Rue d’Amsterdam

Par ces temps d’économies nécessaires, la FHP et ses syndicats de spécialité montrent l’exemple et déménagent du 8ème arrondissement, à seulement quelques encablures de là, dans le 9ème. L’outil syndical sera moins coûteux, déjà grâce à un loyer minoré, et le bâtiment neuf sera beaucoup plus fonctionnel avec ses trois étages dédiés à nos organisations et structurés selon nos besoins. L’équipe du MCO vous attend donc dès demain au 106, rue d’Amsterdam. Notez qu’un bureau réservé aux adhérents est à votre disposition durant vos séjours parisiens. La page est difficile à tourner car les murs de la rue de Monceau ont vu défiler plus de quarante ans de notre histoire. Ils résonnent de nos colères, nos déceptions, nos espoirs, autant de souvenirs dont nous serons très nombreux à conserver la mémoire. Trier, jeter, conserver les documents de décennies d’actions syndicales nous a permis de mesurer le chemin parcouru et l’immensité du travail réalisé par les équipes successives qui se sont adaptées à un environnement politique et économique très instable et ont œuvré en terrain souvent hostile. S’ouvre donc une nouvelle ère… dans la continuité. Le timing de notre déménagement s’accorde parfaitement à la vie de notre gouvernement. En effet, quand la vie politique s’agite – élections municipales, européennes, perspective d’un remaniement ministériel – les administrations s’immobilisent ! Ainsi, il nous faut faire preuve de patience pour rappeler le ministère de la Santé à notre bon souvenir car nous avons sur le feu l’agenda de sortie de mobilisation, et quelques dossiers majeurs. Nous y veillons car nous le savons, l’hirondelle ne fait pas le printemps.

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO 

Des élections…
Bravo à Jean-Daniel Simon, jeune élu au premier tour à la mairie de la commune bretonne de Porspoder. Un maire de France siège désormais au bureau de la FHP-MCO. Jean-Daniel Simon est à la tête du groupe des cliniques Keraudren-Grand Large et celle des Soins de suite et de réadaptation de l’Élorn à Landerneau du groupe Vedici, président de la FHP Bretagne, et trésorier de la FHP et FHP-MCO. Danièle Desclerc-Dulac sera à compter du 2 mai prochain, la nouvelle présidente du Collectif inter-associatif sur la santé (CISS) à la suite de Claude Rambaud qui reste vice-présidente, en tant qu’administratrice de l’association Le Lien. Danièle Desclerc-Dulac était déjà membre du bureau du CISS depuis 2007 où elle représente l’association SOS Hépatites dont elle est ex-présidente.

Expérimenter les maisons de naissance : comment ?
La HAS publie une note de cadrage sur l’élaboration du cahier des charges de l’expérimentation récemment autorisée par la loi des maisons de naissance à destination des femmes enceintes présentant une grossesse physiologique, dans un cadre remplissant les critères de qualité et de sécurité des soins pour la mère et l’enfant. Analyse de la littérature, groupe de travail, consultations et visites de sites sont au programme. Présence de la FHP-MCO ? Un cahier des charges conçu selon trois axes : modalités d’organisation, de fonctionnement et de prise en charge. La validation des travaux est prévue mi-juillet. La liste des maisons de naissance expérimentatrices sera arrêtée fin 2015, pour une durée de 5 ans suivie d’une évaluation avant 2019.

Inventer les outils de la chirurgie ambulatoire
Corinne Vons, présidente de l’Association française de chirurgie ambulatoire (AFCA) a invité les industriels des dispositifs médicaux à « lever les freins au développement de l’ambulatoire » et les praticiens à « partager la conception des DM avec les industriels ». « Plus il y a d’intervenants, plus le taux de prise en charge en ambulatoire diminue. Il nous faut des salles d’opération multifonctionnelles avec des tables hybrides qui permettent de rapprocher la radiologie et l’endoscopie interventionnelles (…) un lit qui soit à la fois brancard et table d’opération (avec) un petit écran pour que le malade puisse s’éduquer sur sa maladie, ce qu’il risque, apprendre comment il devra s’occuper de lui en rentrant à domicile, comment prendre son pouls » a-t-elle lancé.

Plus de 600 MSP d’ici fin 2014
Les Maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) sont le chaînon manquant entre le premier et le second recours et les structures sociales et médico-sociales.Leur nombre (en ne comptant que celles signalées auprès de l’ARS) est passé de 240 en mars 2013 à 436 un an plus tard, soit une augmentation de + 82 %. D’ici fin 2014, on attend une augmentation de 38 % pour atteindre les 600 MSP. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, une faible majorité (54 %) d’entre elles sont installées en milieu rural, et 55 % des projets le seront également. 101 projets de télémédecine ont été lancés, mais aucun n’a pour le moment abouti. Seuls 55 % d’entre elles accueillent des étudiants en médecine. Enfin, reste à stabiliser la rémunération des professionnels de santé qui exercent dans les MSP. Si 150 structures devraient expérimenter les Nouveaux modes de rémunération (NMR) en 2014, la pérennisation de ces rémunérations collectives n’est pas encore entérinée. Pierre de Haas, président de la Fédération française des maisons et pôles de santé (FFMPS), établit que, d’ici dix ans, l’ensemble des professionnels de santé libéraux exercera dans une MSP. Les plus pessimistes, selon lui, pensent qu’il faudra attendre une génération, soit trente ans, avant que ce mode d’exercice ne soit généralisé.

Quelle évolution pour le métier d’infirmier ?
À la question « Pensez-vous qu’il y ait des freins à l’évolution des compétences infirmiers ? », l’auditoire des 3e états généraux infirmiers a répondu oui à 100 % sans hésitation, via un vote électronique. Les infirmiers traînent déjà un lourd héritage et restent sceptiques quant à l’évolution annoncée de leurs compétences. Michèle Lenoir-Salfati, directrice adjointe de la DGOS a pointé le frein de la formation aujourd’hui imparfaite que le gouvernement veut prolonger avec une filière doctorante. Elle a précisé par ailleurs que la future loi de Santé va notamment créer une nouvelle profession en pratique avancée visant à porter une compétence avancée pour les paramédicaux. L’infirmière de pratique avancée aura des missions qui cohabiteront avec des décrets d’actes.

Accidents de travail : infirmiers et aides-soignants les plus touchés
L’analyse des bilans sociaux de presque 350 établissements publics effectuée par l’ATIH montre que les 6 métiers les plus touchés sont : les infirmiers de soins généraux, les aides-soignants, les agents de bio-nettoyage, les agents de maintenance générale des bâtiments, les agents de production culinaire ou alimentaire, les agents de restauration et d’hôtellerie. Les causes d’accident sont par ordre décroissant les chutes de plain-pied (78,45 %), l’effort lié à la manutention des malades (72,7 %), le contact ou la projection avec du sang, des urines, des produits biologiques sur peau lésée, muqueuses et yeux (31,3 %), la manipulation d’outils ou d’instruments coupants, piquants ou tranchants souillés (27,6 %), enfin le contact avec un malade agité (23,6 %).

Un statut pour les lanceurs d’alerte
Le décret du 11 mars 2014 relatif à l’exercice du droit d’alerte en matière de santé publique et d’environnement dans l’entreprise rentrera en vigueur le 1er avril 2014. Ce décret du ministère du Travail vise à encadrer le droit d’alerte du travailleur. Si un employé constate que les produits ou les procédés de fabrication mis en œuvre par l’établissement présentent un risque grave pour la santé publique ou l’environnement, il pourra lancer une alerte afin de prévenir du danger encouru. Ce décret a pour but d’encadrer et de protéger les lanceurs d’alerte, mais aussi d’éviter tout scandale médical comme cela a pu être le cas dernièrement lors de l’affaire du Mediator.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.