas aisé. Un courrier FHP/FHP-MCO sera adressé à Monsieur Le Ministre afin garder à l’esprit le « principe de réalité ».

Un nouveau gel de crédits imposé en 2012
Pour garantir un respect de l’ONDAM, de nouveaux crédits MIGAC vont être gelés cette année par le gouvernement. Le secteur public n’est pas une « variable d’ajustement » critique la FHF qui suggère que cet effort porte sur l’ensemble des tarifs, ainsi impactant pareillement le secteur privé.

Deux nouvelles MIG en projet
Une MIG devrait être créée pour la coordination des parcours de soins en cancérologie. Elle vise à financer les postes infirmiers dédiés à la coordination des parcours de soins en cancérologie. Son coût est estimé à 10 millions d’euros en année pleine. Cette MIG montant en charge progressivement, il est prévu d’y allouer 5 millions d’euros en 2012. Une nouvelle MIG sur le transport sanitaire bariatrique (pour personnes obèses) est inscrite dans le projet d’arrêté. Elle doit couvrir l’amortissement et le fonctionnement de ces transports. Son coût est estimé à 1,051 million d’euros en année pleine (932.000 euros en 2012).

Les urgences discutées en septembre
Samu-Urgences de France prépare des « assises de l’urgence » qui seront organisées début septembre à Paris et traiteront du financement, des indicateurs et des métiers de l’urgence. A suivre de très près !

Un Français sur 3 recherche de l’information médicale sur Internet
Un tiers des Français utilise Internet pour rechercher des informations médicales (sondage ViaVoice pour le groupe Pasteur Mutualité). Les jeunes de 18 à 24 ans (37 %) et les 35-49 ans (39 %) sont ceux qui y ont recours plus que les autres, comme les femmes (34,6 %) – hommes (24,9 %) et concerne davantage les professions intermédiaires (46 %) et les cadres (40 %) que les autres. Des disparités existent en fonction des régions : 41 % des franciliens contre 29 % des habitants de la région Nord. 90 % déclarent utiliser Internet en complément d’une consultation d’un professionnel de santé. La moitié se renseigne après avoir consulté et 40 % avant la consultation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>