Pour la biodiversité !

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale de la biodiversité. L’occasion de nous poser la question : sommes-nous – établissements de santé privés MCO – une espèce en voie de disparition ? Certains s’étaient prêtés au jeu du portrait chinois et à la question « et si l’hospitalisation privée était un animal, quel serait-il ? », j’ai trouvé beaucoup de lions, de léopards, quelques renards, des chevaux (de course) et un chat. Quel est le développement durable que nous autorise l’état de droit où notre statut privé nous priverait du droit d’exister ? Dans le projet de la Stratégie nationale de santé, les hôpitaux, les ESPIC et les centres de lutte contre le cancer auront, par principe, l’autorisation d’exercer des missions de service public. Tiers état, nous contenterons-nous du fait du prince pour obtenir notre droit à soigner ? Si ce principe peut paraître clair appliqué aux établissements publics, de quelle logique relève-t-il en ce qui concerne les ESPIC ? C’est pas la fête de la biodiversité ! Voici un étrange système qui s’interdit de favoriser les espèces compétentes qui le composent, de bénéficier de la qualité de leurs productions, contraint le choix de ses usagers, et fait fi d’une gestion responsable de ses ressources. Nos établissements sont précisément ces espèces essentielles pour l’équilibre de leur environnement et, de surcroît, douées d’une grande faculté d’adaptation. En relisant vos réponses au portrait chinois, c’est sûr, je n’ai trouvé aucun ornithorynque !

Lamine GHARBI
Président du syndicat national FHP-MCO

Bravo !
La remise des Trophées de la profession est une des preuves de la vitalité, le dynamisme et l’inventivité des établissements de santé privés. Un spécial bravo aux 4 établissements MCO récompensés par un trophée : l’Hôpital privé des Peupliers (75) pour son initiative Création du poste de coordinatrice du parcours de soins ; la Clinique Saint Victor/Centre Jean-Bernard (72)  pour son initiative Détection des récidives du cancer bronchique par auto-surveillance des symptômes via web-application : étude pilote du suivi SENTINEL ; l’Hôpital privé d’Antony (92) pour son initiative Centre d’IRM à délais de rendez-vous courts et accessibles le week-end ; le Centre Médico-Chirurgical de Tronquières (15) pour son initiative Parcours d’intégration, de formation et d’adaptation au poste pour un nouvel arrivant infirmier au sein d’un service de réanimation. Bravo aux quatre établissements MCO qui ont fait l’objet d’un coup de cœur : la Clinique Saint Roch (59) pour son initiative dans le domaine architectural avec un programme complet de construction écologique ; le Pôle Santé République (63) pour son initiative L’usager, pro-acteur de sa prise en charge ; la Polyclinique Bordeaux Rive Droite (33) pour son initiative Adopte2poules.com, sensibilisation des salariés à la réduction des déchets alimentaires ; la Polyclinique Saint Côme (60) pour son initiative Groupe de réflexion sur les valeurs éthiques de l’entreprise.

Agenda de la future loi de santé
D’ici un mois, Marisol Touraine présentera le contenu plus en détail de la future loi de santé pour la présenter ensuite au gouvernement au courant de l’été. «Je vous la présenterai en détail après avoir poursuivi les échanges et avant d’engager la concertation législative », a-t-elle précisé. Le projet ne serait ensuite discuté au Parlement que début 2015…

Marisol reste sur sa ligne
Dans son discours de mardi au Salon Autonomie, la ministre déclare s’inscrire en rupture avec la loi HPST et souhaite replacer l’hôpital « comme un tout », «un bloc ». « L’hôpital est le seul obstacle à une médecine à deux vitesses. Il est la réponse à cette promesse républicaine d’égalité de tous face aux soins (…) Ceux qui pensent faire des économies en remettant en cause l’hôpital sont des théoriciens du déclin. Pour moi, l’hôpital est symbole d’avenir (…) Je veux investir dans l’avenir ». Les 14 missions de service public inscrites dans la loi HPST disparaîtront car l’hôpital public prend en charge « par nature » les missions de service public. Marisol Touraine a précisé que les établissements privés pourront « évidemment y participer, dès lors qu’ils respecteront les obligations que nous fixerons dans la loi de santé ». « Il ne s’agit pas d’opposer le privé au public, mais simplement d’affirmer la force du service public de santé », a-t-elle souligné. « La future loi ne résumera pas ce qu’il faut faire », expliquait-elle. Et de conclure « nous avons besoin de marquer une ligne, celle qui s’est installée, inscrite depuis maintenant deux ans, qui tourne autour de l’égalité d’accès aux soins, de la qualité des soins prodigués dans notre pays et de la valorisation de la place unique que constitue et représente l’hôpital public en France ».

Une campagne qui fait un tabac !
Lancée il y a quelques jours, la campagne non-fumeur séduit. L’objectif est clair : soutenir les patients, le personnel mais aussi les médecins qui souhaitent arrêter de fumer en cohérence avec la mission de soin des établissements. Pour cela, il est indispensable de fédérer tous les acteurs du monde hospitalier, à noter que les industriels et prestataires des établissements déjà engagés ont répondu présent. Le dialogue et la communication jouent ici un rôle essentiel et cette campagne se veut le moteur de la lutte anti-tabac dans le milieu hospitalier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.